Translate

samedi 14 octobre 2017

Ces mal-aimés qui nous gouvernent


Future politics d'Austra

Nos politiciens sont souvent et ce, malheureusement, considérés comme des menteurs, des indésirables, une sorte de mal nécessaire pour notre société.  Je trouve cela bien triste.  


Je sais, plusieurs lancent des promesses qu'ils ne tiennent pas en s'accompagnant d'une langue de bois, toujours en s'en tenant à la ligne du parti.  Ceux-là creusent leur propre tombe.  Faudrait pas tous les mettre dans le même panier.  


Cette semaine au Québec, nous avons eu droit à un remaniement ministériel.  Une sorte de relookage esthétique, le jeu de la chaise musicale politique. C'est fou, mais je ne me souviens jamais du nom des nouveaux ministres...Je fais l'effort quand même de mémoriser ceux qui m'intéressent. 


Je me dis qu'on ne peut pas attendre d'un gouvernement qu'il fasse tout, mais on peut attendre de lui qu'il fasse quelque chose de bien, et apprécier lorsque cela arrive, peu importe le parti.  On pense d'eux qu'ils ont tous les pouvoirs.  C'est faux, car pour espérer un meilleur futur, il faut aller au-delà des frontières dans tous les domaines.  C'est donc à chacun de nous de le vouloir. 


C'est le peuple qui fait avancer les choses et les politiciens suivent.  C'est le peuple aussi qui peut faire reculer une société (en votant Trump)... Minimiser notre pouvoir, c'est abandonner nos convictions.  Les moutons ne sont pas ceux que l'on croit...



Aucun commentaire: