Translate

mardi 29 septembre 2009

On passe au suivant...




Agacement, juste un petit, mais il est là. Il y a deux semaines, la mère d'un camarade d'école de ma fille est décédée d'un accident de voiture. Lorsque la directrice d'école est venue parler aux jeunes de sa classe, ma fille de 11 ans a retenu: ''Et la vie continue''. Comme c'est vrai, mais ça m'agace légèrement. Tenez, dernièrement, Nelly Arcan et Pierre Falardeau sont décédés. On passe au suivant vite, et la vie continue...Pas de questionnements sur le suicide en ce qui a trait à Nelly Arcan. Je n'aime pas notre société de '' je prends, je jette''. Le deuil doit être court et vite, c'est le reflet de notre société, voire on est malade, et il faut être sur nos deux pieds rapido-presto. On fait l'autruche, ni vu, ni connu. Aurons-nous moins mal si nous prenons l'express ? Derrière cette vitesse, que se cache-t-il ? Que sont devenus les rituels du deuil ?

La spiritualité, les religions sont évitées pour la majorité d'entre nous, faisant place aux guides du bien-être, cocktails rapides de bonheurs instantanés. Le premier sur la liste étant la consommation.

J'aime les sociétés où la personne décédée a une place de choix, car la mort n'est pas vraiment finale mais est considérée en continuité à la vie. J'aime le sens du sacré. Puis-je espérer que notre société fasse une place importante aux rituels de la mort ? J'aime les autruches mais pas lorsqu'elles ont la tête dans le sable...

lundi 28 septembre 2009

Roman Polanski


Gros lundi, petite semaine... On verra bien par la suite ! Je ne parlerai pas de ma journée, tout a bien été et mieux que je ne l'aurais pensé, mais j'ai juste le goût de me changer les idées, de donner mon point de vue sur autre chose que l'hyperactivité et les troubles d'anxiété de mon fiston sportif-hyperactif. J'en reparlerai dans un autre billet. Évidemment, je ne ferai pas dans la légèreté de l'être... Vous me connaissez...

Y'a une nouvelle qui m'amène à une réflexion. Celle de Roman Polanski qui a été arrêté en Suisse. Le réalisateur a fui les Etats-Unis pour l'Europe il y a une bonne trentaine d'années parce qu'il était poursuivi pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure de 13 ans. Et Monsieur le marquis s'exclame... ''me semble que ça fait longtemps...ça donne quoi maintenant de l'arrêter ?''. Comme si le temps peut diluer la faute ! Lui dis-je.

Sa victime, elle, veut tourner la page. ''J'ai survécu, j'ai même surmonté cette épreuve et guéri de tous les maux qu'il a pu m'infliger lorsque j'étais enfant''. dit-elle dans le journal de Québec d'aujourd'hui. La résilience existe bel et bien pour certaines personnes, mais... je ne crois pas que le temps peut diluer la faute. Le temps a donné à Polanski la chance de se sauver, d'augmenter son capital de sympathie en permettant au réalisateur qu'il est de faire de très bons films... La célébrité de ce personnage l'a bien servie. En 1977, c'était le temps de la drogue et de l'alcool, dira-t-il. En 1977, pour cette enfant de 13 ans c'était l'enfer...

Faut croire que le temps arrange bien les choses dans ce cas-ci... Peut-on ''guérir'' d'un traumatisme sexuel que l'on a subit enfant ? Me semble que le verbe guérir est un peu fort. J'ai des doutes... Ma mère, elle, m'en parle encore, et elle a 83 ans....

dimanche 27 septembre 2009

La vie parfaite n'existe pas

J'aimerais bien retrouver l'insouciance de la légèreté de l'être. Comme lorsque j'avais 5 ans et que j'avais hâte de grandir,voire ne plus être enfant. J'idéalisais le futur. J'ai peut-être trop rêvé tout en étant surprotégée parce que j'ai frappé des murs tout au long de ma vie. J'ai trop lu Cendrillon et j'ai adoré les malheurs de Sophie. La vie, c'est pas toujours comme dans les livres... Quelle déception !

J'ai terminé le contrat avec la Fondation des maladies du coeur, 3 heures de plus par semaine que je peux savourer ! Ce fut une belle expérience mais je sais que je suis rendue ailleurs, je passe à autre chose. On tourne la page...

Et je vais vers...

Aujourd'hui, il pleut à Québec, alors journée cinéma avec ma puce, on ira voir FAME. Demain en après-midi, visite chez la pédo-psychiatre avec Monsieur le marquis et fiston sportif-hyperactif. Les visites sont souvent longues (deux heures) et pénibles pour l'équilibre mental. D'où l'importance d'apprendre à se ressourcer, de prendre du temps pour soi. Mercredi soir, conférence le meilleur de soi et la création artistique avec le beau Guy Corneau, psychiatre et auteur bien connu. Vendredi matin, conférence: Apprendre à lire un portrait au MBAQ.

Vous devez remarquer que Monsieur le marquis n'est pas dans le décor très souvent. C'est ça vivre avec quelqu'un qui travaille à la télévision, avec des horaires de nuit. Il faut vivre en parallèle et trouver des moments où je peux le retrouver. C'est un peu comme vivre avec un médecin. Il ne faut pas penser couple, il faut penser autrement. Aller vers les autres, et regarder ce que j'ai au lieu de ce que je n'ai pas. La vie parfaite n'existe pas. Vous en savez certainement quelque chose.


Fontaine de Tourny, Québec


Journée magnifique hier, promenade dans le vieux-québec avec ma fille et l'une de ses amies. Nous avons vu 42 chiens exactement et plein d'écureuils, mangé de la crème glacée italienne, magasiné les CD, vu le parlement, et couru sur les plaines.

La beauté de ma ville, croiser le regard des gens, et vivre le moment présent d'être tout simplement là... J'ai la chance incroyable, je suis une personne qui savoure LA VIE passionnément. Ma drogue, c'est d'être dans un endroit magnifique, regarder autour de moi, méditer, sentir mon corps en harmonie avec la nature et toute cette beauté. Le bonheur m'habite lorsque je prends le temps d'aller à sa rencontre.
Posted by Picasa

samedi 26 septembre 2009

Pierre Falardeau

Lettre à mon fils François.

Mon chéri, (c'est rare que je t'appelle comme ça, je sais...)

Tu seras triste aujourd'hui. Celui que tu aimais et admirais tellement est mort à l'âge de 62 ans d'un cancer. Ce grognon, coloré, indépendantiste-guerrier était semble-t-il un tout autre homme derrière la caméra. Celui qui te faisait rire avec son Elvis Gratton mais aussi pleurer avec son plus beau film 15 février 1839, n'est plus. Je le soupçonne fortement de t'avoir donner le goût du militantisme politique. Heureusement que tu es un pacifiste.

Je le trouvais tellement coloré et maladroit dans ses propos. J'ai toujours pensé qu'il aurait dû se taire et uniquement faire ses films. Il devait aimer sûrement provoquer. Son manque de respect, sa façon unique d'être grossier devant les caméras, je n'ai jamais aimé. Je sais, je sais... Ce n'était qu'une image qu'il se donnait. Il se tirait dans les pieds lui-même, il n'avait pas besoin d'aide.

Est-ce que tu l'entends au loin ? Il doit bien sacrer après quelques personnages en haut... il voudra peut-être placer son drapeau québécois bien ancré dans un nuage ? Il avait le Québec tatoué DANS le coeur, et pour ça, François, je lui lève mon chapeau. Il a fait ses Elvis Gratton pour faire de l'argent et financer ses autres films. Il le disait ouvertement. Il était AUTHENTIQUE à souhait. Falardeau était très cultivé mais il ne le montrait pas à la caméra. Il devait se dire: la culture, c'est comme la confiture. Moins t'en a, plus tu l'étales.

Cher François, toi qui fait ta maîtrise en sciences politiques. Qui a laissé ton emploi en informatique très bien rémunéré, et qui tire la vache par la queue quelquefois, comme on dit par chez nous... Tu es riche. Riche de liberté. L'argent, ça se dépense, un point c'est tout. Toi qui aime tellement ton Québec. N'oublie jamais LE peuple. Avant la cause, il y a les gens et n'oublie jamais d'où tu viens. Faire de la politique pour le peuple... Tabarnak, comme dirait Falardeau: ''ta mère a raison en ostie!!! ''.

Voilà, mon clin d'oeil personnel à ce un grand Québécois !

vendredi 25 septembre 2009

Pour Nelly Arcan

Juste pour toi Nelly Arcan, juste pour la Isabelle Fortin... Va vers la lumière

Nelly Arcan

Au tout début, j'ai remarqué sa beauté animale, puis avec le temps le ''reste'', ce qui est essentiel à l'âme mais moins valorisé dans notre société, sa personnalité, son talent. Combien d'hommes ont fantasmé en l'écoutant raconter sa vie de femme et de romancière ? Voilà que son premier livre ''putain'' en disait long sur son personnage. Elle en a écrit d'autres, dont l'un sortira en novembre, mais elle ne sera pas au rendez-vous...

Dernièrement, je l'ai vu dans une émission ''branchée'' à Télé-Québec, je crois. Elle semblait avoir la répartie facile et une opinion sur tout, mais je notais toujours une grande tristesse, un mal de vivre, une souffrance dans son regard, dans le choix de ses mots. Une mélancolie brute qui ne pardonne pas. La présence de blessures invisibles à la télévision mais que le téléspectateur pouvait facilement sentir. Et puis, ce matin, j'apprends qu'elle s'est suicidée à 34 printemps...

Je crois que notre société a le devoir de parler de la maladie mentale et du suicide. Ça ne règle pas le problème mais ce n'est surtout pas en faisant l'autruche que nous pourrons trouver des solutions pour aller vers la vie, au lieu de la mort. Je n'accepte pas les...'' c'est un drame comme un autre''. '' Ça devait arriver''. On a du travail à faire pour valoriser la santé mentale au lieu de placer notre énergie sur une société superficielle d'avoir.

En regardant Nelly, je me dis: ''Être si belle, avoir autant de talent et finir ainsi''. Je crois que sa beauté a masqué sa vie. Parce qu'au delà de l'apparence, se cachait une petite fille bien seule et bien triste.

jeudi 24 septembre 2009

M et Sean Lennon

Miam... J'adore !

Camille

Doux comme une caresse, comme un baume qui recouvre une solitude.

Le meilleur site Web sur le TDA-TDAH


Je vous place le meilleur site Web que j'ai pu trouver sur le trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité. Je l'ai consulté souvent. C'est un vrai bijou. Si vous avez des interrogations, c'est LE site à consulter.


Y'a pas de gêne à en parler et à le dire... Les plus grandes personnalités sont quelquefois hyperactives, tiens le premier qui me vient à l'esprit c'est mon chouchou Pierre Lapointe ! Y'a moi aussi même si je ne suis pas une grande personnalité dans le monde entier, je lui suis dans mon quartier !

mercredi 23 septembre 2009

Ma Ingrid Bétancourt à Québec

Comment vous exprimer la fierté que j'aie de voir mon Ingrid Bétancourt à Québec aujourd'hui dans ma ville, pour recevoir une médaille à l'Assemblée nationale ? Si vous me suivez depuis 2 ans, vous allez sûrement vous souvenir de mes billets au sujet de cette ex-otage. Au delà de la médaille, il y a la souffrance d'une battante, peu importe ce que l'on a dit d'elle dernièrement. Pendant 6 ans, elle a été l'otage des Forces armées révolutionnaires de Colombie, de vrais bourreaux. Elle a été libérée le 2 juillet 2008. Ses ex-''camarades'' lui reprochent son égoïsme lors de sa détention. On ne devient pas une meilleure personne parce qu'on est pris dans la jungle en captivité. On devient un animal et l'instinct de survie est probablement plus fort que la courtoisie ! Il y a des gens qui se bonifient dans la souffrance, je ne serais pas de ce nombre... Alors, je vais la défendre, comme je l'ai toujours défendu, qu'elle soit dans la jungle ou dans la ville.

Pourquoi ? Parce que je m'identifie à elle de part son âge, parce que je l'admire. Elle a toujours voulu le meilleur pour son peuple. J'ai toujours senti son authenticité, et en politique c'est rare. Qu'elle soit de France, de Colombie, pour moi, Ingrid est d'ici. Ingrid, c'est un modèle pour tous les hommes et les femmes du monde entier. Ingrid, c'est aussi un être humain imparfait comme nous tous. Ingrid, c'est l'espoir d'un monde meilleur. Ingrid, c'est la force de continuer de se battre pour les autres captifs des FARC. Ingrid, c'est une maman de 3 grands enfants. Ingrid, c'est le dépassement de soi.

6 ans, 7 ans , et quelques nuages de poussières à l'attendre. Comme elle est belle de dignité, de caractère, d'intelligence, de noblesse du coeur.

La dignité humaine a un nom: Ingrid Bétencourt

Quand j'aime, c'est pour toujours...

mardi 22 septembre 2009

La Cigale, Pierre Lapointe et mes prémonitions


En mai 2008, lors de mon 3ème voyage en France, j'ai eu la chance de déambuler dans les rues de Paris avec Monsieur le marquis. Je marchais dans Pigalle, et nous avons passé devant une salle de spectacle, précisément La Cigale. Alors, avec une grande certitude, je lui ai lancé: ''je prends une photo de la salle où Pierre ira faire ses prochains spectacles à Paris''. Monsieur le marquis est tellement habitué à mes niaiseries, il a tourné de l'oeil légèrement, fait un sourire narquois, et m'a dit: ''bin oui, bin oui''. ''Tu verras'', que je lui ai répondu.

Été 2009, Dans le site de Pierre sont affichés ses concerts avec les salles de spectacles. Aucun à la Cigale. Cette fois-ci, je me dis que me suis mise le doigt dans l'oeil. Je me suis trompée, voilà tout. Il faut savoir que lorsque je dis quelque chose de ''prémonitoire'', je suis dans un autre état. Y'a pas de doutes possibles.

22 septembre 2009, j'arrive du boulot et je lis dans le journal ''Le Soleil'' que Pierre est à la Boule noire à Paris MAIS j'apprends que cette petite salle est située au sous-sol de..... LA CIGALE !!!

Tout le monde a de l'intuition. J'en ai juste un peu plus que les autres. Depuis que je lui ai serré la main en 2004, je peux ressentir des trucs à son sujet. Le cerveau est complexe, le mien est amusant.

Photo: Voici ma fameuse photo, preuve en main !



lundi 21 septembre 2009

J'aime les Parent

Mon émission préférée actuellement à la télévision : Les Parent. Avec la belle Anne Dorval, ma comédienne préférée, et des situations familiales qui me font éclater de rire. Tiens, ce soir, mon fiston a imité la signature de son père pour un devoir non fait... Être parent, c'est l'art de la discipline, des compromis et de toujours faire le perroquet, répéter, répéter, répéter...Écouter cette émission me redonne le sourire et me rend heureuse.

dimanche 20 septembre 2009

Compostelle et moi

Presque tout le monde rêve de faire Compostelle. Marcher sur l'une des quatre routes de France et d'Espagne. On a juste à glisser dans une conversation St-Jacques de Compostelle, et... les yeux s'illuminent.

Hier soir, j'ai amené ma mère au Grand théâtre de Québec pour une conférence, avec la semaine que j'ai eue, autant aller me ressourcer. Et bien, ça m'a complètement enlevé le goût de marcher sur ces chemins. Pourtant, j'adore la marche, j'aime la méditation, je suis croyante mais... BOURGEOISE aussi ! C'est que je suis dédaigneuse, j'aime la propreté. Je déteste la promiscuité des endroits où les gens se retrouvent pour dormir. Être 15 dans une chambre commune ne ferait pas du tout mon bonheur. Moi qui aime les salles de bain propres,propres, propres... La constipation pourrait venir me visiter pour 2 semaines minimum ! Je sais qu'il est possible de faire le chemin dans des endroits luxueux mais disons que si on veut faire toutes les étapes, ce n'est pas possible.

Qui a 2 mois de disponible pour effectuer cette marche ? 1,700 Km, c'est du sport !!! On peut faire seulement une semaine ou le temps que l'on veut et que l'on peut, je sais... On peut faire Compostelle en voiture, mais pas de papier de certification à la fin. Compostelle doit se faire avec nos deux jambes ou à vélo.

Le film d'Alain De La Porte ne m'a pas touché, ni ému. Une réalisation trop posée, trop cartésienne. Je me suis drôlement ennuyée de l'attachant Marcel Leboeuf... Au delà du défi physique que demande une telle démarche, il faut ressentir un appel de la vie pour faire Compostelle. Partir, c'est aller vers soi-même. Compostelle en est la preuve !

Je vais aller vers moi-même... dans le confort de ce que j'ai... Je suis bourgeoise. Je m'assume ! Jamais je ne vais avoir le papier de certification que j'ai marché sur ce chemin. Mon chemin de croix figuratif, je le fais à tous les jours...

samedi 19 septembre 2009

Journée de fille



Ma puce et moi avons magasiné dans le vieux-québec aujourd'hui. Je déteste magasiner mais... avec ma fille j'adore ça ! Elle n'aime pas l'histoire, la politique, Pierre Lapointe, les musées, les arts incluant la danse. Il faut bien que je la retrouve quelque part...
Posted by Picasa

vieux-québec aujourd'hui


Rien de mieux pour me remonter le moral qu'une longue marche avec ma puce dans le vieux-québec. Ce soir, conférence au Grand théâtre sur Compostelle.
Posted by Picasa

vendredi 18 septembre 2009

Grandiose

La danse est jugée quelquefois comme quétaine par certaines personnes. Le tap dance ou claquette ou dans ce cas-ci la danse irlandaise, n'a pas toujours eu bonne presse. Si River dance est quétaine, moi, je mange mes bas !


L'hyperactivité


Mon fiston sportif-hyperactif aura enfin sa rencontre avec une pédo-psychiatre spécialisée en hyperactivité et troubles anxieux mardi, le 28 septembre. C'est pas la première fois qu'on consulte, au contraire. Nous avons bien vu 3 psychologues, 1 pédo-psychiatre, et son pédiatre spécialisé en TDA-TDAH, tout ça depuis 2001. On pensait qu'il allait mieux avec sa médication, mais depuis un an, c'est pas le paradis. On dédramatise, on dédramatise, c'est l'adolescence, et puis un jour, la réalité nous rattrape.

Pour une personne qui a un handicap physique, la douleur est visible aux yeux des autres. Or, la souffrance reste difficile à percevoir pour des parents dont la maladie ne se voit pas. Au tout début du diagnostic de mon fiston soit en 2001, l'hyperactivité était considérée comme un trouble en psychiatrie, mais depuis récemment, environ un an, on parle de plus en plus de maladie.

On dit que l'agitation diminue à l'adolescence. En ce qui a trait au manque de concentration et à l'impulsivité, ça reste toujours présent. En résumé, on naît hyperactif et on le reste toute notre vie.

La médication ne guérie pas ce ''trouble'', mais elle aide à diminuer l'activité motrice, le manque de concentration et l'impulsivité. La thérapie (le counselling) est nécessaire pour de nombreux enfants et parents, et puis, la plupart des enfants atteints d'un TDA, TDAH arrivent à surmonter leurs difficultés. Chaque cas est unique.

Je navigue dans l'océan de l'hyperactivité depuis maintenant 8 ans. Ma fille a un TDA, et moi, un beau diagnostic de TDAH aussi. Nous sommes la famille Ritalin ! On nage donc dans une mer d'émotions, d'adaptations, où l'on repousse nos limites. Parce qu'on est franchement courageux. Je suis fière de ce que je suis, et de ce que mes enfants deviennent. Malgré les difficultés, on a le pouvoir de ce que l'on veut, la tête haute, ensemble, un pas à la fois.

Je nage mal, je n'aime pas l'eau mais... je nage.

jeudi 17 septembre 2009

Patrick Swayze

Une époque s'en va avec lui. L'époque où j'ai enseigné en danse. Mes adolescentes l'adoraient et je peux vous dire que j'ai utilisé cette chanson 300 fois minimum... Merci Patrick Swayze, au nom de toutes mes petites et qui sont maintenant devenues de belles grandes dames... Un bon comédien mais surtout un excellent danseur... Vieillir, c'est apprendre à faire des deuils...

Pédo-psychiatrie, Louise et son gynéco




Journée avec sur les épaules une montagne d'inquiétudes, mais je garde le sens de l'humour. Lorsque la vie amène des difficultés à mes enfants, je perds facilement ma logique et je deviens très émotive. Des mauvaises langues vous diront que je suis toujours émotive... Disons que je le deviens encore plus... J'ai donc pris quelques minutes au bureau pour rejoindre une infirmière en pédo-psychiatrie du Sacré-Coeur. Du stade 4, mon fiston est en stade 2 de priorité. Ce qui veut dire qu'elle a parlé à une pédo-psychiatre, et qu'il sera référé d'ici une à deux semaines à un autre pédo-psychiatre spécialisé en hyperactivité et troubles anxieux. Entre-temps, j'ai contacté sa psychologue, et il aura une rencontre mardi prochain avec elle. Je n'ai pas réussi à rejoindre son médecin spécialiste pour sa médication.

Je vous quitte pour aller faire des résolutions de problèmes avec ma puce. Résolutions de problèmes... Comme s'il m'en fallait encore des foutus problèmes !

Bon, heureusement qu'il y a les histoires farfelues de Louise au bureau... Tiens, je vous en raconte une petite vite. Loulou est allée chez son gynéco cette semaine. Connaissez-vous des femmes qui enlèvent la corne en dessous de leurs pieds pour que dans les étriers Monsieur le gynéco ne voit pas qu'elles en ont ? Loulou se fait des soins de pieds avant d'aller chez son gynéco ! Elle pense peut-être qu'il remarquera ses pieds avant sa ''touffe'' faut croire ! Ciel, je viens de chercher dans le dictionnaire pour vérifier si touffe existe VRAIMENT et c'est OUI ! J'aurais pu écrire aussi : petits brins de poils ! C'est vulgaire, me semble, touffe...

Et puis, heureusement qu'il y a aussi les beaux yeux de Monsieur le marquis, et les magnifiques chansons de MON Pierre Lapointe... Je deviens ''touffue'', tout flamme !

mercredi 16 septembre 2009

La semaine pipi-caca




La cacophonie s'est installée dans ma tête, trop de choses à vouloir partager. Toujours cette journée pipi-caca qui s'est allongée en semaine pipi-caca ! Comme dirait René Angelil: ''lors d'une mauvaise séquence, ne pas bouger, ne pas prendre de décisions importantes''. Moi, pas bouger ! Moi, l'hyperactive, c'est mal me connaître... Je ne suis pas assez sage pour écouter un ''sage''. Le ''code a changé'' comme dans le film du beau, très très beau Bruel que j'ai vu au cinéma samedi soir dans une salle immense, mais vide. Nous étions 5 exactement, projection privée. J'adore les films français, vous le savez, ils sont lents et ils demandent toujours une analyse. Bruel avec un film qui me porte à la réflexion, c'est un orgasme assuré !

Donc, le code a changé. Pas question de continuer comme ça la semaine. Je suis du genre à croire formellement que je suis maître de ma pensée et pas le contraire. Depuis cet après-midi, j'ai enlevé les: pas de problème pour c'est parfait, c'est excellent !

Faut dire qu'il y a deux jours la maison a brûlé et que je me suis ramassée en Afrique, en rêve... pas le temps de vous raconter le reste... sportif-hyperactif fait une crise d'anxiété... je vous laisse...Il vient de me dire: ''Ça ne va pas. Ça va finir par un suicide !''.

René Angelil a raison... mauvaise séquence... J'appelle sa psy, et son médecin spécialiste et je mets mon manteau d'éducatrice spécialisée...La mère, elle, a trop de peine...

lundi 14 septembre 2009

La journée pipi-caca


Bon, bon, bon... Dans ma vie, il y a des journées pipis-cacas, et l'une d'elles, ''bin'', était aujourd'hui ! Je me suis levée EN RETARD de 45 minutes, malheur pour moi ! J'ai jamais entendu mon cadran, et encore moins Monsieur le marquis ronflé, car Monsieur était déjà parti à 5 heures 30 pour aller jouer au golf sur le beau et immense terrain de Céline Dion (pas privé, tout le monde peut jouer dessus). Donc, je poursuis... Je lève ma puce en panique, prépare le déjeuner en 3 minutes, fait les lunchs en 5, me prépare en 6, lève mon sportif-hyperactif pour lui donner sa médication, va reconduire ma puce à l'école en 4 et arrive MORTE au bureau, en retard, bien sûr! Je me surprend à penser... Je veux être riche et ne pas courir comme une folle !!! Je ne suis pas matérialiste pourtant ! L'argent ne m'attire pas et bien là, ce matin, c'est changé ! Pour y arriver, Je vais recommencer à aller à l'église, lire le secret, parler à mes anges, mettre un chapelet sur ma corde à linge, prendre des billets de loterie... S'il vous plaît, pitié, je ne veux plus courir ! Comme je suis positive, je décide que ma journée sera belle quand même, malgré un gros doute... J'écris sur mon bureau: ''J'AI TOUT MON TEMPS. JE SUIS ZEN. JE RESPIRE !''.

Et bien... FOUTAISE ! Le bureau... Journée pipi-caca aussi ! Je vous évite les détails... Souper rapide, leçons, devoirs de ma puce, marche de 45 minutes, correction de mon texte pour la Fondation des maladies du coeur... Mon contrat se termine le 30 septembre et je reçois une correction de texte, c'est la première fois en 6 mois ! Au lieu, que ça coule sur le dos d'un canard, ça me pique l'orgueil ! J'essaie d'ouvrir Word pour corriger mon texte avec leurs corrections mais je n'ai pas Word, j'ai Openoffice et ça ne veut pas... Je m'acharne, et finalement je réussis. Mon texte de la Fondation se termine par: '' L'automne, j'aime prendre la clé des champs avec une pomme sous la dent !''. Bordel, je termine celui-ci en vous disant: '' L'automne, je voudrais bien disparaître et prendre la clé des champs tout de suite et maintenant !''.

Y'a des journées comme ça, lorsque le cadran ne sonne pas, c'est qu'il y a une raison à ça. Ne pas se lever, continuer à dormir, parce que sinon vous vivrez la journée pipi-caca, comme moi !

Demain, absente sur mon blogue car visite de parents à l'école de ma puce ! Surtout pas la semaine pipi-caca !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

dimanche 13 septembre 2009

Moulin à paroles Québec


Moulin à paroles... foule respectueuse, silencieuse, à l'écoute de nombreux textes historiques. Certaines lectures nous amenaient un sourire au coin des lèvres, un rire spontané, une approbation, une désapprobation, un questionnement, une déception... Place à l'émotion.

Respect des langues, plusieurs amérindiennes, celle française et puis même celle anglaise. Respect d'une mémoire collective. Des gens qui boivent des mots et qui sont capables de discernement.

Le canal VOX retransmet les lectures et ce, depuis hier.

J'ai été agréablement surprise. Je crois qu'il serait intéressant que cet événement se renouvelle. Surprise de la qualité d'écoute des gens présents. Je l'avoue, j'ai cru que des extrémistes indépendantistes allaient mettre le bordel. Ce ne fut pas le cas, heureusement...Ils étaient présents, sages et respecteux.


Posted by Picasa

Posted by Picasa

Posted by Picasa

Posted by Picasa

samedi 12 septembre 2009

Je serai au Moulin à paroles


Et c'est parti mes kikis... Me suis levée poursuivie par un petit mal de tête du côté droit qui s'éternise depuis maintenant 3 jours. Le petit ''salaud'', il ne veut pas partir, et bien... je l'ignore ! La pensée magique faut que ça serve un peu ! J'ai tout de même, très tôt, fait ma sauce au spa et un beau texte pour la Fondation des maladies du coeur. L'inspiration y était. J'adore le défi des mots, la difficulté à trouver l'inspiration, la recherche à faire, et le plaisir de lire le texte final. Je dois être masochiste !

Ma mère, la marquise golfeuse de 83 ans, qui a toujours mal aux pieds, viendra avec moi au Moulin à paroles. Une fédéraliste rouge foncée avec une souverainiste... J'aime la différence. Je vais vous placer des photos évidemment. Cet événement durera 24 heures, il commencera aujourd'hui à 15 heures pour se terminer demain à la même heure.

J'espère que l'émotion sera au rendez-vous, où les mots et les différences se croiseront tout doucement...sans violence.

vendredi 11 septembre 2009

Je me cours ''après'' la queue




Comment écrire sans faute: je me cours après la queue ou je cours après ma queue? Est-ce vraiment ''après'', c'est une expression québécois, du joual, je crois bien. Ça veut dire, je cours après mon temps, je manque de temps, et je fais tout rapidement. Alors, je me sens tout croche (mal) parce que ma journée est trop achalandée, trop occupée... Bon, vous avez pigé ? J'aime bien l'action mais aussi la contemplation !

Coiffeuse, épicerie, pharmacie, lavage, balayeuse, marche rapide et... recherche sur internet pour des bourses d'études à mon fils, vous savez l'intello-ancien informaticien-étudiant en maîtrise et à son compte pour des sites Web... Ouf... Môman s'est offerte pour le dépanner et bien elle a été surprise la mère... Juste pour trouver les informations et se démêler un peu, ça prend une bonne heure et pour lire les 40 pages en tout, une autre...Il lui restera à remplir 15 pages d'information, en annexant deux lettres de recommandation qui doivent être transcrites sur internet également, sans oublier la photocopie de la carte d'assurance-maladie et un photocopie certifiée du relevé de notes. Tous les textes se doivent d'être en simple interligne, police Courier New à 10 points, s'il vous plaît !!! S'il réussit à remplir toute la paperasse et à travailler et étudier en même temps, je vais lui demander des conseils de gestion personnelle ! Ils ne veulent pas en donner de bourses alors ils font ça compliqué !

Je vous quitte, je dois aller chercher ma puce, préparer le souper, et faire le taxi pour ses cours de céramique. La popote et le texte pour la Fondation des maladies du coeur, ça ira à demain...
Je cours après ma queue... Et ça s'appelle une journée de congé !


jeudi 10 septembre 2009

Andrew Wolfe


J'ai regardé minutieusement un tableau de James Wolfe prêté par la descendance de ce dernier, en fin de semaine passée au MBAQ. J'ai regardé bien dans les yeux cet homme en me disant: ''C'est à vous que je dois le fait que j'habite dans un pays qui ne me ressemble pas. Un pays majoritairement anglophone''. Puis, j'ai continué ma visite... jusqu'à ce jour sur la route du moulin à paroles.

Si Andrew Wolfe-Burroughs le dit... je vais prêter l'oreille. Andrew Wolfe est le descendant du vainqueur de la bataille des plaines d'Abraham, général James Wolfe, c'est grâce à ce dernier si nous habitons ce beau grand pays, le Canada ! Il a gagné, et il en est mort, exactement sur les plaines. Le beau Andrew, pour les intimes, nous révèle dans le journal de Québec d'aujourd'hui son opinion: ''Certains disent que c'est une preuve que c'est un événement souverainiste ou partisan, mais je ne suis pas d'accord. Si on veut promouvoir cette cause, on ne va pas montrer son moment le plus laid. L'inclusion de ce texte ne représente pas son approbation. Ce sont des faits, ce n'est pas de la propagande. Il nous faut garder contact avec eux. La propagande serait de déguiser l'histoire et d'en présenter seulement un visage sympathique''.

Ce journaliste de la BBC qui parle un très bon français est franchement intéressant. Il lira un texte de son ancêtre, samedi, tout comme Georges Savarin de Montcalm...

Je ne voulais pas y aller mais... peut-être que je vais y être. Il me fallait bien un anglais pour me faire changer d'idée. Je ne suis pas d'accord avec la lecture du manifeste du FLQ, mais si un descendant de Wolfe ne s'en insurge pas alors... Malheureusement dans notre société québécoise y a toujours des épais, des extrémistes séparatistes qui nuisent plus à la cause en prônant la ''violence'', il ne faut pas l'oublier. Je dis à ces épais : si le descendant de Wolfe a l'intelligence des nuances, vous devriez en faire autant...

Le drapeau du Canada flottera sur les plaines, et je l'espère. Du respect s'il vous plaît, car à ce que je sache, nous habitons toujours au Canada. C'est une souverainiste humaniste, non-violente qui vous le dit !

mercredi 9 septembre 2009

Une mère soldat

Journée de congé pour Monsieur le marquis, aujourd'hui. Il s'est entraîné, a joué au golf et IL A FAIT LE SOUPER ET DEUX LAVAGES, BRAVO ! Belles initiatives ! Repas du soir terminé, il se ''sauve'' pendant que je suis au téléphone avec mon plus vieux...Il se sauve au baseball !!! Et il faudrait rester ZEN et souriante avec ça !!! C'est que... mon deuxième chiffre va commencer MOI !

J'arrive de faire ma marche rapide avec dans mes oreilles mon éternel chouchou Pierre Lapointe. Heureusement qu'il existe celui-là... Bien, on trouve nos ''béquilles'' où l'on peut. Au bureau, encore deux journées très chargées, je me demande sincèrement si la charge de travail va diminuer un jour, le temps de retrouver un jour prochain, une vitesse de croisière normale. On travaille vite et bien, on peut faire ça des jours, mais des semaines, des mois... pas certaine! J'arrive morte, et bien pas question de déposer mon popotin sur un divan. Ça s'appelle, on mange, je ramasse, un lavage, leçons de ma puce d'environ 45 minutes, marche rapide aussi et.... le sourire me revient....Bon, grâce aux chansons de mon chouchou. Je deviens ZEN, tout un magicien, ce chanteur ! Il a des pouvoirs magiques...

Les enfants ont recommencé l'école. Mon plus vieux commence sa maîtrise en sciences politiques, mon sportif-hyperactif est en secondaire 5 et ma puce en 6ème primaire. Je fais donc la supervision encore avec ma choupette, qui a toujours en passant un TDA (lunatique). C'est mieux que l'année passée, elle est davantage structurée, enfin ! Nous avons fait des maths cet été, et je ne lâche pas les multiplications les fins de semaine. Je viens du monde de la danse où le mot le plus valorisé est : discipline ! Je suis une mère-soldat !

J'ai toujours été une fille bûcheuse, une travaillante qui se défonce. Ma devise: Peu importe ce que tu fais dans la vie, fais le bien ! Danser avec des ampoules et du sang, enseigner en faisant une fausse-couche, travailler malade, je suis dure avec moi-même. Le problème, c'est que j'exige la même chose des autres. Je n'aime pas la médiocrité, la facilité et ce, dans tout. J'admire les gens qui se dépassent, peu importe le métier.

Un seul pas, un simple petit pas qui peut sembler dérisoire pour une personne, mais qui est parfois héroïque lorsqu'on s'y attarde. Seul, nous pouvons savoir ce qu'il représente.

Une mère soldat n'a pas besoin d'être dans l'armée. J'en connais plein autour de moi ! Pas de fusil, mains à nu... Journée de congé, retour du travail, la mère soldat est toujours là, à son poste, disponible... À croire que nous avons du Velcro collé au derrière... Les hommes ont une grande qualité, ne pas se sentir des êtres indispensables, et... se sauver sans culpabilité !!!


mardi 8 septembre 2009

vin de glace pour Joëlle


Le vin de glace est délicieux. Il se prend en digestif et il est assez onéreux ( $30,00, environ 50 euros pour une petite bouteille). Vendanges: en décembre et janvier avec des raisins complètement gelés. Pour en savoir plus, cliquez sur la photo du bas.
Posted by Picasa

Pour Joëlle, le vin de glace

Posted by Picasa

lundi 7 septembre 2009

Vignoble Ste-Pétronille



Visite au vignoble à Ste-Pétronille (Ile d'Orléans). Ils font un vin de glace délicieux. J'aime le vin surtout le rouge. Je n'ai jamais bu un Opus 2,000 de l'an 2000 comme Monsieur le marquis, je n'ai pas un ami qui enseigne et fait des chroniques de vin comme lui mais... je commence à reconnaître un bon vin grâce aux connaissances de ce dernier. Nos vins ne sont pas bons comme ceux en Europe c'est évident, nous n'avons la température et les cépages nécessaires mais notre vin de glace est délicieux. J'ai eu la chance en 2007 de visiter des vignobles (crus supérieurs à Bordeaux) et je m'en souviendrai toute ma vie... Je vous quitte pour un bon verre de vin rouge avec notre petite famille et mon ami Albert !
Posted by Picasa

Vignoble Ste-Pétronille


Posted by Picasa

Posted by Picasa

dimanche 6 septembre 2009

Ma grand-mère, mon guide




Cette semaine, en rêve, ma grand-mère adorée m'est apparue. Elle a demeuré chez mes parents jusqu'à mes 15 ans et je la considère d'ailleurs comme ma mère. Alors, lorsque je rêve à elle, et c'est rare, je l'écoute et j'en ai pour des jours à m'en remettre.

Sans un mot, sans une parole, mais en pensée, et ''vivante mais ailleurs'', elle me disait que je m'occupais mal de sa fille, ma mère. Je l'a considère comme acquise et... je ne m'en occupe pas assez. Je sentais sa peine et sa colère envers moi. Améda n'est pas allée avec des gants blancs !

J'ai donc passé l'après-midi d'hier avec môman et je l'ai inscrite au musée des beaux-arts du Québec. Aujourd'hui, en après-midi, tout en faisant un bouilli aux légumes, je lui ai demandé de me parler de sa famille, nous avons joué aux cartes, elle a mangé du bouilli, pris du vin, et écouté un film avec moi. Elle m'a dit: ''laisse les morts où ils sont''. Je lui ai répondu: ''Maman, moi les morts sont toujours avec moi, ils me parlent et je les vois. Ils sont ailleurs et ici. Ils sont avec moi et tu sais ce que je trouve le plus difficile, c'est que je suis seule à voir papa et grand-mère. Toi, tu n'as pas la chance de les voir, les sentir, leur parler''. ''Je n'en serais pas capable'' fut sa réponse.

Ciel, je me souviens très bien ce que ma grand-mère disait lorsque j'étais petite: '' je vais venir vous tirer les orteilles lorsque je ne serai pas contente !''. Ma grand-mère, elle est mon guide, comme mon père que je vois assis près de moi sur le divan lorsque j'écoute une émission ou lorsque je conduis mon auto, sur le siège du passager. Je les sens autant que le vent ou la pluie. Je sais qu'ils sont avec moi pour m'aider et pour que j'en aide d'autres. La mort comme les gens pensent n'existe pas. C'est une autre dimension et si vous êtes à l'écoute un peu, vos guides vous feront un petit signe... se faire tirer l'orteil ou se faire chicaner dans un rêve... L'un d'eux m'a déjà pincé le nez. Ils sont vivants dans une autre dimension, ils sont comme ils étaient sur terre, avec le même caractère, et ma grand-mère en avait du caractère... Je ne fais qu'un avec elle... et je sens son amour...

Moi, je n'ai pas besoin de gagner à la loterie. Je suis riche de tout ce qu'ils me font comprendre, et je ne suis jamais seule. De votre côté, ouvrez l'oeil et cachez vos orteils !

P.S Ma grand-mère, mon père et mes autres guides n'ont pas d'ailes en passant... Ils sont comme vous et moi. Comme il y a d'autres dimensions, il m'arrive de voir d'autres formes de ''créatures''. Sachez que je suis normale selon trois psychiatres, j'ai juste un don de voyance. C'est tout. Pourquoi trois? Je ne croyais pas la première, ni la deuxième... J'ai un sale caractère comme ma grand-mère !


Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''