Translate

dimanche 21 mars 2010

Une hyperactive, la lecture et Katherine Pancol


La vraie VIE, celle qui touche...

La lecture... Je me revois en 1ère année prendre des cours privés avec Madame Laforest, de son vrai nom je précise ! La méthode du ''Sablier'' n'était pas pour moi. Nous écrivions aux sons et les mots glissaient de mon oreille à mon crayon comme du sable dans ma main. Ce qui fait que si je vous écris ce matin, que j'ai un blogue depuis 3 ans, que je me suis même rendue à l'Université avec un TDAH (hyperactivité sans médication à l'époque) c'est presque un exploit pour moi ! J'en suis fière, j'ai toujours été une bûcheuse, une travaillante, une disciplinée. Le ballet classique m'a donné des oignons aux pieds et une tête de cochon ! Suer ne m'a jamais fait peur, difficultés signifient ''y'a rien là'', tu vas te dépasser même si ça te prend plus de temps qu'une autre. Vous voyez le genre ?


La lecture... Le problème avec les TDA-TDAH (trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité) c'est que nous n'avons pas du tout la capacité neurologique de bien nous concentrer pour ensuite mémoriser le mot, la phrase. Ce qui fait que je ne retiens pas grand chose...Les grandes lignes et encore ! La mémoire n'a rien à voir dans ce problème. Pour mémoriser un mot, il faut être capable de se concentrer pour le lire ou l'entendre. Évidemment, avec de la médication ce n'est pas la même chose mais mon billet d'aujourd'hui ne portera pas sur ce sujet...


Je lis 10 livres en même temps, un peu de tout, moins de romans, et ça me prend un temps fou pour les terminer. Pourquoi ? Tout m'intéresse en même temps !


Katherine Pancol... C'est ma romancière fétiche. Simplicité, émotion, lenteur des sentiments, personnages familiers qui pourraient être nos voisins, nos amis, notre famille. Elle ne fait pas dans l'esthétisme, pas de grandes phrases qui nous impressionnent, de la justesse, voilà, de l'authenticité. Elle connaît tellement les sentiments amoureux, le désir des femmes de ma génération envers les hommes, la VIE.


Et puis, hier soir dans mon bain, je lis TOUJOURS dans mon bain, ça m'est arrivé comme une gifle au visage. Sans avoir son talent, j'ai trouvé que mon style d'écriture lui ressemblait. Je n'ai aucune notion littéraire pour décortiquer un texte mais c'est une impression personnelle. J'imagine que les vrais écrivains rêvent de développer leur propre style. Lorsqu'on est blogueuse ce n'est pas notre but. Ils en aient bien d'autres plus intéressants que l'esthétisme des mots. Le coeur des femmes peu importe la plume ne trompe jamais. Katherine Pancol écrit avec son coeur et du talent. J'écris avec mon âme et mes sentiments. La vraie VIE, celle qui marque à jamais.


Madame Laforest serait bien fière de moi !


P.S Lorsque vous me dites ''tu écris tellement bien''. Je reste stoïque... Mon visage reste de glace mais mon coeur, lui... Oh là là...

3 commentaires:

Christelle a dit...

Vraiment intéressant ce sujet qui m'est complètement étranger car des livres j'en ai lu beaucoup et un à la fois!
À l'école, ça a du te prendre pas mal de temps et d'énergie à apprendre, enregistrer et mémoriser des textes et des devoirs...
En France, il y a beaucoup de chose à apprendre par coeur, plus qu'ici je trouve alors je me demande comment font les enfants qui ont ces troubles-là...

nicole a dit...

Salut ma patineuse du Vieux-Québec,
Les enfants et les adultes cachent leurs difficultés. Ils ne veulent pas passer pour des déficients intellectuels ! Pour la mémorisation sans médication, c'est long et il faut développer des trucs... Le double et triple du monde. Lorsque je faisais du dictaphone (sans médication), je pouvais chercher le même mot 10 fois de suite dans le dictionnaire, ça ne rentrait pas dans ma tête. Aujourd'hui, c'est beaucoup mieux avec ma médication. Tu pourras dire que tu connais maintenant deux hyperactifs, Pierre et moi ! Tu nous aimes, je sais... On est adorable, drôle, mêlé mais bon... Pour Lévis, je vais prendre le GPS à mon chum , je ne veux pas me retrouver à Montréal! Bisous ma Joannie Rochette française !

Christelle a dit...

Bah, en même temps, chaque enfant a ses propres problèmes même les surdoués! Moi, j'étais dislexique et en plus il m'est quasiment impossible d'apprendre quelque chose qui ne m'intéresse pas alors tu imagines à l'école (j'avais juste la note qu'il fallait dans ces matières!)
Par contre, lorsque que j'aime un livre ou un sujet, mon cerveau veut accumuler plein d'informations alors je me retrouve avec un sacré mal de tête!

J'espère que l'on ne va pas se perdre dans le vieux Lévis!!

Bonne nuit mon hyperactive préférée (avec Pierre bien sûr!)