mercredi 12 décembre 2018

Guillaume Côté, un bleuet à Moscou

Crédit photo: Karolina Kuras

Il s'appelle Guillaume Côté, il est danseur au Ballet national du Canada. C'est aussi un gars du Lac-St-Jean, mais dans mon coin de pays, on dit plutôt, c'est un bleuet.  Louis XIV avait du sang bleu, nous, les natifs de cette immense tale du Québec (Saguenay Lac-St-Jean), avons de la fierté bleutée qui coule dans nos veines à jamais. Une tonne d'amour-propre qui frise exagérément l'exaltation.  

Ce Jeannois athlétique de 37 printemps est donc le premier danseur québécois a être invité au Ballet Bolchoï à Moscou dans le rôle de Roméo et ce tour de force aura lieu samedi, le 15 décembre.  Trente sept ans dans le milieu de la danse classique, c'est vieux. Ce qui me fait encore plus apprécier l'événement. 

Devenu le symbole de ma région natale en raison de sa grande quantité et de son goût particulièrement exquis, je dois admettre qu'il n'y a pas seulement le fruit qui est unique.  Ce sont également les gens de la place, des gens de coeur, plus grands que nature qui se démarquent par leur gentillesse et/ou leurs talents. Voici donc Lost in Motion interprété par un bleuet d'exception. 

Force, amplitude, souplesse, perfection... Avec ce bleuet-là, juste avec lui, on pourrait faire une immense tarte ! 





lundi 10 décembre 2018

Le temps est bon, pas juste pour la chanson

Crédit photo: Pinterest wearlemonade.com


C'est l'histoire d'une chanson et de sa deuxième vie, parce que lors de sa première, elle avait été créée par Stéphane Venne en 1971 pour le film Les mâles de Gilles Carle.  Chantée par Isabelle Pierre de son vrai nom Nicole Lapointe, elle faisait l'éloge d'une triangle amoureux entre une femme et deux hommes.  

C'est l'histoire de trois jeunes, un collectif français du nom de Bon Entendeur qui en attendant la chanson dans le film Les amours imaginaires de Xavier Dolan ont décidé de la remixer.  Pourquoi pas, c'est leur grande spécialité ! 

Ce qui fait qu'elle a été visionnée 5,000 000 de fois sur différentes plateformes dont 2,800 000 fois d'écoutes sur Spotify et 425 000 sur Youtube. Après Céline Dion, Isabelle Pierre est semble-t-il la plus écoutée sur Spotify, et ben ! 

Du bon raboudinage (c'est du vieux français de la cour de Louis XIV parlé au 18ème siècle au Québec) qui nous fait redécouvrir une charmante chanson.  Je vous entends penser, mais où veut-elle en venir avec son vieux français  ? 

Faut lire ceci, c'est parti mon kiki.

Épilogue
J'ai commencé à écrire un roman historique géo-politique (1834-1839). Comme dirait le réputé professeur-historien dont j'ai suivi un cours intensif il y a deux semaines, il est à deux contextes parallèles. Ça vous dit rien... Normal, la littérature, c'est tout un univers, va falloir que j'écrive sur le sujet. Y a de la hiérarchie dans ce monde là !  C'est pas croyable ! 

Je poursuis...

Néanmoins, pour faire une histoire courte, après avoir lu tout ce qui me tombait sous la main depuis un an sur la Nouvelle-France et fais ma généalogie, je carbure maintenant sur le Parti patriote et la Société des 21.  Je sais faire du savon ancestral, je connais la potasse, pis mon chum ne veut plus m'entendre parce que je lui radote tout ce que j'apprends surtout lorsque nous roulons en voiture. Pourquoi ? Il ne peut pas se sauver !  J'pense pas écrire mon roman rapido-presto parce que je commence un nouvel emploi en janvier.  J'suis ben occupée. 

J'vous quitte pour le blocus de Napoléon.  Si j'écris moins souvent sur mon blogue, c'est pour tout ça.  

Le temps est bon, pas juste pour la chanson. 






jeudi 6 décembre 2018

Personne ne pourra m'arrêter

J'ai toujours admiré la fierté, la dignité des Franco-Ontariens et en ce moment, ils le sont encore plus. Soyons tous solidaires avec eux, c'est un devoir, une nécessité que l'on ne peut contourner.  Ils ont besoin de nous. Il est temps d'être au rendez-vous et de se tenir debout avec eux.  


vendredi 30 novembre 2018

Marche à Québec en soutien aux Franco-Ontariens



Crédit photo: Radio-Canada

Ils existent, ils sont là, les francophobes.  Sournoisement ou au grand jour comme Doug Ford, premier ministre de l’Ontario qui persiste et signe en sabrant  dans les acquis des Franco-Ontariens. 

L’annonce du départ comme indépendante d’Amanda Simard, députée du Parti de Ford me rend fière d’être une Simard !  Elle a des couilles Madame Simard, des grosses et j’aime ça !  Bravo !

Et puis, ce soir, le drapeau des Franco-Ontariens flotte dignement sur une des tours du Parlement de Québec grâce à une motion de la députée du Parti québécois Véronique Hivon en protestation du manque de sensibilité du gouvernement Ford envers la minorité francophone de sa province.  On ne peut que la féliciter pour cette brillante idée ! 

Mais nous, Québécois, Québécoises, que pouvons-nous faire pour soutenir les franco-Ontariens ?

Voici quelques suggestions :

-Faites une visite sur le site de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario.  Ils vous offrent différentes options pour les supporter.

-  Y a aussi des marches organisées un peu partout au Canada.  À Québec, ce sera dimanche au Parc de la Francophonie, 758 Grande-Allée Est à 13 heures.  

-  Prions en choeur pour que René Lévesque, Jacques Parizeau et Bernard Landry apparaissent en rêve à M. Ford !   Ben quoi, j’ai pas écrit, fabrication d’une poupée vaudou ! 

À suivre…  So So So Solidarité !  

Je suis à toi de Lara Fabian



La pochette du nouvel album de Lara Fabian qui sortira le 8 février 2019 est magnifique !  Quelle belle femme ! Pour l'avoir déjà rencontré en personne, et oui, je suis née sur une bonne étoile, elle est d'une grande beauté en chair et en os, pas juste sur papier !  

Deux extraits sont disponibles sur iTunes en précommande, Papillon et depuis ce matin, Je suis à toi.  Ma préférée est la dernière. Écrit, produit et enregistré à Montréal dans le studio de sa maison, l'album semble être dans la même lignée électro-pop que Camouflage. Ça promet.  

Décidément, celle qui reprendra son fauteuil rouge à la Voix à l'hiver prochain continue de nous éblouir.  Incomparable Lara, non, divine Lara ! 




jeudi 22 novembre 2018

Les voleuses


Droit d'auteur de l'image: Aleksandra Sabelskaia


Je ne sais pas ce qui se passe avec elles, mais ce sont des voleuses, des cleptomanes en puissance !  Je l’affirme haut et fort, ma laveuse et ma sécheuse s’emparent de mes bas ! Un par-ci et un par-là, ça ne paraît presque pas, mais le résultat est le même, lorsque j’entends le concerto en fa mineur de Bach qui m’avise que le cycle de séchage est terminé, c’est automatique, l’un d’eux a disparu ! Volatilisé ! Quoique, ça pourrait être ma laveuse aussi, il y a des petits recoins qui ne sont pas toujours connus dans ce genre d’appareil. Peut-être les mangent-elles ? Pas évident à digérer !  Ce qui fait quand même que je me retrouve avec une petite montagne de bas de toutes les couleurs et c’est juste à moi qu’elles font ces mauvais coups !  Serait-ce un complot ou sont-elles des misogynes ?  Adieu, la solidarité féminine !  J’en ai parlé à toute ma famille, évidemment, personne n’a rien vu.  Seraient-ils des complices ? 

À bien y penser, elles sont des magiciennes.  Je viens d’allumer !  Pourraient-elles m’envoyer dans un pays chaud me faire dorer la couenne au soleil ?  Il fait -18 mais température ressentie de -28 pour un 22 novembre, c’est frette !  Bon, en attendant, je vais me réchauffer les pieds avec deux bas différents !  Et pour mes enfants, ne me dites pas que je commence à prendre de l’âge parce que j’ai pas la même couleur de bas aux pieds !  C’est voulu ! C’est-à-dire, imposé par ces voleuses.  Je vais aller vérifier la marque de ces appareils pour appeler le fabriquant.

-Quoi ! Des Kenmore Robin des bois !  On aura tout vu (sauf mes bas) !


dimanche 18 novembre 2018

Doug Ford et la communauté franco-ontarienne





Mais voulez-vous bien me dire ce que le premier ministre de l’Ontario Doug Ford a mangé pour décider d’abolir le Commissariat des services en français et le projet de création de l’Université de l’Ontario français ?

Cette décision soi-disant économique pour le redressement de la province ontarienne cache assurément une volonté politique de ne plus protéger la communauté francophone de cette province qui compte 620,000 personnes.  Quelle honte !

L’argument de Caroline Mulroney, ministre déléguée des Affaires francophones ne tient pas la route non plus.  Comment croire que ces abolitions sont uniquement administratives et que l’ombudsman s’occupera adéquatement des plaintes liées au fait français ?  Avons-nous une poignée dans le dos ? C’est justement parce que ça ne fonctionnait pas que ce Commissariat a été créé.

Essayez d’imaginer un peu comment les anglophones du Canada réagiraient si nous faisions la même chose pour la communauté anglophone du Québec ? Sans revenir sur les propos de Denise Bombardier à TLMEP au début de novembre dernier, disant que toutes les communautés francophones à travers le Canada avaient à peu près disparu, et bien, ça ne les aidera pas à les garder en vie bien longtemps ! Cette décision purement politique veut délibérément la disparition de la communauté francophone en Ontario ! C’est le début de la fin pour eux.  Denise Bombardier est-elle une sorcière ?   

Les Franco-Ontariens ont besoin de nous, soyons solidaires et que la Charte canadienne des droits et libertés se fasse entendre devant les tribunaux.  Parce qu’un jour, ça pourrait très bien nous arriver si on baisse la garde.  Le décompte de la survie de la langue française est bel et bien commencé.


mercredi 14 novembre 2018

Frôler l'extase





Crédit photo: moi

J'ai la chance, le privilège, de me ressourcer dans la nature et mon endroit fétiche se trouve devant ma rivière Lombrette à mon chalet.  C'est la plus belle du monde, celle du nom de mes ancêtres Simard dit Lombrette.  

Je la contemple de tous les côtés, à toutes saisons, des heures et des heures, beau temps ou mauvais temps. Écouteurs sur les oreilles, assise sur ma roche préférée, je l'admire en chantant à tue-tête avec mon Josh Groban, juste à moi et pas aux autres.  Je l'écoute aussi, bien attentivement. J'vous dis qu'une rivière, ça jase !  Un bonheur qui frôle l'extase.  

Je vous souhaite un endroit où le temps s'arrête et que la vie prend tout son sens.  Un endroit qui vous recouvre de son énergie, un cocon, un havre de paix.  Le trouver, c'est précieux, tellement précieux.  Gratitude...