Translate

mercredi 30 janvier 2013

Josh Groban

Ah celui-là, c'est décidément mon chanteur préféré anglophone.  J'ai des CD de lui qui traînent un peu partout dans ma voiture et ma maison comme de belles petites boules de poussières camouflées dans mon garde-robe.  Celles-là, plus je les avale avec le tuyau de ma balayeuse centrale, aussi vite elles reviennent !  Elles sont indélogeables, aiment la noirceur tout autant que de se faire oublier.  Elles sont fécondes et se multiplient donc à une vitesse folle.  Je m'égare...

Pour revenir à Josh, je pourrais facilement l'entendre chanter pendant des heures et des heures.  En attendant la sortie de son nouveau CD le 5 février prochain, je me fais plaisir.  Peut-être qu'à vous aussi, il saura vous plaire autant qu'à moi.  Presque facile d'avoir la poussière dans l'oeil et la larme qui va avec, tellement c'est... divin. 

dimanche 27 janvier 2013

La Voix et les drames humains

Nous sommes 2,593,000 téléspectateurs à avoir écouté l'émission ''La Voix'' à TVA, dimanche dernier.  C'est incroyable de voir et d'entendre autant de gens talentueux.  J'en suis restée stupéfaite et ravie. Mon seul bémol est la manière dont les confidences voire les drames humains de certains candidats sont dévoilés.  Ils nous arrivent comme un cheveu sur la soupe et repartent au galop à la vitesse de l'éclair.  L'anorexie, l'alcoolisme, l'abus sexuel et j'en passe... Ça fait sensationnaliste et n'a pas sa place parce que le sentiment de pitié que nous éprouvons n'est pas celui qui est souhaitable.  Certes, la ligne est mince entre l'empathie et la pitié mais livrer un aveu de la sorte demande que l'information soit communiqué et reçu avec un grand doigté, ce qui n'est pas le cas.  C'est racoleur, sans profondeur et jeté comme un vieux ''Kleenex'' à notre figure.  Est-ce que l'adaptation oblige ce voyeurisme gratuit ?  Bien sûr, vous allez me dire que ça peut aider certaines personnes.  J'ose croire que cela est bel et bien vrai parce que nous sommes plusieurs à avoir eu le vertige en écoutant leurs confessions.  S'en abstenir serait davantage respectueux et équitables pour tous les concurrents.  De tels aveux n'ont tout simplement pas leur place dans une émission familiale. 

Toutefois, mon coup de coeur va à Ariane Moffat, coach de l'émission.  Elle a su transmettre naturellement et avec humour ce qu'elle vivait.  Sensible, drôle, nuancée et touchante, elle m'a surprise parce que ce n'est pas l'image qu'elle donne habituellement à la télévision.  À suivre...



Pour la 2ième émission, moins de drames humains et plus d'émotions reliées aux performances, j'ai bien apprécié  !  J-Pierre était en feu ce soir !  À suivre...

Saumon sous cloche de verre

Le voilà MON saumon cuit et fumé de bois de chêne SOUS CLOCHE DE VERRE.  Il y a 3 semaines, il l'était à l'érable.   Peu importe, c'est un plat divin qui nous amène tout droit au ciel sans faire de détours !  L'Aviatic à Québec demeure mon restaurant préféré et je précise que ce n'est pas une pub, je paie toutes mes factures.  Y a une Cendrillon qui sommeille en moi !  


samedi 26 janvier 2013

Sylvie



J'écris moins, je vis plus.  C'est la raison pour laquelle je nourris moins mon blogue. Ma vie est bien remplie, pas d'activités qui m'étourdissent à n'en plus finir mais vraisemblablement du temps de qualité avec les gens que j'aime.  

Depuis le jour où j'ai commencé à faire du yoga, soit au début de septembre dernier, ma vie se transforme.  Dans mes cours, je suis entourée de femmes qui ont les mêmes valeurs que moi et qui grandissent elles aussi au hasard de nos rencontres.  Il faut vous dire que ma prof est disons... Comment dire ?  Spécialement unique.  C'est un problème parce que j'arrive très difficilement à m'habituer aux autres professeurs.  J'y travaille en ce moment. Sans essayer de scanner ce qui m'arrive et de tout expliquer, ces femmes et moi avons choisi le même itinéraire de vie, être soi-même notre meilleure amie. Je développe donc de belles complicités avec certaines personnes et une exceptionnelle amitié avec mon amie Sylvie qui, elle aussi, s'est mise au yoga, pas parce que c'est une mode mais par besoin personnel. L'amitié, je n'y croyais plus.  J'ai eu trop de peines d'amitié pour encore y croire mais... comme disait Montaigne et en modifiant le lui pour le elle: ''Parce que c'était elle, parce que c'était moi''. 

Sylvie, m'a choisi en premier, il y a peut-être 4 ou 5 ans.  Elle lisait mon blogue et m'a demandé de la rencontrer.  De tout ce qu'elle m'a dit lors de notre rencontre, j'en ai pleuré pendant 2 jours et je n'exagère pas.  Je suis une grande sensible qui semble ne pas l'être.  Elle a su respecter mon rythme, être patiente et surtout à appliquer avec tendresse du Spolysporin d'amitié durable, très difficile à trouver de nos jours car c'est ''backorder''  (en rupture de marchandise lorsqu'on vieillit ) ! 

J'aime nos mémorables jeudis soirs au Starbucks après notre yoga à nous raconter notre semaine, nos joies, nos inquiétudes, nos rêves.  C'est un subtil cocktail autant de thés de Chai que d'humour, de complémentarité et de complicité.  J'ai souvent la sensation de toucher un moment de grâce. Notre amitié grandit parce que nous n'essayons pas de nous ressembler mais plutôt d'évoluer avec nos différences.   Elle ressemble à une amitié d'adolescence avec la profondeur de l'âge adulte.  C'est fou comme c'est bon ! 

''On se demande parfois si la vie a un sens et puis l'on rencontre des êtres qui donnent un sens à notre vie''  Brassa.  Comme un parfum, on se recouvre de l'autre en demeurant soi-même.  
Je sens très bonne ! 

dimanche 20 janvier 2013

Richard Garneau



Depuis hier soir, rassurez-vous, j'ai enlevé mes crocs pour me coucher.  Je viens donc de les remettre pour vous écrire.  Y en a qui ont besoin de lunettes pour avoir de l'inspiration moi, mes crocs me suffisent.  Un petit rituel qu'il ne faut pas dévoiler aux autres.  C'est entre vous et moi. 

Autre petit secret, j'ai jamais aimé le sport. Force est de constater que j'étais toujours l'avant-dernière choisie pour former une équipe dans mon cours d'éducation physique au primaire.  Je dansais avec le ballon au lieu de le lancer correctement, je le fuyais car j'avais une peur bleue de cette arme ronde et imprévisible.  Ça m'a marqué parce que je n'aime pas tellement regarder les jeux olympiques à la télé.   Or, j'ai toujours adoré écouter et admirer le grand, beau, articulé, cultivé Richard Garneau. Petite, j'en étais presque amoureuse !  Juste 31 ans de différence d'âges avec lui, c'est si peu compter.   Annonceur, animateur, journaliste-reporter, présentateur, descripteur et narrateur, il a donc couvert 23 jeux olympiques et je ne parle pas des émissions '' La Soirée du hockey'', que j'écoutais religieusement bien assise entre ma grand-mère Améda et mon père Robert.  Monsieur Garneau a donc toujours fait partie de ma famille télévisuelle.  

Et Aujourd'hui, il a décidé de partir.  Il est allé chercher au ciel sa médaille d'or céleste en journalisme.  Le Québec est donc en deuil d'un monument.  Un homme qui a su inspirer noblement plusieurs générations et qui a par le fait même élevé le journalisme sportif à son sommet.  On est loin ici des joueurnalistes.  Le ciel du Québec est rempli de gros flocons cristallisés.  Il pleure le grand Richard Garneau et nous aussi.  Merci Monsieur. 




samedi 19 janvier 2013

Un samedi soir hivernal avec mes crocs dans les pieds



C'est avec mes gros écouteurs collés à mes oreilles et mes crocs d'été dans les pieds que j'écoute mon Brubru pendant que Monsieur le Marquis se nappe le regard du match d'ouverture de la saison de hockey du Canadien de Montréal.  Faut dire qu'après un lock-out de 3 mois ce n'est pas de l'abus.  Dehors, il neige depuis ce matin, on attend une bonne trentaine de centimètres de neige.  Pas six,  comme dans les ''vieux pays'' dirait Cricri.  Peut-être qu'avec mes crocs, je cherche l'été ? 

Mon CD de Patrick Bruel est tout chaud et je le découvre en même temps que mes doigts pianotent sur mon clavier. Y a de ces petits luxes qui sont une sorte d'éclaircie dans la grisaille de notre quotidien hivernal.  Écrire est pour moi une passion comme le hockey, une religion pour les québécois.  Pas question de simplicité volontaire dans le choix des mots, je les cherche dodus, riches de sens, ce qui en soi est un acte d'amour.  Je me gave d'eux comme d'autres de bonbons, de chips ou de crottes au fromage.  

Quoi de neuf ?  Lance Armstrong a avoué ce que tout le monde savait (dopage) avec un contrôle  surprenant voire irréprochable devant la caméra. Il a habilement contourné ses remords, si remords existaient.  Un manipulateur qui a honte, c'est pas cher payé.  Pas tellement différent d'un Elvis Presley ou d'un Michaël Jackson pour réussir à se maintenir dans les meilleurs chanteurs au monde.  

Commence demain l'émission la plus attendue de l'année ''La Voix'' avec Marie-Mai, Ariane Moffat, Marc Dupré et Jean-Pierre Ferland.  Curieuse de voir cette adaptation québécoise qui va sûrement être une production d'envergure.  À chacun sa boisson chaude, je prendrai celle-là.

Et le CD de Bruel est BEAU, mâture, accrocheur.  Comment survivre à un hiver québécois ?  S'offrir des petits bonheurs et une bonne grosse pelle ! 

vendredi 18 janvier 2013

Elizabeth Shepherd

Belle découverte que cette Torontoise Élizabeth Shepherd, chanteuse et pianiste jazz.  J'adore la vidéo !  Évidemment il y a de la danse alors je suis aux petits oiseaux !  J'aime quand la danse se transporte dans la rue et qu'elle n'est plus cloîtrée dans des salles de spectacles.

lundi 14 janvier 2013

Punkt de Pierre Lapointe s'en vient

On jase, on spécule...

Plus je regarde cette vidéo plus je pense que le prochain CD de Pierre Lapointe sera du Pierre Lapointe.  Bon, y aura sûrement des surprises un peu éclectiques mais faudrait pas s'attendre à quelque chose de trop différent.  Mon petit doigt me dit de ne pas se fier à cet enrobage coloré.  Son style restera le même malgré un bel emballage pop, histoire de mousser le produit peut-être ?  (Anik Jean devrait prendre des notes).   

Je me souviens particulièrement de 3 nouvelles chansons exécutées à ses spectacles de ''Seul au piano'' telles ''Les callas'', ''nos joies répétitives'' et   ''L'heure, la date et le moment'', vraiment de belles trouvailles mais ça reste du Pierre Lapointe.  Sa signature particulière nous amène toujours dans son monde imaginaire. C'est amusant, planant, touchant, déroutant et quelquefois stupéfiant comme avec la chanson ''L'heure, la date et le moment'' qui me fait penser à Nantes de Barbara en ce qui a trait à la narration. Malgré de nombreuses écoutes, je ne sais pas si j'aime ou déteste cette chanson.  Par contre, j'adore ''nos joies répétitives'', celle-là, c'est vraiment ma préférée. De toute manière, y a pas un autre artiste qui peut m'amener aussi loin dans son univers musical et ça, c'est totalement magique !  

En attendant, je m'amuse à regarder ce montage coloré pop-art-revisité et j'admire le culot qu'il a, tout autant que son sens du marketing et son immense talent.  Ça prend un sacré culot pour nommer un album PUNKT, vous ne trouvez pas ?  26 février, attachez votre tuque, c'est PUNKT qui sort !  Voulez-vous bien me dire où il est allé pêcher ça ? 


Pierre Lapointe - RE-PUNKT from Audiogram on Vimeo.

dimanche 13 janvier 2013

Sarah Toussaint-Léveillé

C'est en écoutant une courte entrevue de Sarah Toussaint-Léveillé à ARTV que mes oreilles ont fait littéralement un 360 degrés illico presto.  J'ai pensé : - Mais qui est-elle ? Elle a un sacré talent et une tête de jeune première qui fait plus dans la simplicité volontaire que le glamour et les paillettes. Va falloir que j'aille fouiller sur Youtube.

Et j'ai trouvé ma petite demoiselle habillée de sa belle voix qui se promène du français à l'anglais dans un melting-pot de blues, folk, jazz et reggae.  Elle a l'assurance de son talent et l'onctuosité de sa jeunesse.  J'adore !




Bruel comme Brubru



C'est fou comme je trouve facilement un petit prénom d'amour familier lorsque j'aime un artiste.  Je ne le connais pas personnellement mais je lui attribue ce nom affectueux qui le démarque de tous les autres.  Patrick Bruel est devenu mon Brubru depuis ''casser la voix''.  Je partage le chanteur mais pas son surnom !  Une question de droits d'auteur ! (pas vrai du tout en passant). 

Après le cinéma, un livre, le théâtre, Bruel sort son nouveau CD au Québec,  mardi prochain soit le 15 janvier.  Une attente de 6 longues années, quoi qu'à sa dernière visite, je l'ai encore vu en show (ça doit bien faire 10-12 fois minimum).  Toujours aussi charismatique, épicé à la Montand avec une grande éloquence lorsqu'il partage ses opinions c'est toutefois le respect qu'il adresse à ses fans qui me chavire. Quoi demander de plus ?  Je suis une inconditionnelle de Bruel.  Par le passé, il m'est déjà arrivée d'être déçue de quelques textes qui n'étaient pas toujours à la hauteur du talent de l'artiste mais jamais lorsque je vais le voir sur scène.   Je vous place l'extrait de ''Lequel de nous'', chanson classique qui selon lui ne représente pas vraiment le reste de l'album (plus pop-rock).  Moi, le voir la chanter me suffit amplement.  Faudra juste attendre à l'automne pour l'apprécier sur les planches.  Évidemment, j'y serai !  La Bruelmania va-t-elle atteindre le Québec encore une fois ?   Je m'en fiche, mon Brubru est à moi, Bruel, lui, est aux autres. 

samedi 12 janvier 2013

Comme des mouches



L'alerte sonne à nouveau.  Les proches de gens que j'aime tombent malades comme des mouches, ils ont le cancer et toujours à un stade avancé. La soeur de ma belle-soeur, le conjoint d'une très bonne collègue au bureau, ma cousine. La force de frappe fait peur.  Faut dire qu'elles sont toutes plus jeunes que moi.  

Je vois également les ''dommages collatéraux'' de ceux qui les soutiennent sous la pression de l'inconnu et de leur quotidien qui se transforment en un véritable cauchemar.  Je vois aussi leur fragilité tout autant que leur force et leur courage.  Ils deviennent des personnes d'exception, celles que j'admire le plus.  Ils me donnent donc une grande leçon de vie.  La maladie des gens qu'ils aiment les force à apprendre, somme toute, à la dure, à ne plus rien contrôler, voire vivre au jour le jour sans attentes.  Ils font un voyage intérieur où l'optimisme est une question de survie et surtout pas une résolution de la nouvelle année.  L'art de l'optimisme est de '' tâcher de vivre avec les trois arbres qui sont en face de chez toi et de faire comme si c'était une forêt'' Etty Hillesum.  

La pensée magique n'est pas un placebo, elle a la force de celui qui la pense et l'applique.  La foi, elle, utilise des forces qui sont autres que les nôtres.  La force de l'invisible est toujours présente comme une pilule qui peut soulager mais pas toujours guérir.  Parce que le tue-mouche n'est jamais très loin que l'on soit malade ou en bonne santé.  Vous saviez qu'une mouche vit en moyenne 19 jours ?  

vendredi 11 janvier 2013

Quel bel arbre !



Je suis une femme à hommes.  Hétéros et homos, nommez-les je les aime tous (ou presque) !  Évidemment, y a des exceptions comme notre déshonorable Premier Ministre du Canada, Stéphane Harper, je suis myope mais pas aveugle tout de même.  À vrai dire c'est pas tellement son physique, c'est tout le reste, et ça, c'est bien pire !  Je crois que le mystère masculin est toujours présent à mon esprit peut-être parce que je passe ma semaine de travail uniquement avec des filles.  

Je compare souvent les hommes avec les arbres.  Je regarde mais ne touche pas sauf le mien !  Vous connaissez Stéphane Archambault ?  Difficile de résister à sa carrure de grand six pieds mélangée avec son visage parfait de mâle qui ne se prend pas au sérieux.   Comédien, chanteur du groupe ''Mes Aïeux'', homme engagé et politisé, ce maudit beau mâle qui n'a pas la langue dans sa poche me fait craquer.   Stéphane est donc un homme comme tous les autres mais en plus beau !  Il s'en fout mais pas nous ! Quel bel arbre !  Et dire qu'il y a des filles qui ont la chance de travailler avec ce genre d'hommes là pendant que je côtoie grossesses, SPM et ménopauses !  Maudit Karma ! ;) 

(J'adore cette chanson et puis, c'est la ''souris verte'' (Louisette Dussault) de mon enfance qui personnifie la belle dame d'âge respectable). 


jeudi 10 janvier 2013

Anik Jean et Pierre Lapointe



Il m'arrive de me trouver fade même si cette semaine, une copine au bureau m'a écrit qu'elle aimait bien mon originalité !  Quoi ? Moi, originale ?  Et bien... J'ai beau chercher, je ne trouve pas.  Comme dirait mon dictionnaire de synonymes, je suis authentique mais pas avant-gardiste, marginale, non-conformiste, pittoresque, atypique.  J'aimerais bien, ô que oui,  mais j'ai pas le culot d'une lady Gaga.  Je suis plus souvent qu'autrement prévisible, beaucoup trop insécure sans oublier conformiste dans mes valeurs.  Une liqueur ''flatte'', dégazéifiée, je vous dis.   Heureusement que je suis tout autant espiègle, enflammée, exubérante à mes heures, remplie d'imperfections parfaites !  Ça me console. 

Cette semaine, je crois bien que la chanteuse Anik Jean aurait bien aimé être terne, en tout cas un peu plus transparente.  C'est qu'elle a eu la mauvaise idée d'envoyer des lettres anonymes ''menaçantes'' faites maison avec ses petits doigts de fée à certains journalistes culturels en vue de la sortie de son prochain CD, le 26 février prochain.  Mmm... De très mauvais goûts puisque ces derniers pensaient réellement qu'ils étaient menacés.  Je ne veux pas être méchante mais je crois qu'elle est meilleure en scrapbooking qu'en chanson !  Vite, je vais aller me laver la langue avec du savon.

J'suis revenue.  Entre vous et moi, c'est sûrement candidement qu'elle a préparé sa campagne publicitaire alors, on peut passer à un autre sujet. Irréfutablement, le 26 février sortira le nouvel album PUNKT de Pierre Lapointe.  Notre dandy national attise et titille notre curiosité avec ses photos originales sur Facebook.  Pas besoin de nous ''menacer'' pour aimer.  Le talent suffit. 



mardi 8 janvier 2013

Mais qui est Pierrot ?

Mais qui est Pierrot ? Il m'a laissé ce long et beau poème placé dans les commentaires de mon billet qui parlait de Nelson Mandela et j'ai découvert un personnage qui est habité par une grande soif de liberté. La liberté de son âme...  Vous savez Monsieur, vous me donnez une belle leçon de vie.
Namasté
Nicole :)



____________________________________________________________________________
merci pour ce blog sur
notre héros planétaire:)))

Nelson Mandela
est incontournablement
le plus grand rêveur equitable
de la planète

un de mes poèmes
inspiré
par son rêve d'équité

VOYAGE

chu rien qu’un chanteur qui voyage
tu m’verras jamais à t.v.
j’ai 35 ans j’fais pas mon âge
j’fais du flolklore dans mes tournées

j’ai comme des explosions dans tête
que j’ai besoin d’te raconter
d’un coup je meurs d’un hasard bête
dans des pays trop éloignés
—–
Au Japon j’ai connu l’boudhisme
avec des temples de 12,000 ans
pis en Afrique des musulmans
qui ont plusieurs femmes évidemment

moi catholique baptisé
thraumatisé par le péché
y a tellement d’religions sur terre
qu’aujourd’hui j’me sens libéré

——
j’ai vu des noirs bleus comme la mer
qui vendaient des serpents séchés
des noirs charbons en Côte d’Ivoire
qui m’ont donné leur amitié

du fond de la brousse ma peau blanche
a eu honte de ses préjugés
y a tellement de couleurs sur terre
qu’aujourd’hui j’me sens libéré

——
j’ai vu des langues par dizaines
des dialectes par centaines
sayonara good by je t’aime
midowo antimari midowo

moi québécois enraciné
qu’on a monté contre les anglais
y a tellement de languages sur terre
qu’aujourd’hui j’me sens libéré
————–

les religions sont des poètes
comme les langues et les couleurs
j’ai comme des explosions dans tête
qui font qu’aujourd’hui j’ai pu peur

d’être québécois dans l’fond du coeur
et j’ose crier à la jeunesse
maudit déniaise t’as 18 ans
je sais que la planète t’attend

j’sais pas si j’ai bien fait d’parler
mais pour le reste oubliez-moé.

Pierrot;)))

www.reveursequitables.com

www.enracontantpierrot.blogspot.com

pierrot
vagabond poète


lundi 7 janvier 2013

Touchant et magique

Je redeviens une petite fille haute comme 3 pommes et des poussières juste à regarder la magie qui s'opère tout doucement lorsque la musique touche les gens de cette manière là, tout droit au coeur.  J'adore lorsque l'endroit est inusité et que les gens retrouvent une sorte d'insouciance juvénile et qu'ils oublient pour 2 minutes leur vie.  Ça donne du gros bonheur et ça me touche.  Et puis, c'est tellement beau !
P.S. Il y a, en arrière de moi, Monsieur le Marquis qui pète ''ma balloune'' en me disant que le son est trop parfait et que c'est arrangé !
-On s'en fiche !  C'est BEAU ! Lui répondis-je.
Et que ça doit être triste d'être cartésien me semble... 



Tiens, trop bon... encore...

dimanche 6 janvier 2013

Et si Monaco était à l'Aviatic

J'ai la très grande chance d'habiter la magnifique ville de Québec, là où l'on mange divinement bien et particulièrement à des prix raisonnables.  Les nombreux restaurants rivalisent d'inspiration et d'audace avec leurs différents menus qui mettent en valeur les produits du terroir.  Je ne sais pas si c'est parce que je vieillis mais mes 10,000 papilles gustatives apprécient davantage qu'avant la bonne cuisine, pour ne pas dire celle gastronomique.  J'aime donc me gâter ou me faire gâter dans un très bon restaurant.  Tiens pour fêter mon anniversaire, pourquoi pas ? 

Pas besoin de s'appeler Christian Garcia, chef des cuisines au Palais de Monaco pour apprécier plus précisément le meilleur saumon cuit au sel marin servi sous une cloche de verre (la belle au bois dormant en moi n'en revenait pas) de toute ma vie !  J'ai donc touché le ciel au restaurant l'Aviatic hier soir !  Je précise que la facture était noblement salée, elle aussi,  puisque la majorité des plats sont à la carte et que la table d'hôtes est limitée mais bon, ça en valait vraiment le prix, croyez-moi !  Ce restaurant mise également sur la découverte de multiples possibilités avec 5 plats pour deux personnes ou 7 pour trois convives.  Il ne reste qu'à assembler le tout.  Le chef Jean-François Houde m'a donc servi un plat digne du Palais de Monaco !  C'est mon palais qui vous le dit ! Et ce soir, au menu, chez moi, du bon pâté chinois !  ;)

Petit aparté.  Vous saviez qu'à Monaco, on dit amuse bouche au lieu d'amuse gueule ?  Que l'huile balsamique est faite avec des raisins ? Et que chez Massino Spigaroli (en Italie) vous y trouverez le meilleur jambon (filatello) au monde ? Le même que le prince Charles, le prince Albert et le pape.  Faut juste écouter comme moi TV5, l'émission ''Dans les coulisses du Palais de Monaco'' et le tour est joué !   Voici le lien: 




1. Restaurant l'Aviatic, à la Gare du Palais au Vieux-Port.
2. Un peu gênant de photographier mon plat et sa cloche de verre devant mon serveur... Je me suis gardée une petite gêne mais j'aurais dû !  
3. Le plafond de la Gare du Palais à l'extérieur du restaurant.

vendredi 4 janvier 2013

Bye-Bye 2012-Jean Tremblay

Mon beau-frère, un bleuet du Saguenay me connaît bien.  Il sait que j'adore ma région natale, le Saguenay-Lac-St-Jean. Il a donc eu la gentillesse de me donner un agenda 2013, pour le 175ème de cette immense et magnifique région.  Or, motus et bouche cousue, j'ai déchiré volontairement la troisième page parce que j'arrivais toujours sur la photo de Jean Tremblay, maire de ville Saguenay.  Vous savez, celui qui a de la difficulté à prononcer les noms qui sont différents de ceux de sa région (comme Benhabib) et qui se vautre dans le catholicisme à son hôtel de ville comme d'autres le font d'une manière famélique avec une autre religion.  Or, force est de constater que ce fût un réel plaisir de déchiqueter ma page et surtout d'écouter Véronique Cloutier au Bye-Bye se moquer de lui.  Que Dieu veuille bien m'en pardonner !  Ha-ha ! 






Alexandre Taillefer

Photo: Bernard Brault, La Presse

Habituellement le mot économie ne m'attire pas du tout (je devrais, je sais...), il est aussi attrayant pour moi que le mot décrépitude, c'est tout dire.  Or, je crois que ça dépend de la personne qui nous livre l'information.  C'est pas toujours aussi évident que cela puisse paraître.

J'ai été littéralement clouée sur mon canapé neuf, payé à bon prix, beau, bon, pas trop cher, en écoutant RDI-économie.  Monsieur Fillion recevait Alexandre Taillefer.  Ce dernier est un homme d'affaires, entrepreneur (non diplômé) qui s'est fait connaître dans le développement de sociétés en nouvelles technologies. Investisseur chevronné, il est aussi un amateur de vin et surtout un grand, très grand collectionneur d'art contemporain sans oublier que Monsieur le  surdoué est par le fait même, président du Conseil d'administration du Musée d'art contemporain de Montréal.  

Je vous place donc la fascinante entrevue de cet homme inspirant, doué, créatif et passionné.  Un homme qui ne se prend pas au sérieux et qui change ma vision des gens d'affaires. 

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''