vendredi 22 décembre 2017

Expo Mitchell/Riopelle au MNBAQ



Crédits photos: moi

Vous avez un peu de temps de libre pendant la période des fêtes et vous êtes dans la magnifique ville de Québec, alors dirigez-vous au MNBAQ.  Vous pourrez admirer la fascinante exposition Mitchell/Riopelle et ce, jusqu'au 7 janvier 2018.  

Vous ferez la découverte d'une soixantaine d'oeuvres de la peintre américaine Joan Mitchell (1925-1992) et du peintre québécois, le grand Jean-Paul Riopelle (1923-2002).  La rétrospective commence en 1955, année de leur rencontre jusqu'à leur séparation en 1979.  

Comme je connaissais déjà Riopelle, c'est donc Mitchell qui m'a le plus marquée.  Les tableaux sont complémentaires et d'une grande beauté.  Je vous suggère de prendre la tablette numérique offerte gratuitement pour apprécier encore plus leurs oeuvres divisées en quatre grandes périodes. Coup de coeur assuré ! 

Il vous en coûtera 20$ pour visiter en entier le MNBAQ.  Dans mon cas, j'ai renouvelé ma carte de membre, 50$ pour une année, c'est abordable et indispensable à mon bonheur pour 2018 !  

Prochaine expo du 8 février au 13 mai 2018, Alberto Giacometti.

Allez, go, direction le MNBAQ ! 

P.S  Ce n'est pas une pub.  Je ne suis pas payée pour vous en parler.  J'aime ce musée tout simplement. 



Oeuvre de Mitchell inspirée des tournesols

jeudi 21 décembre 2017

Joyeuses fêtes !

Crédit photo:  moi



Seul(e), en duo ou en famille,  je vous souhaite de joyeuses fêtes !  

Prenez du temps pour vous en festoyant avec les gens que vous aimez et qui embellissent votre vie. Et ''si le bonheur vous donne rendez-vous, soyez à l'heure'', auteur inconnu. 

Que la santé vous accompagne tout au long de la prochaine année, car c'est vraiment la plus grande richesse du monde. 

Et si vous apercevez une personne tristounette, sans sourire, offrez-lui le vôtre, pourquoi pas, car il est possible que cela change sa journée.  Offrez votre lumière.  C'est gratuit ! 

Bisous :) 




mardi 19 décembre 2017

Les biscuits sablés d'une pseudo ''food porn''




Je l'avoue, le titre se veut accrocheur pour que je sois lu.  Ma fille, mon adorablement et détestable progéniture se bidonne en ce moment parce que j'ai presque peur que la GRC (Gendarmerie royale du Canada) débarque à la maison en lisant le mot ''food porn'' !   

Pourtant je devais commencer mon billet comme suit:
Le temps des fêtes foisonne d'activités et d'émotions.  Incessante oscillation entre épure et profusion.  Tout dépendant ce qui nous arrive dans la vie.  

Et me voici me transformant en pseudo ''food porn'', vous partageant mes photos culinaires du jour, des biscuits sablés, recette de ma vieille bible (ça va équilibrer le mot porn) défraîchie ''La cuisine raisonnée''. 







P.S. Cette recette est très facile à réaliser.  Je remplace le sucre par la cassonade.  Il ne reste qu'à les offrir à un collègue, une amie, un voisin... Ils goûtent le ciel ! 

Je vous entends penser, c'est quoi au juste l'expression anglaise ''food porn'' ?  Et bien, au départ, c'est le grand cuisinier français Paul Bocuse qui a utilisé la ''gastroporn'' dans son livre en 1977 (nourriture alléchante).   Pour en arriver à nos jours à ce que l'aliment soit magnifié, presque irréaliste comme les images pornographiques.  À bien y penser, j'aime mieux ''foodie'', c'est moins...cochon.  

dimanche 17 décembre 2017

Perfect Symphony dans une journée parfaite

Crédit photo: moi (au loin mon chalet)

Mettre du beau dans ma vie, ça inclus de me bercer sur ''Perfect Symphony'' d'Ed Sheerean et d'Andréa Bocelli. Chanson en anglais et en italien, un délice pour mes oreilles.

Mettre du beau dans ma vie, c'est faire des activités que j'aime (vive la raquette) avec mon chum.

C'est être à contre-courant, comme aller à la messe (ben oui, je suis surprise moi-même), peu importe la religion, juste croire en l'invisible et me sentir tellement bien pendant et après.  



Celle-là, c'est juste beau... tellement beau ! 

''J'aimerais que tout le monde puisse devenir riche et célèbre et avoir tout ce dont il rêve de sorte qu'il comprenne que ce n'est pas la réponse''.  Jim Carey

vendredi 15 décembre 2017

Citation de Socrate


Crédit photo: moi

''La sagesse commence dans l'émerveillement''  
Socrate

Il semblerait que le grand philosophe Socrate n'a laissé aucun écrit.  Sa pensée s'est transmise par personnes interposées. Je pense au jeu du téléphone...et aux déformations qu'il entraîne.  On peut imaginer n'importe quoi.  

''L'imaginaire met des robes longues à nos idées courtes''  
Sim 


jeudi 14 décembre 2017

Je sniffe ma mère






Lorsque j'étais haute comme trois pommes, je ticotais du vent.  En fait, je vous précise que ticoter, c'est la même chose que tricoter pour un adulte.  

J'ai toujours vu ma mère faire danser ses doigts de fée en enrubannant la laine sur deux longues broches en écoutant la télévision.  Cette artiste exprimait ses sentiments par un don de son temps et une extrême minutie technique.  Maman ne disait pas qu'elle nous aimait, elle tricotait son amour tout en s'empêchant de se ronger les ongles.  Elle n'avait pas un chien qui la suivait, mais bien de nombreuses balles de laine de toutes les couleurs et d'une grande douceur.  Nous sommes loin de la rugosité des pantoufles en Phentex !  À Noël, nous récoltions les fruits de ses perles laineuses.

J'ai encore dans mon coffre de cèdre tous les trésors réalisés pour mes trois enfants (voir photo).  Je ne peux pas m'en séparer et lorsque le temps de la nostalgie des fêtes arrive, j'ouvre le lourd couvercle, j'enlève délicatement le papier bleu qui les recouvre et je me plonge le nez dedans pour les sentir.  Je sniffe ma mère.  L'odeur est imperméable au temps qui passe.  Je n'ai jamais appris à tricoter.  J'écris.  J'écris mon amour pour elle.



mercredi 13 décembre 2017

André Gide

Crédit photo: moi

''L'homme ne peut découvrir de nouveaux océans tant qu'il n'a pas le courage de perdre de vue la côte''  André Gide

faits surprenants:
André Gide (1869-1951), écrivain français, a épousé sa cousine Madeleine (pas pire que la reine Victoria qui épousa son cousin Albert), mais a toujours été attiré par les jeunes hommes. Sa vie privée a donc été légèrement...compliquée.

mardi 12 décembre 2017

À la découverte de Nathan Pacheco

Davantage de temps, davantage de blogue.  La vie est faite de petites et grandes surprises qu'il faut apprendre à apprécier.  ''Le pessimiste se plaint, l'optimiste espère et le réaliste ajuste ses voiles'' (William Arthur Ward).  

Donc plus de découvertes comme l'extraordinaire ténor Nathan Pacheco.  En une phrase, il est le Mario Pelchat (et les prêtres) des américains avec l'immense talent d'un Josh Groban.  Son dernier CD spirituel (il est mormon) est DIVIN !  Peu importe la religion, moi, j'aime !

Écoutez-moi ça les amis...





Citation de Pythagore


Crédit photo: moi (chat adoptif Miaou-Miaou au chalet)

''Délaisse les grandes routes, prends les sentiers'' 
Pythagore

Saviez-vous qu'il a vécu en même temps que Lao-Tsé en Chine et Bouddha en Inde ? 


lundi 11 décembre 2017

Un homme à la mer, à ne pas manquer


Crédit photo: Mario Cyr

Il existe une extraordinaire série documentaire de quatre épisodes à ne pas manquer pour connaître mieux les fonds marins des Iles-de-la-Madeleine et c'est ''un homme à la mer'', le samedi à 19 heures à Radio-Canada. Produite et animée par France Beaudoin avec le plongeur-caméraman Mario Cyr et la Docteure Lyne Morissette, Ce trio (avec invité) réussit à nous coller sur notre chaise à la découverte d'un monde fascinant et méconnu de la plupart d'entre nous.   

La baleine boréale vit jusqu'à 270 ans, l'éponge de mer, elle, jusqu'à 1 550 ans et le requin du Groenland entre 400 et 500 ans !  Franchement, cette émission est passionnante !  Voir sur Radio-Canada ou Tou.tv.  C'est mon coup de coeur de l'année ! 

P.S.  Pour mes ami(e)s lointain(e)s, les îles-de-la-Madeleine sont un archipel d'une douzaine d'îles situées au coeur du golfe St-Laurent et appartenant au Québec. 

Une série incontournable, comme les îles ! 

Être une ''tree hugging'' et trouver les arbres intelligents

Crédit photo: moi


Depuis plus d'un an, plus précisément depuis que j'ai un chalet avec une magnifique rivière et un grand boisé, je m'autorise à étreinte et embrasser mes arbres. Je fais donc ''buzzer'' (mot qui me frise les orteils) mon adorable petit démon de fille lorsqu'elle me voit faire ça. 
- Momski (mot d'amour de sa part), t'es pas normale de faire ça ! 
La Momski fait de l'ignorance intentionnelle et continue son chemin.  

Je m'adonne plus instinctivement que logiquement à ces marques d'affection qui peuvent sembler un peu bizarroïde, je l'avoue.  En fouinant sur la toile, j'ai trouvé que je ne suis pas la seule à me livrer au ''tree hugging''. C'est réconfortant de savoir que ma belle folie est répandue partout dans le monde !  Car les propriétés vibratoires des arbres peuvent améliorer notre niveau de concentration, notre capacité pulmonaire, soulage les maux de tête et peut faire baisser notre rythme cardiaque.  Marcher dans mon boisé, c'est avoir la sensation d'être dans une immense cathédrale et moi, j'adore les églises !

De ce temps-ci, je bûche (jeu de mot facile qui va avec arbre) à trouver sur la toile des études scientifiques sur le sujet.  C'est fascinant d'apprendre que leur société est fondée sur la coopération.  Mais comment un arbre peut aider un autre arbre ?  Par leurs racines connectées entre eux sur des centaines de kilomètres !  Tiens, un fait intéressant relaté par un scientifique.  ''Il existe un réseau fongique interconnecté entre les arbres.  Ce réseau, pour des raisons inconnues, maintient en vie des souches d'arbres abattus en leur fournissant une source de nutriments à travers leurs racines''.

Pas si folle que cela d'être une ''tree hugging'' au chalet, parce qu'en ville, ça me gêne un peu ! 




jeudi 7 décembre 2017

Ma montgolfière de mère



Crédit photo:  Helena Sunset


Surprise derrière le rideau de la frénésie du temps des fêtes, je m'ennuie de ma montgolfière de mère. La nostalgie, ce sentiment de manque, se fait sentir encore plus fort à cette période de l'année.  Décédée depuis 3 ans, elle était de ces personnes qui nous élèvent vers le bonheur. Lorsqu'une telle lumière disparaît, on s'accroche à nos souvenirs comme à une bouée de sauvetage.  La nostalgie, c'est de s'ennuyer de nos étoiles humaines qui brillent en nous à jamais. 

Ses éclats de rire, nos sorties impromptues, ses visites éclaires, son don de soi, sa bonne humeur, sa belle et grande énergie, son amitié, son amour...Sa présence me manque tout autant que son regard bienveillant qui me recouvrait de sa paix intérieure.  Son histoire mériterait bien des lignes.  Or, il faut savoir garder en soi les secrets de ceux qui nous ont tant aimés.  

À Noël, je me shoote aux souvenirs de ma montgolfière de mère.  J'ai pas le goût d'avoir toujours les deux pieds sur terre.  Je crois à l'invisible. Le vent me guide vers le meilleur.  

Tu me manques tant...


mercredi 6 décembre 2017

À la rencontre de Johnny Hallyday





Le Elvis de nos amis les français vient de mourir. 


Je n'ai jamais beaucoup trippé Johnny Hallyday.  Je le savais un excellent acteur et une légende vivante de la musique,  mais n'ayant jamais pris le temps d'écouter ses chansons, je ne pouvais vraiment l'apprécier.  J'avais par contre entendu parler dans les médias de sa folle aventure amoureuse avec Nanette Workman dans les années 70, même période qu'avec Sylvie Vartan.  Ses amours dans Paris Match m'intéressaient plus que sa musique.

Il aura fallut sa mort pour que j'aille à sa rencontre. Quel beau diamant que cette belle et grande voix !   








dimanche 19 novembre 2017

Les muffins au pot de Ricardo

Crédit photo: Média Ball

Le temps des fêtes approche et cette année, les discussions seront animées.  Si vous ne voulez pas vous chicaner, je vous suggère d'éviter 2 sujets.  L'un banal et l'autre plus corsé.


Les indémodables prévisions météorologiques.  Il semblerait qu'on va vivre un hiver plus froid avec plus de neige au Québec.  Nous sommes faits forts, mais y a forts et forts.  Passons à autre chose. 

Faudra apprendre aussi à résister à la tentation de jaser de la légalisation du cannabis en 2018 au Canada.  Que personne ou presque ne veut en passant.  Vous allez me dire que cette option allait avec l'élection de Justin Trudeau.  Bien oui, vous avez raison.  Entre Harper et Trudeau, le choix n'était pas compliqué pour les canadiens ! 

Découvrons ensemble le pot aux roses de la législation du pot de Justin.  Au cas où vous aimeriez enflammer (pas enfumer) votre temps des fêtes ! 

Le choix de légaliser le cannabis a été fait par le gouvernement fédéral lors de l'élection de Justin.  Le 13 avril dernier, ce gouvernement a déposé un projet de loi visant à légaliser cette substance disons...récréative.  L'entrée en vigueur de cette loi est prévue en juillet 2018 (trop vite).   Le gouvernement fédéral sera responsable de la production et des normes de santé et sécurité et le gouvernement provincial devra encadrer le distribution et la vente. En passant, le provincial ne voulait pas de ce cadeau empoisonné, mais il devra faire avec. 

Essai de discussion entre une mère et sa fille.

Moi
-C'est pas ce Noël-ci que je pourrai demander en cadeau mon livre de recettes ''Les muffins au pot de Ricardo'' ! 

Fille de la génération des milléniaux ( entre 1982 et 2004)  
-débuzze Môman ! 

Moi 
- Ben voyons, je bois du vin, j'fume pas du pot, moi ! Pas besoin de débuzzer !

Fille exaspérée
-Ah ! Débuzze, tu creuses ta tombe !  

Et que j'haïs ce nouveau verbe !  Pourrions-nous sauter Noël ?

Je vais aller faire des muffins aux bananes.  



mercredi 15 novembre 2017

L'incontournable 9ième de Beethoven


Impossible de ne pas verser une petite larme en écoutant le flashmob d'une centaine de musiciens de l'Orchestre symphonique de Vallès.  

La 9ième de Beethoven reste un grand chef d'oeuvre, un intemporel.

Bonne écoute ! 

Merci à mon collègue Martin ! 

dimanche 12 novembre 2017

Revisiter un classique

J'ai un adorable collègue au bureau, un musicien et un artiste dans l'âme qui m'a refilé le Flash Mob Symphonie de Berlin du 17 mai 2016.  

Je vous partage donc Kent Nagano avec plus de 500 musiciens amateurs et 50 du DSO de Berlin dans le Mall of Berlin sur Leipziger Platz.  Le ''Va pensiero'' de Verdi, opéra Nabucco.  

C'est vraiment un bel exemple de rapprochement pour décloisonner la musique lyrique et revisiter un classique. 


Et puis, je rêve que ceci m'arrive un jour...


Donner un livre



Dans ma ''tout doux'' liste (to do), il y a une sorte de simplicité volontaire que je m'autorise de plus en plus.  Je donne.  Je suis rendue à l'étape des livres car ils doivent voyager.  Faut bien commencer quelque part. 

Je viens de m'en départir d'une bonne soixantaine à ma petite municipalité où je vis les fins de semaine.  Ma bibliothèque est presque vide, mais je me sens remplie d'une grande joie parce que mes bottines suivent mes babines !  Évidemment si un étranger vient à la maison, il va penser que je n'aime pas lire, mais ce n'est pas mon problème. 

J'ai lu dernièrement dans une revue française quelque chose de pas mal intéressant. À Bogota en Colombie, José Gutierrez, un fier éboueur récupère les bouquins jetés dans les poubelles et ce, depuis environ 15 ans, pour les redonner aux plus démunis.  C'est touchant.  De petits gestes qui en deviennent des grands.

Il y a les bienveillants libraires, les sérieuses bibliothécaires, les jeunes booktubeuses qui partagent leur passion sur internet. D'autres comme moi qui délivrent leurs volumes d'étagères poussiéreuses, de ces prisons qui les gardent en captivité depuis trop longtemps.  Donner un livre, c'est définitivement le rendre vivant. 


dimanche 5 novembre 2017

Allez voter



C'était dans l'air il y a quatre ans. La désillusion, l'indifférence étaient au rendez-vous puisque seulement 54% des gens avaient voté aux élections municipales de la Ville de Québec.  Si je me fie à ce que j'ai vu toute à l'heure, le pourcentage risque d'être encore plus bas.  La salle était vide ou presque. 

J'aurais bien pu ne pas aller apposer mon crochet sur les deux bulletins de vote (maire et conseiller), mais pas question de me déresponsabiliser de ce devoir individuel qui me relie à ma collectivité, ma communauté, ma ville.  Face aux vents de morosité qui nous influencent tous, moi y compris, je me suis bottée le derrière.  

Depuis une bonne semaine, je me suis informée, j'en ai discuté avec mes proches et des connaissances et puis, j'ai fait mes choix.  Je suis allée voter et j'en suis fière.  Par respect pour ceux et celles qui vont en politique comme ils iraient en religion, c'est-à-dire en sacrifiant plus souvent qu'autrement leur famille pour leurs idéologies.  Les jeux de stratégie et de combinaisons sont d'un autre niveau (provincial-fédéral), c'est mon humble avis. 

C'est fou comme on peut se sentir bien après.  Essayez ! 


dimanche 29 octobre 2017

Le bonheur est à St-Tite-des-Caps

La rivière Lombrette, du nom de mon ancêtre, Noël Simard dit Lombrette.

Mes voisines, les vaches Racine.  Je fais du Julie Snyder avec  ''Salut les beautés Racine'' et comme elles sont curieuses, elles m'écoutent chanter (lire fausser) ! 


La nature me parle.  C'est relativement nouveau.  Je n'ai jamais été très proche d'elle. Ascétique et peu accueillante, je la trouvais.  Les musées, le monde des arts étaient mes éléments. Pas besoin du grand Carl Gustav Jung pour le comprendre. Mais c'était avant, avant que je passe toutes mes fins de semaine depuis un an à mon chalet, aux portes du berceau de l'Amérique française, à St-Tite-des-Caps, près des terres ancestrales de la Nova Gallia, la Nouvelle-France.   J'ouvre une petite aparté.  En 1529, l'explorateur Gerolamo da Verrazzano donna ce nom en l'honneur du roi de France, François 1er.  Intéressant hein ! Je referme la parenthèse. 

Le soir, le ciel est rempli de corbeaux étoilés.  Ils dessinent majestueusement les constellations de Cepheus et de Lyra.  J'suis pas savante, j'utilise l'application ''planètes'' de mon cellulaire !  

La campagne, ses paysages et surtout son rythme me réconfortent et m'éblouissent.  Les odeurs connues et inconnues me chatouillent les narines. Le crépitement d'un bon feu de bois, la danse de la pluie, les vaches Racine, mes voisines déambulant le coteau, mon chat adoptif miaou-miaou, la chèvre de Martin et Annie...Que demander de plus ? À bras-le-corps, y retourner rapidement.  

Bientôt la neige.  Mes raquettes se languissent du bonheur d'y tapisser leurs empreintes.  


Un petit 5 kilomètres et voir Sonny le cheval des Boivin.

Chat adoptif Miaou-Miaou 

Déco Happy Halloween chez un St-Titois.





dimanche 15 octobre 2017

Le retour au Québec de Lara Fabian



Crédit photo: Facebook/ Mehmet Turgut

Elle est dans l'air du temps avec son excellent nouvel album en anglais Camouflage et sa prochaine participation l'hiver prochain à La Voix au Québec.  Lara Fabian est enfin de retour et pas juste pour une saucette (petite visite), une grosse, espérons-le ! 

La belle Belge-Canadienne-Québécoise a commencé chez nous (début des années 90) et depuis, elle chante partout dans le monde.  Une carrière impressionnante comme sa voix !  Ciel, ça veut dire que ça fait presque 30 ans que j'achète ses disques et que je vais la voir en show (je ne les compte même plus).  

Il y a des artistes qui nous déçoivent, d'autres qui font durer le plaisir, et on en veut encore et encore...C'est un peu comme un mariage, avec l'un, le divorce a bien eu lieu et avec l'autre, la lune de miel nous impressionne encore.  Quoi qu'il en soit, et ce qui est fantastique dans tout cela, c'est qu'on a de beaux souvenirs surtout lorsqu'on prend la peine d'aller les entendre chanter sur scène. Rien ne peut remplacer ce plaisir des sens.  Ça reste toujours magique, unique et précieux.  

En attendant, je me gâte...








samedi 14 octobre 2017

Ces mal-aimés qui nous gouvernent


Future politics d'Austra

Nos politiciens sont souvent et ce, malheureusement, considérés comme des menteurs, des indésirables, une sorte de mal nécessaire pour notre société.  Je trouve cela bien triste.  


Je sais, plusieurs lancent des promesses qu'ils ne tiennent pas en s'accompagnant d'une langue de bois, toujours en s'en tenant à la ligne du parti.  Ceux-là creusent leur propre tombe.  Faudrait pas tous les mettre dans le même panier.  


Cette semaine au Québec, nous avons eu droit à un remaniement ministériel.  Une sorte de relookage esthétique, le jeu de la chaise musicale politique. C'est fou, mais je ne me souviens jamais du nom des nouveaux ministres...Je fais l'effort quand même de mémoriser ceux qui m'intéressent. 


Je me dis qu'on ne peut pas attendre d'un gouvernement qu'il fasse tout, mais on peut attendre de lui qu'il fasse quelque chose de bien, et apprécier lorsque cela arrive, peu importe le parti.  On pense d'eux qu'ils ont tous les pouvoirs.  C'est faux, car pour espérer un meilleur futur, il faut aller au-delà des frontières dans tous les domaines.  C'est donc à chacun de nous de le vouloir. 


C'est le peuple qui fait avancer les choses et les politiciens suivent.  C'est le peuple aussi qui peut faire reculer une société (en votant Trump)... Minimiser notre pouvoir, c'est abandonner nos convictions.  Les moutons ne sont pas ceux que l'on croit...



jeudi 5 octobre 2017

Le magnétisme d'Isabella

Résultats de recherche d'images pour « isabella rossellini 2017 »
Crédit photo: Eugénie Dalland


Dernièrement je suis tombée sur un article fort intéressant d'Isabella Rossellini dans une revue française (mieux écrit et avec plus de substance que dans une revue québécoise).  Activiste, actrice, agricultrice et égérie de Lancôme, faut croire que les petits pots sont efficaces, car la dame n'a jamais eu recours à la chirurgie esthétique.  C'est donc à 65 ans que les femmes sont encore et encore belles de nos jours.

Et elles le sont de plus en plus en vieillissant. Ce n'est pas une beauté rafraîchissante, c'est davantage une beauté magnifiée qui se porte en bandoulière comme une sorte d'aura invisible.  Vous vous dites peut-être, elle poétise la vieille (pas si vieille que ça) !  Bof, je ne fais qu'embellir autant les mots que le sujet.

Les femmes recouvertes d'une maturité assujettie trimbalent fièrement leurs joies et essaient de minimiser leurs peines.  Leur éclat provient d'un état intérieur. Elles resplendissent la bienveillance envers elle-même et les autres.  Elles sont de l'époque où la vie commence lorsque le cellulaire s'éteint.  Il ne faut donc pas l'ouvrir trop souvent.  Et ce temps, ce temps si précieux est devenu un allié qu'il faut chérir délicatement. 

Arrêtons de penser que pour une femme il faut être jeune pour être belle.  Admirons tout simplement celles qui démystifient cette idée toute faite.   J'ai pas un échantillon de produit Lancôme qui traînerait dans la maison ? 

jeudi 28 septembre 2017

Lorsque donner relève du miracle




Rien de glorieux de jeter nos vieux objets encore utiles, toujours précieux à nos yeux, mais que nous n'avons plus besoin.  Alors nous cherchons l'endroit idéal qui comblera notre décision de partager nos reliques, ces anciens souvenirs du temps passé.  Nous les avons bien aimé, alors d'autres seront les apprécier ! 

De nos jours, en faire cadeau à un organisme communautaire relève presque d'un véritable miracle.  Les dons doivent être au goût du jour pour un meilleur roulement des marchandises.  Ne pensez pas à votre vieille télévision des années 90, sans écran plasma, elle ne sera pas acceptée.  Vous avez un bureau d'étudiant en mélamine, propre et en bonne condition, ça vaut mieux, car les petites tatouages ne seront pas tolérés.  C'est pas compliqué, faut donner du neuf, en bonne condition !  Les pauvres ne veulent pas avoir l'air pauvres, me disait une amie. C'est pas croyable, mes orteils se frisent !  Donner sur Facebook n'est pas mieux.  Les gens exigent presque la livraison à domicile !  

Nous connaissons les effets négatifs de la consommation dans notre vie. C'est alléger notre empreinte écologique que de donner au suivant.  Encore faudrait-il que les organismes y participent sans avoir le nez en l'air !  Les actions combinées donnent souvent de meilleurs résultats.  Avez-vous d'autres idées ?  

dimanche 17 septembre 2017

Les oeufs de Gwyneth Paltrow


C'est presque une nouvelle maladie, bien plus contagieuse qu'un rhume d'homme.  Le mieux-être (hygge) est véritablement en plein boom médiatique.  La consommation du bien-être est omniprésente partout, partout, partout.  Cette nouvelle tendance se caractérise par toutes sortes de conseils, des bons et...des loufoques aussi, qu'il faut trier avec notre gros bon sens pour ne pas subir l'overdose.  

L'un d'eux nous provient de la belle papesse Gwyneth Paltrow. Sa prescription santé nous invite à se glisser dans le vagin des oeufs de Jade dans le but d'acquérir une meilleure vitalité sexuelle. C'est pas nouveau, dans les années 80 la mode était aux boules chinoises ! Autre temps, autre synonyme !  Il semblerait que plusieurs gynécologues déconseillent cette pratique, question de bactéries. Et puis, les hormones étant ce qu'elles sont, ça ne peut pas changer grand chose à votre libido.  

J'ai quand même l'esprit d'une... missionnaire (pas la position, l'esprit) et dans le but de vous aider, j'ai fait ma petite recherche au cas où vous auriez besoin de faire de la gymnastique pelvienne !  Amazon vend des oeufs de Jade et aussi des boules chinoises !  Et tant qu'à y être, un petit conseil de ma part, les oeufs de poules de votre épicier peuvent aller dans votre assiette ou sur votre beau visage comme masque facial, mais pas ailleurs !  Ben quoi, on respire zen, on reste slowptimiste ! C'est une farce mes cocos ! 

dimanche 10 septembre 2017

Visite d'éoliennes




Mon homme
-Ça te tenterais-tu d'aller voir les éoliennes ?  La compagnie québécoise Boralex (production d'énergie renouvelable) organise une visite des parcs éoliens de la Seigneurie de Beaupré (sur les terres du séminaire). Tu sais, les éoliennes que l'on voit au loin lorsqu'on fait notre marche cardio-santé. 

Moi
-Non.

Mon homme souriant et heureux
-Ben, trop tard.  Nous sommes inscrits !

Moi dans ma tête
-Ça valait la peine de me le demander ! 

Et puis... 

En bref, j'ai vécu une très, très belle visite de 3 heures et j'ai appris... Primo, c'est IMMENSE une éolienne (y a même un ascenseur pour monter à l'intérieur utilisé par la maintenance) ! Secundo, plusieurs sont faites de ciment à la base, puis d'acier et les pales qui tournent, en fibre de verre.  Tertio, le paysage était à couper le souffle !

Quelques chiffres en bref...
364 MW de puissance;
Le transport des composantes énergétiques est sous-terrain (on ne voit pas de fils électriques) et ce, jusqu'au réseau collecteur de l'électricité (Hydro-Québec/contrat d'achat de 20 ans);
164 turbines dont la hauteur varie de 64 à 98 mètres;
Les parcs répondent à l'équivalent de la consommation électrique annuelle de plus de 65 000 foyers québécois; 
Plus de 35 M$ de retombées économiques dans la MRC de La Côte-de-Beaupré et près de 300M$ dans la grande région de Québec; 
30 emplois permanents y ont été créés (bureau de chantier:800 travailleurs).

Surprenant à tous points de vue ! 





lundi 4 septembre 2017

Miss Duckface


crédit photo: Pinterest

Charlotte a 19 printemps. Entre elle et sa mère (mon amie d'enfance) existe un fossé générationnel.  Sa petite demoiselle aime bien l'endroit où l'arrogance compense le manque d'assurance.  Ce n'est pas sa musique électronique ni ses extensions de cils qui lui tapent sur les nerfs, ce sont plutôt ses autoportraits de duckface. Mais c'est quoi ça ? Lui ai-je demandé. C'est faire tout simplement le bec de canard avec nos lèvres.  En prime, ne pas oublier un gilet décolleté plongeant indiquant bel et bien que vous n'êtes plus à la maternelle !

Sa grossièreté préférée l'agace royalement aussi.  La langue de Shakespeare comporte de bien plus belle poésie qu'un ''fuckoff'' bien senti m'a-t-elle dit.

Elle ne veut pas que je vous parle de l'application d'échanges de photos Snapchat (digne de la maternelle) et de son endroit préféré pour draguer, la fameuse salle de gym où...il faut prendre une douche et se coiffer avant de s'entraîner !

L'adolescence dure plus longtemps de nos jours, et comme le fishgape détrônera bientôt le duckface, ça va lui passer vite. Quoique si elle retient de mon amie, ça ne fait que commencer ! 

(fishgape: prendre une photo en laissant apercevoir quelques dents tout en creusant les joues). 

dimanche 20 août 2017

L'Homo sapiens en soi


Crédit photo, moi : aucun rapport avec le texte.  Quoi que...

Conversation avec ma voisine n'ayant jamais eu lieu.

Adorable voisine
-J'ai vécu une méchante journée aujourd'hui.

Moi
-C'est moche, qu'est-ce qui s'est passé ?

Adorable voisine
-Bla, bla, bla....

Moi
-C'est vraiment, vraiment moche !

Retour dans ma tête. 

C'est pas un secret, notre cerveau retient davantage ce qui est négatif dans une journée que ce qui est positif. On retrouve ça un peu partout, paroles de grands spécialistes. J'ai lu que la raison principale revenait à notre ancêtre Homo sapiens (il y a 350,000 ans), car pour survivre, il devait éloigner les dangers en les anticipant. Alors, il semblerait qu'il faut donc cinq interactions positives pour en oublier juste une négative !  On est pas sorti de l'auberge ! C'est pas reposant ça ! 

Faut donc se mettre à chercher et à compter nos 5 petits, que dis-je, faut trouver du bonheur dans notre journée (comme prendre des photos) pour finir par accueillir à la légère l'Homo sapienne d'interaction négative qui persiste à survivre en nous ! 

Ding dong... Je vous quitte, ma voisine arrive !  


dimanche 13 août 2017

C'est la faute à Shapovalov !


Shapovalov 9 août 2017-Coupe Rogers 
Crédit photo: moi-même



Federer 9 août 2017-Coupe Rogers 
Crédit photo: moi-même


Avant cet été, je carburais au monde des arts, vibrant au diapason de la musique et des oeuvres en art visuel de beaucoup d'artistes. Me voilà à jouer au golf et à plonger dans la stratosphère des apprentis sportifs. Mais qu'est-ce que j'ai mangé pour en arriver là ? Ce n'est donc pas vrai qu'on demeure avec les mêmes goûts toute notre vie, j'en suis la preuve vivant !  Bonne nouvelle ! 

Fiston, 24 printemps.
-T'es allée voir Federer et Shapovalov à la Coupe Rogers ''man'' (diminutif de maman).  T'as jamais regardé un match à la télé !

Moi, la mère.
-Ben voyons, d'abord le décompte des points est facile à comprendre et j'ai déjà pris des cours de tennis dans ma jeunesse. Voir Federer, Del Potro et Shapovalov jouer, c'était extraordinaire !

Fiston, ton insistant.
-Tu ne vas pas te mettre à jouer au tennis après le golf maintenant !

Moi, mère, le sourire aux lèvres.
-Non, mais je vais en regarder à la télé par exemple ! 

Grâce à la Coupe Rogers, je suis devenue une vraie Shapovaline ! Ce jeune torontois de 18 ans m'a fait vivre de grandes émotions qui ne peuvent pas s'oublier facilement.  Il m'a donné la piqûre de le suivre et de connaître tous les autres athlètes. 

Service, coup droit, revers, balle de match... Prochaine destination la Coupe Banque Nationale à Québec (tournoi féminin) du 9 au 17 septembre prochain au PEPS de l'Université Laval, c'est un rendez-vous ! 



dimanche 6 août 2017

Les foods trucks québécois


Cet été, j'ai moins fréquenté les restos et plus mon patio.  À vrai dire, c'est davantage mon barbecue au chalet qui a vu la bette de mon chum.  Parce que...oui, j'ai toujours une petit crainte que cet objet masculin (on dit un, pas une barbecue;) bon d'accord, je suis sexiste quand ça fait mon affaire) me saute en pleine face si j'ose l'allumer. Mais c'est pas une raison de ne pas vous parler de la cuisine de rue, des fameux camions de bouffe communément appelés les foods trucks à la grosse mode du jour. Ces casse-croûtes roulants avec une ''vibe'' urbaine, comme dirait la génération millénium (après les X et Y) nous concoctent de la bouffe raffinée qu'on peut manger avec les mains (pas d'ustensiles) ou en petites bouchées.  En 2016 au Québec, on pouvait en retrouver 80.  

J'en ai essayé 2, c'est pas beaucoup, je sais, mais...en raison de la quantité qui frise l'objectif d'une perte de poids et du prix assez exorbitant qu'on retrouve habituellement dans un grand restaurant, j'ai juste l'impression de ne pas en avoir eu assez pour mon argent ! Disons que ça ne me donne pas le goût d'aller en essayer d'autres.  

Je ne sais pas si cette nouvelle tendance va passer, mais où le flafla n'existe pas, la formule elle, devra s'améliorer.  

P.S. Pas d'image de camion, car je ne veux pas nuire à l'un d'eux.  

mardi 1 août 2017

Mon Cobra

-Je me suis achetée un Cobra. Dis-je avec fierté à ma fifille de 19 printemps.
-Quoi ? Es-tu folle ? J'ai peur des serpents !  Qu'est-ce qui te prend d'acheter ça ?
-Ben, c'est comme ça. En vieillissant, on fait des trucs un peu... marginaux. Lui ai-je répondu.

J'ai finalement dit la vérité à ma déplaisante progéniture. Je peux écrire déplaisante, parce que...d'abord, c'est vrai et puis, elle ne va jamais sur mon blogue !  Mmmm...Ça me donne une bonne idée.  Je vais passer chercher des petits serpents en caoutchouc au magasin, maintenant que je sais qu'elle a peur d'eux !  Je vais me faire plaisir... un dans son lit, l'autre dans un tiroir... C'est le simple retour du balancier ! 

Je crois que je vous avais dit que j'allais dormir avec mon Cobra... J'ai pas fait dodo avec lui, c'était pour rigoler un peu !  Son angle est de 15 degrés au lieu de 13 donc, pour une débutante, la balle lève davantage et l'estime de soi remonte en même temps qu'elle !


jeudi 27 juillet 2017

LE VIRUS DU GOLF




D'aussi loin que je me souvienne, ma mère, ses frères et ses soeurs récitaient lors de nombreux soupers familiaux leur mantra préféré. Comme un hymne sacré, la formule mystique commençait par ''putting, chipping, trappe de sable, Big Bertha (driver)'' pour se terminer par un ''over golf'' bien senti !  Tellement entendu la ritournelle que j'ai développé dans mes oreilles une allergie d'urticaire aiguë (oui, oui, ça existe) au mot GOLF

Cette intolérance aura duré 55 printemps parce qu'elle vient de disparaître complètement.  Vous voulez savoir comment ?  J'ai eu la chance dernièrement de participer à une journée juste pour les fifilles (golf-yoga) à l'Académie de golf La Tempête à Lévis, j'en suis revenue royalement dynamisée !  Cet endroit est idéal pour se réconcilier avec ce sport !   Impossible de ne pas s'améliorer avec l'analyse de notre élan par vidéo et les bons conseils des professionnels super gentils !  J'y ai appris à simplifier ma routine de base comme m'autoriser à utiliser toujours un tee (sauf sur le vert), avoir 4 à 5 bâtons dans mon sac au lieu de 14 et en discutant avec des intermédiaires, de ne pas compter mes points, mais plutôt placer un coeur ou un X.  C'est moins décourageant et bien plus bienveillant.  Pourquoi se compliquer la vie lorsqu'on peut faire simple ! 

Ce qui fait que... ne me cherchez plus, je frappe des balles sur différents terrains, je pratique mes approches au chalet et je vais dormir bientôt avec mon nouveau bâton Cobra (driver) que je vais chercher demain !  

Je vous quitte pour la PGA à la télé !  


PS.  Photo du haut: Si vous connaissez le golf, je dois corriger mon coude qui ne doit pas être plié...À suivre...

2ième photo du haut: mon chien admire mes approches que je ne réussis jamais ! 

Mon premier 9 au Grand Vallon !  Beaucoup de coeurs !