Translate

dimanche 31 mars 2013

La plongée en chaise roulante

J'ai souvent l'impression que nous essayons tous dans nos vies de fonctionner comme des poissons dans l'eau et que finalement nous devons l'admettre, nous sommes constamment en apprentissage. Jamais de repos de l'esprit.  Pas toujours facile de s'adapter à ce qui nous arrive.  C'est justement ce qui est extraordinaire dans tout cela, tous les efforts déployés quotidiennement pour vivre notre vie imparfaite mais tellement précieuse.

L'adaptation ne fait pas de fracas, elle est intérieure. Elle se vit dans notre intériorité.  C'est beau, grand,  presque majestueux.  Ce n'est pas donné à tout le monde de nager comme un poisson sans doute encore moins de faire de la plongée,  mais comme cette femme, peu importe comment, on peut y arriver. 
Namaste de Pâques


samedi 30 mars 2013

Corno, le film



Je viens de vivre l'un de mes rêves, et le plus drôle dans tout cela, c'est que je n'ai pas eu à me rendre à New-York comme je l'aurais pensé mais bien à Québec dans une toute petite salle de cinéma ''Le Clap''.  J'ai vu le  documentaire Corno, film de Guy Édoin.  J'en suis sortie en larmes tellement j'ai aimé.  Ben quoi ?  C'est pas à tous les jours qu'on concrétise un rêve !  Le mien était simple mais difficile à réaliser et je vous le donne dans le mille :  voir Corno peindre dans son atelier !  D'abord elle est gauchère et tel un boxeur, elle place des attelles à ses mains et poignets pour réussir à peindre longtemps travaillant sur plusieurs tableaux à la fois. L'espace est tout blanc, lumineux et comme un cheval de course, elle couvre de grandes quantités de peintures sur une toile avec une grosse spatule pour arriver à lui donner un sens, une énergie, une partie d'elle-même.  Le documentaire souligne sa grande ténacité mais il humanise également cette grande artiste dont le travail fut largement critiqué.  Jalousie ? De toute manière, Corno ne travaille pas pour eux mais bien pour elle-même.  Comme une religieuse, une papesse du pinceau !   Une sorte de vocation où se retrouve paradoxalement la liberté qui s'enchevêtre avec une immense solitude.  

À l'aide de témoignages de sa famille, du médecin Réjean Thomas, qui possède 10 tableaux (le chanceux) , de galeristes, on comprend bien des choses sur le style unique de cette femme qui ne veut qu'une chose peindre et se surprendre elle-même.   L'essence de Corno vient de l'intérieur, son énergie est profonde, sensuelle, touchante à défaut d'intellectualiser ses oeuvres puisqu'elle n'a pas besoin de mettre des mots dans son art.  Et n'en déplaise aux biens pensants de ce milieu, la ''quétainerie'' a de la classe, une grande noblesse qui, moi, me rejoint complètement.  J'aime la femme qu'elle semble être.  Mon bleuet bionique, originaire de Chicoutimi, tout comme moi, m'inspire et me donne des ailes.  Corno est à voir ABSOLUMENT


vendredi 29 mars 2013

Pierre Lapointe au Musée des Beaux-Arts de Québec

C'est bien connu, Pierre Lapointe est un chanteur-auteur-compositeur-interprète atypique et surprenant mais on ne peut pas imaginer sa passion boulimique pour les arts contemporains.  Cet amoureux d'architecture, de design, d'arts plastiques et visuels s'en inspire pour vivre des émotions fortes en les transmettant par la suite dans sa musique.  Il en mange et le mot est faible alors quel bonheur ce fut, mercredi soir dernier, d'assister au Musée des Beaux-Arts de Québec à une conférence animé par le drôle et naturel ''ancien comédien'' mais nouvellement humoriste Emmanuel Bilodeau mettant en valeur les coups de coeur de notre Pierre Lapointe national.  

C'est donc avec grande éloquence que Monsieur Dandy nous a livré avec passion et ce, pendant 80 minutes, ses carnets de voyage dans l'univers des arts visuels reliant certaines oeuvres d'artistes à ses compositions incluant même de petites anecdotes savoureuses à propos de ses amis créateurs.  Un beau moment intime quant on sait que ce milieu nourrit son imaginaire et ses créations.  

Outre son talent indéniable dans le domaine de la musique, Lapointe possède une personnalité charismatique et un don d'élocution remarquable. Je peux vous assurer que même un professeur en histoire de l'art en aurait été impressionné car il a su brillamment nous transmettre sa flamme. Sans doute le flambeau n'en revient qu'à nous pour poursuivre individuellement notre aventure. Évidemment, il est fort possible qu'on ne deviendra pas accro et érudit comme lui mais ça donne fortement le goût d'emprunter des chemins différents, d'oser l'excentricité du plus grand que nature.  La beauté étant un concept relatif, on peut la voir dans l'irrégularité tout autant que la diversité.  L'ouverture d'esprit est la clé pour en être touché en gardant le droit d'aimer ou de ne pas aimer.   Vous connaissez Patrick Jouin ?  Non ?  Allez fouiner un peu, vite...

dimanche 24 mars 2013

L'inspirante Corno



Depuis toujours ou presque, je suis séduite par le courage des femmes car elles m'inspirent.  Ma mère, ma soeur, ma belle-mère, ma belle-soeur, Caro au bureau pour ne nommer que celles-là et puis y a celles médiatisées telles que Janette Bertrand, Céline Dion, Julie Payette et Corno.  Cette dernière est une peintre reconnue mondialement qui est native de Chicoutimi (comme moi) et installée à New-York depuis maintenant 40 ans.  Corno a donc 60 printemps !  Je n'en reviens pas et voilà qu'en lisant ce matin ce petit détail dans l'excellent article de Maxime Demers dans ''Le journal de Québec'' d'hier, je me suis mise à crier à Monsieur le Marquis:
- Je veux vivre et vieillir comme Corno !  Belle, enflammée, zen dans son énergie créatrice et ce, peu importe qu'on l'aime ou pas, elle fonce en demeurant authentiquement elle-même.   Force est de constater que dans ma vie, je veux que tout le monde m'aime.   C'est vachement fatiguant d'être une perfectionniste vous savez.   Corno, elle, forte de sa personnalité porte fièrement son armure  face à la critique québécoise qui l'affûte souvent de ne pas se renouveler, d'être trop commerciale.  Serait-ce un sentiment de jalousie face à une femme qui a réussit ? Son caractère m'impressionne autant que son talent et son énergie mais je ne vous ai pas dit le plus important, je la connais un peu Corno et elle a un grand coeur. 

Allons, faut pas s'énerver, juste un peu, légèrement, très légèrement.  J'ai déjà, il y a un an, envoyé un courriel à ma peintre-chouchou que j'appelle affectueusement mon bleuet bionique.  Corno m'a répondu et donné son numéro de cellulaire (pas besoin de me contacter pour ça, la réponse sera NON !). Pour faire une histoire courte, je faisais un pèlerinage Galeries AKA Montréal et Opera à New-York et je devais la rencontrer dans la grosse pomme, nos courriels se sont croisés lorsqu'elle était en Jamaïque, ce qui fait que je l'ai rejointe là-bas et qu'elle a été d'une grande gentillesse comme tout bon bleuet évidemment !    J'ai jamais osé la rappeler.  Pourquoi ?  La gêne tout simplement parce que son parcours de femme m'impressionne royalement !  J'en perds tout simplement mes moyens !  J'ai beau avoir un front de boeuf, je deviens facilement un agneau ! 

Et voilà que le film ''Corno''  du cinéaste Guy Édoin (musique de Michel Cusson) sortira vendredi, le 29 mars prochain au Québec.  J'irai le voir, c'est certain et peut-être un jour, j'aurai le courage de recomposer le.... 

samedi 23 mars 2013

Adam Levine et le yoga

Sting, Jon Bon Jovi et Adam Levine pratiquent le yoga.  Pourtant il n'y a pas beaucoup d'hommes qui sont inscrits à nos cours et lorsqu'on en voit un, on le dévore avec nos yeux !  J'avoue qu'avec l'un d'eux dans mes cours, je prendrais la carte illimitée !  :)




Josh Groban à La Voix

Mon chanteur préféré Josh Groban sera à l'émission ''La Voix'' demain.  Ciel que j'ai hâte !  Cet artiste est lumineux dans tous les sens du mot.  Phosphorescent, il pourrait chanter le bottin téléphonique que je l'écouterais pendant des heures !

Anne Dorval et moi

C'est souvent en famille que je regarde à la télévision  ''Les Parent'' et ''Les Bobos'' avec l'excellente Anne Dorval.  J'adore cette talentueuse et jolie comédienne jouant ses personnages toujours avec justesse ce qui fait que je m'identifie très facilement à eux.    Mes 3 enfants aiment me rappeler que je lui ressemble autant physiquement :) :)  que pour tout le reste.  Est-ce un compliment ?  Je m'en fiche, je l'assume !  Je crois même que le costumier est venu m'emprunter mes boucles d'oreilles parce que j'ai les mêmes chez moi (même celle de la vidéo)  !  Comme elle, je fais toujours du lavage et je pique de petites crises d'hystérie lorsque le trop plein se fait sentir.  Heureusement, elles sont de plus en plus rares ! Vive le yoga !  Je suis certaine que nous avons tous en nous une Nathalie Rivard à petite ou grande échelle.  Jusqu'ici rien de menaçant.

C'est lorsque j'écoute ''Les Bobos'' que ça devient plus gênant... Suis-je à mes heures une Sandrine Maxou, pseudo-artiste-tendancieuse-bourgeoise-bohème-superficielle portant des foulards et disant Namasté régulièrement pour terminer ses phrases voire piquant elle aussi de petites crises de colère ?  Non, voyons... Qui voudrait se voir affubler de telles caractéristiques ?  


-Maman, mais c'est toi encore !  m'a dit ce matin avec tout le sérieux du monde ma déplaisante mais très jolie ado de 15 ans. Ne me dites pas que la vérité sort de la bouche des enfants !  C'est plus une enfant c'est une ado ! 
-Bon, à part les foulards, les Namastés, les mots riches de sens mais que personne ne veut connaître ou savoir et l'impulsivité, je ne vois pas !
- Et j'ai éclaté de rire.  Je suis une Nathalie-Sandrine Rivard-Maxou.  ''Non, j'suis pas une bizarre.  Je suis juste une édition limitée'' et par procuration une bien bonne comédienne !  Que dis-je, Anne Dorval est une surdouée qui sait si bien amplifier mes petits travers que je dois bien le constater... Elle m'a épié !

  

vendredi 22 mars 2013

Sebz thé & lounge




Avant d'être une yogi (avec ou sans e ! ), j'ai toujours aimé le thé et sans faire de caprices surtout le noir (avec des biscuits à l'érable :) .  Depuis quelques années, ma préférence va vers le vert que je trouve plus goûteux.   Pour le blanc, je viens tout juste de savoir qu'il existe, je vais donc me coucher moins niaiseuse ce soir ! J'adore flâner chez David's The et me procurer celui de la ''Comtesse de Séville'', un mélange de thé vert, oranges, bleuets.   Seulement lire l'étiquette et voilà que mon petit doigts lève tout seul !  Cependant, pour l'ambiance, on y repassera.  

Aujourd'hui, j'ai découvert Sebz thé & Lounge, un vrai salon de thé où on a le goût d'amener ses pantoufles pour s'y réfugier.  Mes professeurs de yoga m'en servent toujours pendant mes cours alors j'ai donc eu la chance d'en savourer une grande variété mais jamais de m'y rendre avant ce jour.  Notamment, on peut même y manger une bonne soupe et/ou des bouchées asiatiques en regardant les passants sur le boulevard René-Lévesque, lire un bon livre ou tout simplement discuter entre amis.    Impossible de résister aux minuscules tasses et théières qui m'ont ramené illico-presto à mon enfance lorsque je servais de l'eau dans de petites tasses à mes amies !  

Y a des gens qui on l'art de dénicher des endroits d'exception avant tout le monde.  Moi, je suis toujours en retard sur les tendances mais comme on dit si bien ''mieux vaut tard que jamais'' !  

mercredi 20 mars 2013

Le fameux tatoo



Je suis encore sur un nuage suite à ma fameuse fin de semaine intensive (6 cours de yoga, bouffe-santé) avec mes amies yogis.   Nous avons partagé nos vies tout autant que nos larmes...  Devrais-je y ajouter un ''e'' au mot yogi puisque nous n'étions que des fi-filles ? Je vais être insouciante et ne pas trop y penser.  C'est fou comme je deviens plus souple et de moins en moins perfectionniste en pratiquant des positions inconfortables. Une douleur semblable à celle ressentie avec des pointes de ballet dans les pieds, ampoules et sang aux gros orteils en moins !

Prendre le temps de pratiquer le yoga m'amène à m'arrêter plus facilement pour faire le point, pour réfléchir, pour remercier la vie, pour respirer PAR LE NEZ et apprécier davantage tout ce que j'ai au lieu de ce que je n'ai pas.  Le verre est plein au lieu d'être vide, tout le monde le sait mais... le savons-nous vraiment ?   

Je suis encore sur un nuage parce que je suis allée à un cours lundi, puis mardi et que j'en ai un autre jeudi.  Depuis 7 mois que j'en mange, je peux vous dire que je me dirige vers la boulimie tellement  que je veux un tatouage Namasté !  Tout petit, tout minuscule et à l'intérieur de mon bras droit.  Quoi que... pour la douleur, j'ai pensé où j'ai le plus de graisse... mes fesses !  Quoi ?  Vous pensez que je suis virée capot ?  Je vous explique, c'est que ma fille (15 ans bientôt) me martèle le cerveau depuis des lunes qu'elle veut un tatoo pour sa fête (mi-avril) et bien soit !  Nous irons tous les 2 !   

Et voilà que Monsieur le Marquis vient tout juste d'arriver près de moi. 
-Tu parles d'un tatouage ? 
Et je lui explique.  Vous ne devinerez jamais ce qu'il vient de me dire... C'est indécent, je vous avise.  
-Je vais me faire tatouer les lettres N et É sur mon pénis. 
-Quoi ?  je ne comprends pas. Lui dis-je.
-En érection, ça va faire Namasté !  

Non mais... Trop bonne !  Où en étais-je ?  

Trouver le juste milieu, la vie qui nous va,  c'est aussi s'ouvrir aux autres et faire de belles découvertes et franchement, je vous assure que ça en valait le détour.  La preuve, je vous place 2 liens de mes amies yogis, avec ou sans e, tatouées ou non. 

Blogue cathcophonie
Blogue de Aéronik
http://cathcophonie.com/
http://aeronik.blogspot.ca/


dimanche 17 mars 2013

Fin de semaine ÔMYOGA Québec


Vous placez 10 filles ''ouvertes'' qui pratiquent le yoga  mais qui ne se connaissent pas pendant une toute petite fin de semaine hivernale dans un beau chalet à Stoneham et ça donne...  Des rencontres très intenses, magiques avec une chimie incroyable.   Des apprentissages autant du corps que de l'esprit qui ''débloquent'' certains chakras et qui nous font prendre conscience du privilège que nous avons eu de vivre tout cela.

Merci à Claire (Vinel) Je t'amoure ! Ça, tu le sais mais je te le redis quand même... Merci à la belle Catherine pour nous avoir fait prendre conscience d'une alimentation saine et vivante et puis également à toutes les autres lumineuses yogis.  Passionnées, brillantes, engagées, humaines, créatives, sensibles, empathiques, vous êtes inspirantes !  

P.S  La 3 ième photo en partant du bas (la fille au derrière en l'air c'est moi !) qui fait le poirier, plusieurs fois, toute seule, comme une grande.  Je n'ai plus peur, j'ai débloqué mon 7 ième chakra. 

vendredi 15 mars 2013

Yogi




Ne me dites pas ce que vous faites dans votre vie.  Dites-moi ce que vous y recherchez. 

J'ai toujours entendu le dicton ''grandes parleuses, petites faiseuses''.  Je crois qu'il faut avoir en tête le mot ''jugement'' pour dire de telles sornettes.  Il me semble que nous avons le droit de rêver tout haut, de faire de la procrastination, ça ne veut pas dire qu'on fera du ''sur place'' toute notre vie.  On peut placer un projet en veilleuse et avancer autrement.   Puis on peut ne pas avoir le goût d'aller décrocher la lune et se satisfaire de l'admirer.  Y a donc celles qui veulent atteindre l'inaccessible étoile, celles qui ne veulent que la regarder et celles qui la cherchent encore. Le monde est imparfait comme notre vie. 

Il est bien vrai que notre belle société priorise les femmes qui prennent la parole et des décisions, certes elles sont inspirantes néanmoins il y a les autres qui le sont tout autant.  Elles aiment la simplicité d'une vie de qualité, la recherche d'un mieux-être, d'une paix intérieure.  Elles sont d'une certaine manière les insoumises d'une époque où l'action écrase presque la contemplation.  C'est donc en sourdine qu'elles avancent.

Peu importe où nous nous situons, nous sommes à la recherche de...  Je pars donc jusqu'à dimanche avec 9 autres yogis dans un magnifique chalet.  ''Pour tant chercher depuis sa création, l'homme a sûrement perdu quelque chose !''  Félix Lerclerc

Du moment qu'on avance en soi.

Namasté


dimanche 10 mars 2013

Red Bull Crashed Ice 2013


Pendant que les préparatifs vont bon train dans la cité du Vatican à Rome et bien à Québec, le Red Bull Crashed Ice 2013 qui aura lieu les 14-15 et 16 mars prochain s'organise également.   Québec sera l'hôte de la finale du championnat du monde sur un parcours de 594 mètres à travers le Vieux-Québec à des vitesses d'environ 60 Km/h.  Des patineurs/patineuses qui sont indéniablement dotés d'une grande agilité tout autant qu'une admirable endurance.   Moi, pendant ce temps, je serai avec 10 filles dans un chalet pour une fin de semaine intensive de Yoga.  Je vous en reparlerai.  Namasté !  

samedi 9 mars 2013

Faire le chat



Ma semaine de relâche m'a fait un bien fou.  Habituellement, je la remplis d'activités de toutes sortes pour profiter au maximum de ce temps précieux mais pas cette fois-ci.  Je voulais faire du ménage avec moi-même et je savais où commencer.  J'ai souvent l'impression d'être ballotée entre me défoncer et lâcher prise.  C'est fou comme je peux me sentir stressée pendant ma semaine de travail, c'est pas croyable !   L'atmosphère négative me dévore, elle est intrusive dans ma vie et moi, face à elle, je suis trop.  

Alors cette semaine,  j'ai pris le temps ''du pas assez''.  J'ai savouré la lenteur du moment présent, du rien à faire à la maison ou presque !   J'ai jeté, trié, rangé mes petites angoisses existentielles. La perte de temps est riche de sens finalement.    Et si lundi prochain je vois réapparaître une pensée polluante dans mon esprit, je ne la nourrirai pas, croyez-moi !   J'ai beau aimer les chiens, faut apprendre à devenir un chat.  Mieux vaut ronronner qu'aboyer.  Je suis maintenant un chat bien gras.  
Voulez-vous voir mes griffes  ?

vendredi 8 mars 2013

Le fjord du Saguenay



Le fjord du Saguenay (photos prises à Chicoutimi mais maintenant on dit ville Saguenay).  Tous les sites se contredisent,  ça va de 102 kilomètres à 550 !   Une chose est certaine, il est majestueux et comme je suis un ancien bleuet je vais choisir les 550 Kilomètres évidemment  !  

jeudi 7 mars 2013

Mon ami


P.S Mon ami veut garder l'anonymat !


Si vous possédez un animal comme un chien ou un chat alors vous êtes probablement aux petits oiseaux tout comme moi lorsque vous êtes en sa présence.  Je regarde mon petit Schitzu blanc tout poilu qui ressemble à Choubaka (Chewbacca) dans Star Wars et je me dis ''mais c'est pas croyable comment je peux l'aimer''.  Il me ressemble presque... J'ai une crinière indomptable et un peu ses yeux globuleux.  J'exagère à peine !

Il y a décidément un lien complexe qui s'installe entre la bête et nous.  Un amour inconditionnel quasiment irrationnel.  Quel plaisir de ressentir autant d'amour sans toutefois le confondre avec celui d'une personne et puis on connaît tous les effets psychologiques bénéfiques que cela peut nous apporter.

Mon chien me suit partout comme une vraie sangsue voire un vrai chien de poche.  Il a décidé que j'étais SA préférée et il a ses raisons.  Je lui donne sa nourriture en lui ajoutant des petites gâteries, le promène dehors quotidiennement (avec mon chum), joue au ballon et... je lui parle intelligemment en lui apprenant des mots. Faut pas le dire mais je fais le chien à quatre pattes avec lui en lui parlant dans sa langue maternelle  !  N'ébruitez pas ma folie à tout vent, c'est un peu gênant ! 

Je ne peux pas m'empêcher de ressentir pour lui de forts sentiments mais je ne confond jamais les rôles.   Il n'est pas le substitut d'un enfant quoi qu'il écoute bien mieux que ma propre progéniture !  Ses gros câlins humides me vont toujours droit au coeur et ses sauts acrobatiques m'impressionnent lorsqu'il est content de me retrouver.  Rien de bien original, il est comme tous les autres chiens du monde entier mais pas pour moi, il est unique !  Je n'ai jamais grandi en compagnie d'un animal donc je n'ai jamais vraiment souffert de ne pas en avoir sauf que là, c'est un peu l'enfant en moi qui le nourrit de tendresse et de bons soins.  Je me permets avec lui de sortir une partie de moi bien cachée, une folie enfantine que je ne montre qu'à mes intimes, je sais très bien japper !  Et puis,  je suis bien élevée, je ne mord pas ! 

mercredi 6 mars 2013

Vinyle de Punkt/Pierre Lapointe

Voici le nouveau vinyle de Punkt/Pierre Lapointe.
Crédits photos de la pochette: Martin Laporte
Design graphique: Ping Pong Ping
Vous y trouverez à l'intérieur une carte de téléchargement pour la version numérique.

CD dans l'auto, téléchargement pour l'ordinateur-maison et... vinyle pour mon grand fiston qui a hérité de ma table tournante. Seulement 500 vinyles sont disponibles.  Il était à 19.99 chez Archambault.  




La vaisselle et Anna Karénine

Comment vivre pleinement notre vie ?   C'est le genre de question que je me pose lorsque comme aujourd'hui, en congé pour la semaine de relâche, je prends le temps de laver ma vaisselle.  Je vous entends penser,  elle a sûrement un lave-vaisselle !  Évidemment que j'en possède un et je l'utilise énormément sauf lorsque je suis en vacances.  Je lave les morceaux tout doucement et je réfléchis à tout et à rien.  Cet arrêt dans le temps devient un véritable moment de bonheur !  Mais il n'est pas question d'aller laver votre vaisselle chez vous !  La téléportation n'est pas encore arrivée et puis, on jaserait trop ! 

Alors comment vivre pleinement notre vie ?  Pour certaines personnes, c'est s'engager dans un combat et/ou dans une histoire d'amour qui les relève à eux-mêmes.  Un peu comme Anna Karénine. J'ai vu toutes les adaptations cinématographiques du grand livre de Léon Tolstoï (1877) et ce matin, je me suis fait plaisir avec celui-ci.  Il commence comme une comédie musicale, ça pourra vous agacer au début, mais par la suite, soyez assuré qu'on s'y laisse glisser.   Un peu comme l'eau qui coule sur la vaisselle ou sur le dos d'un canard.   Tolstoï est intemporel.  Ces personnages racontent des moments de vie qui donnent le sentiment de revenir au coeur d'eux-mêmes.  Et si vivre vraiment sa vie, c'était juste d'essayer d'être toujours au plus près de soi ?  Pour mieux s'y perdre ou mieux s'y retrouver.  C'est fou comme une lavette peut me faire réfléchir ! 

mardi 5 mars 2013

la fan flushée

Peinture sur bois de David Ayala


J'aurais le goût de vous débagouler un drôle de truc, une histoire sans grande importance mais qui en a pour la personne concernée.  Je vais me retenir pour les petits détails, mais je vous raconte tout de même l'anecdote. Mon amie aime énormément un artiste connu du Québec. Va falloir deviner qui, ça va être amusant, pas difficile du tout.  Bon, elle est allée voir 25 shows de cette bibitte artistique (elle les compte la pauvre chérie), achetant ses CD, écoutant religieusement ses apparitions à la télévision tout comme à la radio.  Vous voyez le genre, une vrai fan de coeur de très longue date ! Céline Dion et René Angelil seraient heureux de l'accueillir dans leur fan-club mais malheureusement, mon amie aime mieux la fameuse bibitte artistique.  Question de goût tout simplement.  Sauf que... dernièrement sur Facebook, mon amie a été bloquée de la page officielle de cet artiste.  Certes, elle aime bien régulièrement commenter les photos, adore ''liker'' surtout et partager l'information donc vraiment rien de méchant.  À quoi bon visiter une page officielle si on ne peut pas la commenter respectueusement ? 

Une petite peccadille de la vie insignifiante.  Lui ai-je dit. Vous pensez à une erreur de l'administrateur ?  J'en doute car il n'a même pas daigné répondre à son courriel. Cela démontre que la personne qui se cache derrière l'écran de cette page officielle n'a pas bien compris que ce sont les fans qui font vivre l'artiste et son entourage.  Je vais donc retourner voir mon amie et lui mettre un peu de Céline Dion en lui disant que l'entourage de son fameux chanteur devrait contacter René Angelil, histoire de savoir la signification du mot respect de ceux qui les font vivre.  Avez-vous reconnu la bibitte artistique ?  

lundi 4 mars 2013

L'intuition



Tout le monde fait de la télépathie et/ou a de l'intuition mais à différents niveaux.  Ce petit don n'est pas différent des autres.  Je crois que lorsqu'une personne est très empathique, elle peut percevoir des signes invisibles qui font leur chemin pour devenir par la suite une évidence.  C'est mystérieux, sans explication rationnelle mais devons-nous tout expliquer ?  On ne perçoit pas l'autre avec notre rationalité mais bien avec notre coeur et surtout sans forcer, sans vouloir, c'est alors qu'on peut sentir l'invisible.  Petite, je pensais que tout le monde était comme moi. L'intuition c'est comme chanter.  On possède tous une voix, c'est loin d'être sorcier.  

Difficile de savoir d'où vient notre intuition, elle s'impose, elle court-circuite notre pensée rationnelle et passe par notre corps, nos paroles en nous laissant une sensation troublante si forte qu'on n'en revient pas soi-même.  Notre cerveau a peut-être accès à des informations qui échappent à notre conscience comme étant une sorte d'instinct animal.  On appelle ça notre petite voix intérieure, ça fait tout simplement moins peur.  L'intuition (intueri, regarder en latin)  ne donne pas toujours l'heure juste, on peut facilement se tromper dans l'interprétation de notre senti.  Concrètement, cette sensibilité ne m'ouvre pas des portes.  Je fais peur aux gens.  Ma main possède un 6 ième doigts, ce qu'on peut appeler un sixième sens.  Pas facile de trouver des gants à 12 doigts mais beaucoup plus facile de trouver un sac original, unique sur laquelle je peux m'y accrocher.  

samedi 2 mars 2013

Punkt de Pierre Lapointe

Punkt de Pierre Lapointe qui veut dire poing sur la table, point d'exclamation, point sur la gueule ou point virgule dans la langue germanique est vraiment surprenant avec un grand S majuscule.  Le titre lui va donc très bien.  Comme un grand vin, il est ample de part sa grande diversité musicale.  Un beau gros fouilli qui devient très cohérent à l'écoute.  Pour certaines personnes, il restera corsé ou acide en raison de textes ou de paroles crus or, pour d'autres, ce sera justement la raison pour laquelle ils aimeront.  Reste qu'on y parle beaucoup d'attraction sexuelle, d'érotisme, de la confusion de sentiments, du désir avec une écriture réaliste mais diablement touchante.  C'est donc un CD très charnu car la puissance de son tanin nous laisse en tête des images de notre propre vie personnelle.  Un disque mâture qui martèle nos oreilles des plus riches sensations que l'on puisse en attendre.

Je vous place donc ''Nos joies répétitives'' qui,  je vous assure,  restera dans votre tête pendant des heures.  Ma préférée est définitivement Monsieur (Pierre Lapointe/Albin de la Simone).  


vendredi 1 mars 2013

Spectacle Messmer intemporel à Québec





Messmer exerce indéniablement sur nous de la curiosité, de la fascination, de l'admiration mais pour certaines personnes comme moi, une petite crainte parce que je suis très réceptive à sa voix, à son magnétisme.  Hier soir, j'ai assisté à mon deuxième spectacle et j'avais en tête de ne pas monter sur scène. J'ai encore eu les mains qui ne voulaient pas se détacher mais volontairement je suis restée sur mon popotin.  Ce fût une bonne idée puisque j'ai pu apprécier l'enrobage scénique de ce divertissant spectacle rehaussé par la projection d'images sur écrans géants. Ceci apportant indéniablement une touche encore plus subjective à nos neurones. La première partie ressemble énormément à son premier show toutefois Messmer a eu la brillante idée d'ajouter davantage d'explications incluant les commentaires des participants après leur hypnose ce qui rehausse le niveau de crédibilité qu'on l'on peut avoir. La deuxième partie demeure plus spectaculaire surtout lorsque les cobayes sélectionnés vivent différents moments cinématographiques.   

J'ai tout de même eu de la difficulté à ne pas m'endormir toute seule pendant le show juste à attendre sa voix.  La sensation d'avoir des picotements à l'arrière de la tête ainsi que celle d'avoir le cerveau vaseux m'ont habité une bonne partie de la soirée.  N'empêche que c'est toujours amusant de participer à l'hypnose collective dans la salle. Je me suis retrouvée endormie et dansant sur ma chaise (mais moins profondément que la dernière fois) avec au réveil une sensation d'être fraîche comme une rose. Je peux vous dire qu'il y a des gens encore plus réceptifs que moi puisqu'une collègue de travail de mon conjoint a dormi sur sa chaise toute la première partie (juste à entendre sa voix). Elle a même dansé debout dans la salle sur différents rythmes passant Let's Twist Again au Métallica !  Alors juste pour vivre l'expérience de voir si vous êtes une personne réceptive ou non, ça en vaut le détour ! 

Le pouvoir que détient Messmer est entre vos mains ou plutôt votre cerveau !  L'expérience reste unique et agréable à vivre et... à revivre.  À voir absolument. 

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''