Translate

mercredi 30 novembre 2011

Pour toutes les Marjorie Raymond du Québec


Dure la vie, dure... Aujourd'hui, partout dans les médias, dans les bureaux et les chaumières au Québec, on ne parle que du suicide de la belle et jeune Marjorie Raymond, 16 ans, suite à de l'intimidation dans son école.  Je crois que c'est la 4ième sur le fameux palmarès concernant ce fléau.  Je ne connais pas du tout cette jeune fille mais son décès me va droit au coeur.  Je me revois comme parent en fasse de plusieurs professeur(s) et directeurs d'écoles essayer de comprendre avec eux, l'intimidation que mon fils vivait à partir de l'âge de 7 ans et ce, jusqu'en secondaire 2 (même dans une école privée) !  Il avait le ''PROFIL'' de l'enfant différent (TDAH) qu'on pouvait faire fâcher rapidement et qu'on pouvait humilier à répétition. Que de mauvais souvenirs !  Je crois qu'il doit encore avoir le ''profil'' parce qu'il y a un an, c'est arrivé sur Facebook mais avec des menaces et nous avons dû contacter la police.  Pas reposante ma vie, je vous l'accorde encore moins la sienne !

Où est-ce que je veux en venir ? À l'instauration de la tolérance zéro, de mesures plus sévères envers les agresseurs.  Je pense qu'on les  protège davantage. J'ai toujours eu l'impression que les intervenants sociaux ne savaient pas tellement comment agir face à cette gangrène et que selon eux, mon fils devait lui aussi modifier son comportement face à ses agresseurs. Facile à dire et à faire lorsqu'on mesure 6 pieds et qu'on commence à avoir des cheveux gris,  plus difficile lorsqu'on mesure 6 pommes et des poussières !  Mon fils a toujours été un gardien de but qui savait adroitement arrêter les rondelles, pas les menaces et le dénigrement de ses pairs.  Il aurait fait n'importe quoi pour avoir un ami, même un ennemi était pour lui une possibilité que cette personne change d'avis envers lui et qu'il le devienne !   On part de loin.  Ne me parlez pas du peu d'intervenants spécialisés (psychoéducateurs, éducateurs spécialisés etc) dans les écoles, c'est rare comme de la marde de pape ! 

Je ne connais pas Marjorie Raymond mais pour toutes les petites Marjorie (féminin incluant pour ce soir le masculin) et cies du monde qui se font intimider, il faut changer des choses dans notre système scolaire actuel (et judiciaire). Il y a une faille, une grosse faille.  Celle où on protège davantage les agresseurs et leurs parents (qui ont eux aussi une responsabilité) par peurs de POURSUITES JUDICIAIRES !  Les directeurs d'écoles marchent sur des oeufs dans ce dossier (c'est ce qu'un directeur d'école m'a déjà dit).  Que font les commissions scolaires ?  Il ne reste qu'à faire une plainte à la police en dernier recours.  Moi, ce soir,  j'ai la chance d'avoir encore mon fils avec moi.  ''Réveillez-vous quéqu'un ! '' !

mardi 29 novembre 2011

L'art d'être parent et 10 minutes de grogne


Je vous assure que la vie de parents, c'est pas du gâteau.  L'art culinaire n'est peut-être pas ma spécialité.  Pourtant, petits, mes enfants étaient les plus beaux, les plus aimés de tous les petits soufflés du monde ou presque. Or malgré cela, j'ai dû trop brasser la sauce, mettre trop de perlimpimpin et pas assez de perlimpimpine car mes 2 derniers sont mal-élevés.  Vous avez bien lu ! Ce mot est démodé, je sais, mais n'empêche que ça veut dire ce que ça veut dire.  Ils sont impolis, sourds et loin d'être muets !  La phrase préférée de ma fille se résume à ''je m'en fous''.  De ce temps-ci, je lui répète d'enrichir son vocabulaire. Trouve au moins des synomymes, lui dis-je ! Et me voilà à la sermonner en lui radotant qu'elle se fourvoie royalement en pensant que si elle continue à foutimasser (ne pas faire d'efforts) comme elle le fait actuellement et bien, elle va foutrement doubler son année scolaire (paroles de son prof de français aussi) !  Quel foutoir !

Que dire de mon autre fils qui aime la fête comme les bulles se collant au champagne !  La mode actuelle est de se ''paqueter la fraise'' à la maison AVANT de se rendre dans un bar !!! Je crois que je lui ai trop montré la valeur de l'argent à celui-là !  Un vrai Séraphin ou quoi !  Non mais... je n'arrive pas à lui enseigner l'importance de boire convenablement.  Faut que jeunesse se fasse, je sais mais... Toujours est-il que c'est assommant !  Que dire de tout ce que je lui répète depuis 19 ans... La liste est longue. 

C'est évident, je veux plus que mes enfants ne veulent. Je veux réussir pour eux, presqu'à leur place. La théorie a toujours été ma force et la pratique ma faiblesse. En regard à cela, je ne réussis pas à lâcher-prise face à mes attentes minimalistes envers eux.  Y'a des jours où j'aimerais bien les faire rôtir parce que eux me font bouillir !

Et si mes deux derniers étaient chiants tout simplement parce qu'ils sont comme ça ?  Le cuisinier fait sa sauce mais la réussite de son plat dépend aussi des ingrédients qu'il a en main !  La preuve, mon aîné de 27 ans, un homme maintenant, est tout simplement adorable ! De la vraie gastronomie, je vous dis.  Une consolation parce qu'en ce moment, je mange à la bonne franquette, mon pain noir !

dimanche 27 novembre 2011

La magie de Noël



(Auberge Godefroy à Bécancour)
J'adore les lumières de Noël !  Je retrouve très facilement mon coeur d'enfant lorsque j'en vois.

vendredi 25 novembre 2011

Le culot

(Image: Crystal Renn, mannequin ayant des troubles alimentaires).
Le culot, j'aime ! Pas le cul haut ! Quoi que...Bon, pour revenir à mes moutons, j'aime la diversité des genres, pas la plus belle, la plus gentille, la plus sexy mais tout simplement être le meilleure version de soi-même.  J'admire les humanistes et tout autant les gens qui croient que rien ne les arrêtera.  Moi, après un refus, j'ai la trouille et je recule de 500 pieds ! Je suis timorée, une vraie poule mouillée !  Le rejet, je ne supporte pas. Faut donc y aller avec moi avec des pincettes !  Dans certaines situations, j'ai un front de boeuf par contre, dans d'autres, j'ai pas de culot, d'audace, d'aplomb, d'assurance !

Y'a des personnalités qui nous attirent sans même savoir pourquoi. On les aime, voilà. Xavier Dolan est l'un d'eux. Affublé d'une personnalité flamboyante, fonceuse et d'un talent fou, il m'impressionne.  L'authenticité me fait chavirer.  J'aime tout autant Nico Archambault et Pierre Lapointe pour les mêmes raisons.  La force de caractère masculine de ces 3 hommes me fait craquer.  Xavier Dolan qui porte des bas de nylon, c'est incroyablement ''sauté'' et il est beau comme un coeur dans cet accoutrement.  Non, on est loin de Georges Clooney qui est mon type d'homme mais franchement, lorsque le culot l'emporte sur les ''il a l'air de ci ou de ça'', alors on peut dire que la beauté extérieure prend toute sa force de l'intérieur.  J'aimerais bien qu'un jour, un chanteur arrive sur scène avec des pointes de ballet !  Vous avez bien lu, un chanteur, PAS une chanteuse, juste pour déstabiliser le spectateur voire toujours dans le bon goût. Visiter la zone grise.  L'art, c'est fait aussi pour ça, aller là où on n'oserait jamais aller. 
Je convoitise avoir du culot un jour !  En tout cas, j'ai des culottes de cheval !  Culottée d'une certaine manière mais pas comme je voudrais ! 

lundi 21 novembre 2011

Dany Laferrière à Tout le monde en parle


N'eût été de la belle réplique hier soir de Dany Laferrière à ''Tout le monde en parle'' envers Monsieur François Legault du nouveau parti politique (au provincial) Coalition Avenir Québec, je ne pense pas que j'aurais autant apprécié ma soirée.  En première ronde, cet écrivain québécois d'origine haïtienne m'a littéralement ébloui lorsqu'il a fait la nomenclature d'auteurs se rapportant selon lui à des endroits ou des mots clés imposés par Guy-A Lepage.  En deuxième ronde, Laferrière a su ''boxer'' intelligemment lorsqu'il a répliqué à Monsieur Legault ceci '' Quand on dit qu'on est ni de droite ni de gauche, c'est qu'on est toujours de droite.  Un homme de gauche ne dit pas qu'il est ni de droite, ni de gauche. Il se définit''.  Ça s'appelle dans mon langage, mettre KO !  Monsieur Legault ne voulait pas préciser où il se situait.  Il ne l'a jamais vu venir.  C'est de l'art, celui d'un seul homme confrontant la pensée d'un autre et ce, malgré la majorité des invités qui semblait encenser Legault.

La droite (comme dirait mon amie Christelle) se fait ''diaboliser'' actuellement. C'est mal vu d'être de droite et on pense tout de suite à Harper, notre premier ministre du Canada.  Toutefois au Québec, tous les partis sont centristes, de centre-gauche ou de centre-droite. Il n'y a pas véritablement de droite et de gauche comme aux États-Unis ou dans le reste du Canada.  Or, il y a de bonnes personnes dans tous les partis politiques (et des moins bonnes aussi). L'important, c'est d'exercer son droit de vote !  Décidément, ça m'a donné le goût de lire le dernier livre de Laferrière ''L'art perdu de ne rien faire''.   La sinistrose du dimanche soir n'était décidément pas au rendez-vous et comme disait Boileau '' ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément''.  Laferrière a appliqué à la lettre cette ancienne maxime.  J'aime bien ce genre de confrontation. L'art oratoire peut être un sport extrême quelquefois. Qu'on se le dise, Laferrière est un athlète de haut niveau.

dimanche 20 novembre 2011

Pierre-Hugues Boisvenu en garde-à-vous et gare à vous


Une belle découverte ce James Blake pour un matin pluvieux et un léger mal de gorge.  J'aurais bien aimé vous parler du projet de loi C-10 et de la sortie du sénateur conservateur P-Hugues Boisvenu mais je n'en sais pas assez pour m'en faire une opinion.  Et puis pourquoi pas ? Il est critiqué de toute part ce matin et ça m'agace.  Les associations d'avocats de la défense reprochent au sénateur de tenir des propos sans fondement.  Pierre-Hugues Boisvenu est le président-fondateur de l’Association des Familles de Personnes Assassinées ou Disparues. Il a donc fondé cette association après le meurtre de sa fille Julie en 2002. Il est un ardent défenseur des droits des victimes d’actes criminels et utilise son poste de sénateur pour faire changer les choses.  Probablement qu'il n'a pas toujours raison mais...avec lui c'est GARDE-À-VOUS ET GARE À VOUS !  Cette homme a actualisé sa peine dans l'action, c'est admirable.  Peu importe, les nuances qu'il n'a probablement pas apportées, le système judiciaire incluant les sentences sont à revoir.  J'aime mieux un homme comme lui qu'un politicien avec la langue de bois.  Le problème avec les avocats c'est qu'ils défendent UN SYSTÈME... Nous, payeurs de taxes, voulons de la justice.  Monsieur Boisvenu peut retourner faire ses devoirs mais à mon humble avis, le système judiciaire tel qu'on le connaît actuellement aussi !   Cette histoire est à suivre... Les propros de cet homme suscite du mécontentement et bien c'est tant mieux, si ça peut attirer l'attention sur un système désuet qui donne l'impression de protéger davantage l'accusé que la victime !  Je retourne donc à James Blake parce que la moutarde me monte au nez.  Me semble que mon opinion n'était pas encore faite sur le sujet...

samedi 19 novembre 2011

La danse contemporaine et la cuisine

Je ne le connaissais pas du tout avant aujourd'hui, c'est donc en visionnant mon émission préférée ''ILS DANSENT'' que j'ai fait la découverte du chorégraphe contemporain JOSH (JOSHUA) BEAMISH. Il a sa propre compagnie à Vancouver.  Je trouve personnellement que ce jeune homme a sa propre signature et en danse, c'est très important.  Que ce soit en art visuel ou en danse, il faut trouver ce qui nous distingue des autres.  J'aimerais que vous remarquiez qu'il travaille en ouverture (les jambes vers l'extérieur comme en classique) ça donne TOUJOURS DE PLUS BELLES LIGNES.  Il mélange également les ''waves-vagues'' du hip-hop et les changements de tension du moderne.  Beamish utilise souvent ''le canon'' dans ses chorégraphies, c'est SA signature.  Indéniablement, ce chorégraphe amène une parcelle de spiritualité dans ses oeuvres, une fragilité, une douceur qui moi, personnellement, j'apprécie.

La danse contemporaine est touchante et magnifique lorsqu'elle utilise un mélange de différents types de danses et qu'elle en fait ressortir ses diverses particularités.  On peut aller loin dans le message véhiculé en contemporain mais de grâce, faites-le donc en beauté comme Beamish.  La danse contemporaine, c'est comme l'art culinaire.  On peut manger n'importe quoi, n'importe comment mais aussi on peut admirer la forme de l'assiette, le choix, la couleur, la texture, le placement des aliments avant de savourer. Et en général, on veut que le plat goûte bon !  Ça peut aller du divin à honnête en passant par exécrable ! Une recette se décline en 1,001 formes et autant de saveurs, mieux vaut donc que le tout soit appétissant et non répugnant !  Je ne demande pas la perfection mais en danse, j'aime le ''de bon goût'' et plus... Est-ce que vous payeriez pour la présentation d'un plat repoussant dans un restaurant et mauvais pour vos 10,000 papilles gustatives ?  En danse, c'est la même chose.  Donnez-nous du beau, du bon et vos salles se rempliront !

vendredi 18 novembre 2011

Le français en déclin


Les fêtes approchent tout doucement et...je ne vous en parlerez pas !  C'est jamais trop vite pour se préparer à festoyer mais cette semaine, j'ai oublié de vous parler de mon maire Labeaume (Napoléon Premier Labeaume) qui s'est insurgé contre l'anglais à Paris et ce, surtout dans l'affichage. Il semblerait que c'est un sujet TABOU là-bas !  Au Québec, c'est subtile, le déclin se fait tout doucement mais sûrement malgré la loi 101.  Depuis des lunes, on se débat pour garder la langue française vivante dans une marée anglophone en Amérique du Nord.  Que dire de Montréal qui est fière de son bilinguisme mais qui devient de plus en plus une mégaville anglophone unilingue (j'exagère à peine). Faut dire aussi que nos enfants (2 sur 3 des miens) ont de la difficulté à écouter de la musique FRANCOPHONE, il y a comme un dédain sur la dite chose !  Pourtant, on en écoute chez nous mais... bon, ils doivent avoir l'esprit de contraction ou d'opposition ! 

Balzébuth de Balzébuth (second après satan en passant)...Hier, à la remise du bulletin de ma fille (mon cheval sauvage lunaire), j'ai reçu un coup de massue sur la tête !  56 % en FRANÇAIS !  Je bouille fortement depuis exactement 24 heures !  Je suis du genre à ruminer longtemps, ça n'aidera pas sa cause... Saviez-vous que la durée d'UN cheveu dure environ 4 ans ? J'ai la tête dure et une grosse crinière ! Le pacifisme et la négociation ne font plus partie de mon vocabulaire !!!  AUX GRANDS MOTS, LES GRANDS MOYENS !  JE VAIS LUI DONNER DES COURS DE GRAMMAIRE BESCHERELLE 101 tous les samedis jusqu'au prochain bulletin !   Elle va BROUTER le dictionnaire s'il le faut mais elle ne me fera pas honte 2 fois devant Madame Pagé, lunettes sur le bout du nez et ton dédaigneux qui avait raison d'être !  Cette année, les préparatifs de Noël incluront la Bécherelle pour ma demoiselle !  Why not comme on dirait à Montréal ! (''Un rapport récent de l’Office québécois de la langue française prédit que d’ici 2031, le pourcentage de la population de l’île de Montréal qui parle majoritairement le français à la maison baissera à moins de 50 %. ''  Le devoir, 18 novembre 2011).  On pourrait peut-être faire quelque chose avant que la langue française disparaisse au Québec complètement d'ici 100 ans ?

mardi 15 novembre 2011

Shakira et Molière

Juste parce que c'est beau et qu'une bonne partie de la chanson est en français, je vous place (encore, 2 fois cette semaine !) Shakira.  Elle excelle en tout, autant avec la danse du poteau que dans la langue de Molière !

Spirochètes

Avez-vous comme moi une progéniture qui n'aime pas se laver les dents ?  Vous avez tout essayé et bien,  j'ai LA solution pour vous, gratos mon ami(e) !  Montrez-lui des spirochètes, une bactérie qu'on retrouve dans la bouche (et ailleurs mais je vais passer mon tours).  Si vous avez faim, je vous suggère de manger AVANT de visionner la vidéo.  C'est un joli mot tout de même... En tout cas, ça donne le goût d'aller se laver les dents, surtout lorsqu'on a son amoureux en avant de soi !

lundi 14 novembre 2011

Le poteau de Shakira

Au départ, je pensais vous placer ''je l'aime à mourir'' de Shakira en FRANÇAIS (c'est magnifique !) mais... je me suis amusée sur Youtube à regarder cette divine danseuse (et chanteuse) et j'ai trouvé que cette vidéo était... plus esthétique que les autres.  Je crois même que je vais m'acheter un poteau en or pour mes 50 ans si je continue à la reluquer !  Facile pour l'ancienne ballerine d'exécuter les isolations indiennes que je sais faire parfaitement encore, y'a juste un gros bémol et je vous le donne dans le mille.  J'ai juste peur de ne pas arriver à tourner correctement sur ce foutu poteau !  Vaseline s'il vous plaît ! Et un gros pot !  C'est un art ça, se tortiller sur un mince pylône lustré !  Va falloir que je me pratique assidûment avec ceux des feux de signalisation de mon quartier, parce que chez moi, j'en n'ai pas !  J'ai bien un rouleau à pâte, une pelle, même une moppe !  Pas certain que ça va donner le même look avec une vadrouille !  Vous savez, à Québec, on donne ce ''genre'' de cours mais ils utilisent des chaises !  Les poteaux de Shakira sont difficiles à trouver !

Bon, bon, bon, cette chanson me tape sur les nerfs en plus car elle me casse les oreilles à mes cours de Danza et de Zumba (bon vieux Workout qui se veut un peu plus dansant mais qui ne l'est pas réellement).  Comment puis-je me procurer un poteau ?  Ah... les pompiers !  Trop gros me semble !  Je cherche, je cherche... 

dimanche 13 novembre 2011

Québec, aujourd'hui






Québec aujourd'hui, température de 10 degrés donc... doux. Le déjeuner dans le vieux-québec (environ 10-15 minutes de chez moi si je prends l'autoroute) et promenade dans la forêt avec Monsieur le Marquis et Sam. Y'a bien eu aussi du magasinage pour les cadeaux de Noël. Journée paradoxale, la nature et la consommation. Je trouve que les arbres se ''déplument'' trop rapidement à mon goût ! Ils sont si beaux lorsqu'ils sont coiffés de leurs feuilles multicolores !
Posted by Picasa

samedi 12 novembre 2011

La gratitude et la pitié


Crédit photo: ?  je sais seulement que ça donnait sur le blogue : Pénégrinations photographiques.


Coupure dans le temps aujourd'hui car il neige à plein ciel.  Les magasins ont placé déjà leurs belles décorations de Noël, certains voisins aussi et la musique festive ou mélancolique se fait entendre dans nos oreilles depuis 3 à 4 jours. Plaisir pour l'un, enfer pour l'autre.  Ça dépend de bien des choses, une séparation, un divorce, une perte d'emploi, le décès d'un proche ou une peine d'amitié.  Si comme moi, vous avez eu l'année facile (sans grandes souffrances) alors il faudra placer le mot GRATITUDE dans votre quotidien.  Ça fait moralisateur de ma part mais...Je vous assure que je vais être la première à l'appliquer !

Ça commence maintenant. Cet après-midi, je pars avec ma fille et ma mère magasiner un peu.  Je veux leur accorder du temps de QUALITÉ surtout à ma maman.  Je me calme le pompon et place mes vibrations en mode GRATITUDE!  Est-ce que ce sera son dernier NOËL ?  Est-ce que je lui accorde assez de temps de qualité ou il m'arrive de me débarrasser de ''ma tache d'aidante naturelle''.   Parce que dans mon cas, c'est justement pas toujours naturel !  Ma mère a 85 ans et elle en perd énormément physiquement .  Sa conversation est de plus en plus limitée.  D'ailleurs, je dois bien convenir que ses deux phrases préférées sont :
-Y'a rien de spécial c'est ''bin'' tranquille !
ET
-D'une manière ou d'une autre ! 
Pauvre maman !  Ma mère devient mon 4ième enfant et elle me fait pitié. J'ai bien écrit PITIÉ ! Ce sentiment est galvaudé et mal aimé.  Lorsque quelqu'un nous fait pitié, ça va chercher en nous ce qu'il y a de meilleur.  Dans mon cas, faut que je cherche loin quelquefois car avec ma tribu ce n'est pas toujours évident mais... justement y'aura pas de MAIS, juste des beaux POURQUOI PAS !   On attend pas après les autres pour se faire du sucre à la crème si on en veut !  Noël sera splendide et différent cette année car j'ai retrouvé la clef magique pour y arriver.  Celle de mon coeur d'enfant qui ne supporte pas la souffrance des autres, surtout celle de sa mère.

vendredi 11 novembre 2011

journée pot pourri

Y'a des chansons qui s'infiltrent en nous.  Ils persistent et signent leurs refrains sans notre consentement et avec un gros marteau-piqueur dans notre cerveau ! Soit dit en passant,  ON N'Y PEUT RIEN !  Faites des prières ou ce que vous voulez, la seule chose à vous souhaiter c'est bonne chance !  Celle-là, je l'ai entendu toute la nuit !  Elle s'est accrochée à moi comme un tatouage à ma peau.  J'ai pas de tatouages, j'adore ça mais je suis trop moumoune !  J'ai juste à regarder ceux de Coeur de pirate et j'ai mal !  Bon... Changement de sujet.  Je viens d'aller chercher ma toute nouvelle voiture neuve (première auto NEUVE à vie, Mazda 3) !  Elle est rouge métallique.  Tout le monde au Québec conduit des autos blanches, NOIRES ou grises. Je voulais faire différent et ça va bien avec ma personnalité colorée.  Le gentil vendeur (ça existe !) m'a dévoilé que 1 femme sur 10 choisit une rouge !  Encore une fois, l'homme en moi s'affirme !  Dans notre couple, je suis l'homme !  Paternaliste je vous assure !  Mes réactions sont souvent masculines et mon humour aussi !  La seule grande dissemblance est mon sens de l'orientation. Je suis complètement nulle comme GPS !  C'est pratique, personne ne me demande d'indications !

La journée pot pourri, c'est dans le sens varié, pas qu'elle va puer !  Je vous quitte pour aller chez ma dentiste.  Je déteste me faire piquer et lorsqu'elle place une digue, j'étouffe !  À bien y penser, ce sera un après-midi pourri mais heureusement je vais revenir en ''Cadillac'' ! (L'expression ''être en Cadillac'' vient des années 50 lorsque les américains avaient de grosses voitures Cadillac de luxe. C'est un peu avoir le sensation d'avoir un objet de luxe).  Vroum-Vroum-Vroum !  

jeudi 10 novembre 2011

MACM

Très jolie vidéo autant pour la musique que pour les images.  L'art contemporain décoiffe royalement, il faut donc y aller progressivement (dans mon cas).  Toutefois, lorsque c'est beau même dans la laideur, j'arrive quelquefois à être touchée mais je passe rapidement d'une oeuvre à une autre.  Je dévore le tout sans m'y attarder, ce que je ne fais pas lorsque je vais à un concert, un spectacle.  Je ne mastique pas l'art contemporain, j'avale tout rond ! Y'a des bouchées plus difficiles à avaler que d'autres !   Je déteste ou j'aime et je passe au suivant... Je peux me perdre très longtemps dans ma tête dans un musée d'art contemporain un peu comme dans une église.  C'est un endroit où il n'y a pas beaucoup de monde, on prend facilement possession de l'endroit (pour certaines expos moins accessibles/populaires).  Au MACM, On en sort choqué, bouleversé, indifférent ou au 7ième ciel. Or, moi, j'ai le plus beau au monde à Québec mais bon... je vous présente tout de même celui de Montréal.   Je suis ''chauvine'', je sais... Monsieur Labeaume, voulez-vous sortir de mon corps !

mercredi 9 novembre 2011

Natalie Portman et son cygne noir

Ayant vu le film ''le cygne noir'' avec Natalie Portman il y a quelques mois, je crois sincèrement qu'elle avait une prédisposition naturelle pour la danse.  Il faut regarder cette vidéo pour bien comprendre son hypermobilité ligamentaire, sa souplesse, sa grâce car même si elle n'a pas beaucoup de technique, elle arrive avec justesse à bien fignoler les poses, les ports de bras.  De plus, elle a un corps, une pointe de danseuse.  La danse ce n'est que du travail, du travail et du travail mais... personne ne peut arriver aussi vite à un bon résultat comme elle a réussi à le faire sans un talent de base naturel.  C'est comme si vous vouliez apprendre le piano sans avoir de l'oreille... C'est possible mais c'est plus difficile.  À vouloir essayer de personnifier le cygne blanc ou noir, vous ne pourriez qu'atteindre le chant du cygne !

J'allais oublier... Je n'aime pas du tout le ballet ''le lac des cygnes'', trop tranquille, trop classique à mon goût.  Il me semble qu'il pourrait être modernisé un peu. Y'a classique et classique ! Trop c'est comme pas assez.



Et voici maintenant une ''vraie'' ballerine.  Remarquez la perfection des mouvements, méthode Vaganova.  Cette technique est la meilleure. En classique,  il y a la technique italienne, française et russe.  J'ai appris la russe Vaganova.  Elle est plus difficile parce que tout est accentué. Les meilleures ballerines en danse classique sont russes en grande partie à cause de la technique Vaganova et des entraînements qui sont inhumains.

lundi 7 novembre 2011

La moustache et le cancer de la prostate


Le cancer de la prostate est le celui le plus répandu au Canada après le cancer de la peau.  Ayoye ! Et 25,500 hommes recevront un diagnostic de ce cancer dont 4,100 en mourront en 2011. Encore Ayoye ! Alors au Québec, en novembre, on voit tranquillement mais sûrement apparaître sur les beaux visages de nos mâles québécois une moustache qui se poursuit des joues au menton, tout dépendant du goût de nos petits chéris d'amour.   Ce mouvement de sensibilisation né en Australie il y a 5 ans porte le nom MOVEMBER. Belle cause mais j'ai un petit bémol !  Ça ne va pas à tous les hommes une moustache ! À moins que vous ressembliez à Brad Pitt, là c'est une autre histoire mais en général, c'est LAID si elle est toute nue, que la touffe soit grosse, moyenne ou petite, qu'on se le dise,  c'est pas très joli !  Faut qu'elle soit accompagnée à son pourtour de pilosité assujettie. Une moustache seule c'est comme un soulier sans talon !

Mieux vaut l'escorter d'une petite robe veloutée contournant vos belles lèvres Messieurs et qui se dépose jusqu'à votre menton. Ne revenez pas aux années 80, actualisez un peu vos poils à la mode du jour ! C'est beau la sensibilisation et l'importance du dépistage mais je vous assure qu'on a un choc presque anaphylactique lorsqu'on vous voit déguisé, affublé de cette manière.  Nous ne sommes pas au cirque Messieurs les maîtres de piste !  Et puis, l'halloween c'était le 31 octobre, je précise !!!  À vos rasoirs au plus vite en décembre ou apprenez à dompter votre force Samsonnienne en dessous de votre pif !  C'est Dalila qui vous le dit !

(Au Québec en 1971, on entendait cette chanson, souvenir d'enfance)

dimanche 6 novembre 2011

Sophie Milman à Québec




Sophie Milman est une veloutière. Cette chanteuse de jazz tisse joliment avec sa douce voix une atmosphère sentimentale fort agréable.  Hier soir, au Palais Montcalm, elle était secondée de quatre excellents musiciens qui ont su la mettre en valeur et qui indéniablement avaient du plaisir à jouer avec elle. Un spectacle de jazz c'est rarement l'affaire d'une seule personne.  La voix reste un bel instrument, nonobstant, elle doit être soutenue par une bonne orchestration et dans le cas de Madame Milman, c'est encore plus important parce quelle a une voix qui est basse, sans un grand registre vocal. Une voix très juste par contre.  Un fait important à souligner, elle a parlé en français une bonne partie de la soirée.  Cela démontre à mon humble avis son amour de la langue française ainsi qu'un grand respect pour son public. 

C'est drôle mais elle est physiquement bien différente en personne que sur les images du Web.  Pas très grande et loin de l'image sexy qu'on lui fait prendre pour mousser la vente de ses billets.  Nous nous attendions à une Patricia Kaas mais non, rien de tout cela. C'est dans une courte robe noire mal ajustée qu'elle s'est présentée à nous.  Une styliste s'il vous plaît !  Je suis désolée mais j'étais assise à la deuxième rangée et ça m'a agacé toute la soirée !  Lorsque la voix n'est pas impressionnante et que le choix des chansons reste sur le même ton, on remarque tous les petits détails qui habituellement ne nous tomberaient pas sous l'oeil.  Une belle soirée tout de même, une belle découverte si vous aimez le jazz accessible et sans grande surprise.

vendredi 4 novembre 2011

Authentique comme Clara Furey

Cette fille est vraiment talentueuse !  Ça ne peut pas faire autrement lorsqu'on est la progéniture de Carole Laure et de Lewis Furey !  Musicienne, danseuse et comédienne, elle a décidément tous les talents. Elle ne fait pas du tout mais pas du tout dans la séduction. J'aime son authenticité. 

Sophie Milman

J'aime bien de temps en temps découvrir de nouveaux interprètes.  Pourquoi pas Sophie Milman ?  Pourquoi pas un peu de jazz ?  Madame Milman est une chanteuse canadienne (torontoise) d'origine russe. Dans ma tête et mon corps, cette musique est follement cochonne !  Le jazz me donne des frissons.  Ayant enseigné le ballet jazz dans une autre vie, c'est définitivement la musique que je préférais pour créer des chorégraphies car on peut prendre le temps d'intensifier les mouvements,  d'accentuer certains pas plus que d'autres.  On a l'impression de glisser au lieu de danser quelquefois.  Or, j'ai bien peur que le ballet jazz n'existe plus d'ici quelques années car plus personne ne l'enseigne. Y'a bien moi qui n'a rien perdu mais j'ai pas le goût de recommencer à travailler le soir (je m'embourgeoise)  avec un horaire de fou. Et puis, le hip-hop est à la mode, pas le jazz. Ma classe serait donc vide !

Pour en revenir à mes moutons,  j'irai la voir demain soir au Palais Montcalm et je vous en reparlerai.  Soirée sensuelle au menu et plaisir assuré !   Petite robe noire, talons hauts évidemment et vino auparavant ! 
Ah oui...En attendant, je m'entraîne toujours (quotidiennement mais avec modération) et je cours après ma queue (comme la plupart d'entre nous). Me semble que j'engraisse quand même... en muscles !  Ça se découpe tout doucement, se dessine subtilement, c'est drôle de ne plus voir de la Jello (gélatine) accrochée à mes mollets.  Workout ce soir !  Go !

mercredi 2 novembre 2011

Pauline la mal-aimée



La déclaration du député péquiste Claude Picard sur l'impopularité de Pauline Marois est à mon avis très valable. C'est ce que bien des gens pensent tout bas sans vouloir le dire tout haut, en tout cas publiquement. Monsieur Picard a déclaré ''qu'un des handicaps sérieux, c'est le fait qu'elle soit une femme pour une partie importante de la population''. C'est déplorable mais peut-être réaliste.  Madame Marois n'est pas tellement charismatique, elle semble hautaine et ça agace. Ah l'image !!!  Et si elle avait le joli minois de Carla Bruni ?  Pourtant cette ancienne ministre a vraiment toutes les compétences nécessaires pour diriger le Québec.  Or, on s'acharne sur elle dans sa propre famille, son propre parti ! Le traitement qu'elle reçoit est pire que celui qui a été réservé aux autres chefs du PQ.  Quoi qu'elle fasse, elle aura toujours tort.  Les péquistes sont allés chercher maman mais veulent maintenant papa ! 

Les québécois se pensent ouverts mais ils ne le sont pas autant qu'ils le croient, peu importe les partis. Nous sommes habitués à donner notre confiance surtout à des hommes pour diriger dans les plus hautes sphères politiques. Nous aimons le modèle patriarcal car il nous sécurise et surtout parce que c'est ce que l'on connaît.  On en demande plus à une femme qu'à un homme, c'est bien connu.  Les députés péquistes veulent un pays et ils sont prêts à tout pour y arriver sans même être subtile ! 

Toutefois, on ne devrait jamais sous-estimer la Castafiore.  Sa ténacité est légendaire.  J'aime cette FEMME.  Elle a des convictions, se tient debout et n'abandonne pas ! Elle a des VALEURS ! Quelle soit riche et bien c'est tant mieux !  Ce qui me choque royalement c'est qu'on n'a jamais parlé ouvertement des fortunes personnelles de Parizeau, Landry et cies... mais c'est une femme et les femmes ne doivent pas  démontrer leurs richesses !   Si Madame Marois hausse le ton, elle est en SPM, préménopause ou ménopause ! À vous de choisir !  Si elle est conciliante, elle n'est pas assez agressive !   Allez comprendre quelque chose là dedans !   Et si elle n'est pas assez populaire dans l'électorat pour devenir première ministre, on veut qu'elle quitte son parti, sa famille !  Vous savez, c'est presque triste qu'elle soit indépendantiste parce qu'elle aurait pu continuer sa carrière en Alberta, en Colombie-Britannique ou même à Terre-Neuve, ils acceptent les femmes premières ministres par là-bas ! 

mardi 1 novembre 2011

Le spectacle Rodin et Claudel des GBC de Montréal


Photo: Pascale M. Lévesque

J'ai monté les marches tout doucement du théâtre Maisonneuve de la Place des Arts de Montréal, samedi soir dernier, pour assister au 3ième étage à une rencontre publique avec deux solistes du ballet Rodin et Claudel Des Grands Ballets Canadiens et ce, juste avant le spectacle. J'ai même eu la chance de poser les deux dernières questions.  Je lévitais... La soirée s'annonçait belle ! Je devais avoir Corbeille C quelque chose mais j'ai eu A 7 en plein milieu de la salle. La soirée vraiment allait être belle !  Devant moi, un rideau transparent très imposant qui me dévoilait la beauté de Claudel et la force transcendante de Rodin.  Je pouvais facilement imaginer leur première rencontre en 1883 ou encore penser aux 30 ans d'internement de Camille sans pratiquer volontairement son art. Et voilà que le rideau s'est levé...

Autant vous dire tout de suite que j'en suis encore chavirée. Peter Quanz a réussit à livrer un ballet à fleur de peau, d'une très grande beauté.  Il a innové en créant des poses sculpturales adaptées aux corps des interprètes.  Les danseurs se transformaient littéralement en sculptures !  La technique néo-classique a été subtilement modifiée pour amener le spectateur ailleurs afin de ne pas s'éblouir uniquement par les performances.  Un ballet qui a misé sur l'émotivité et l'aspect théâtral du jeu remarquable des interprètes. Que dire d'Émilie Durville... Rares sont les danseuses qui peuvent réussir à danser et à interpréter avec autant de justesse un personnage. Samedi soir dernier, j'avais l'impression de voir Camille sur scène et j'en ai été complètement soufflée, tellement que je n'ai pas pu retenir mes larmes pendant le passage de l'internement.  De plus, les costumes de l'époque victorienne et l'excellente orchestre des GBC ajoutaient une dimension qualitative remarquable à l'oeuvre de Quanz.  Ce dernier a su moderniser à sa manière le ballet tout en lui laissant leurs lettres de noblesse.  La scénographie était judicieuse avec l'utilisation d'un immense bâtonnet reliant l'action à l'époque.  Une heure quarante cinq d'un pur ravissement. 

J'ai descendu lentement les marches de la salle Maisonneuve de La Place des Arts .  J'observais les gens et puis, je me suis dirigée vers une sortie. Tout juste à côté de moi, un petit homme chauve, tout seul, tout jeune, que j'ai reconnu... Le grand Peter Quanz.  Il s'est tourné et j'ai pu lui dire toute mon admiration (ce fût court, mon anglais est très limité). Alors j'ai compris une chose, une grande chose. Qu'il ne faut rien forcer dans la vie.  Il faut juste attendre le bon moment.  Les rencontres ne se forcent pas, elles arrivent comme ça lorsqu'on s'y attend le moins.  Un clin d'oeil de la vie, une soirée magique que j'aurais voulu éternelle.  Gratitude...