Translate

lundi 22 mars 2010

Lettre à François au sujet d'Obama


Cher François, mon fiston de 6 pieds adoré,

Je te radote souvent que je suis LA grenouille type de la classe moyenne québécoise. Celle que tu aimes silencieusement nommer de centre-gauche embourgeoisée. Je te redis souvent que tous les autres grenouilles du Québec et ce, peu importe leurs allégeances politiques, veulent que les politiciens soient des rassembleurs, qu'ils arrêtent de critiquer et qu'ils soient constructifs. J'insiste à chaque fois que je te vois le bout du nez, comme si tu avais un problème de mémoire malgré tes 25 printemps. Tu dois te dire dans ta tête: ''Ça y est, ma mère radote encore !''.


François, hier soir, Obama a réussi l'impossible, il a gagné son pari de la réforme de santé aux États-Unis. Un moment historique pour nos voisins. Pourquoi Obama a réussi où les autres ont échoué ? Obama est unique, c'est LE RASSEMBLEUR ! Comme j'aimerais qu'un de nos politiciens le soit. Je n'en demande pas dix comme lui, juste UN ou UNE ! L'art de convaincre, il connaît ! Comment fait-il ? J'ai lu dernièrement dans la revue française ''Sciences Humaines'' du mois d'octobre 2009 que dans ses discours, il remplace un nom, une idée par des images, des histoires de vie qui parlent. Il est spécialiste de l'art des contrastes. Exemple: '' Le temps des bavardages est terminé, le temps de l'action est arrivé''. C'est un rassembleur émotif plutôt qu'un opposant naturel. Ses messages donnent de l'espoir. Il cherche l'unité au delà des différences. Tout ça, tu le sais... Je radote encore, c'est mon plaisir véniel !


François, Obama sait le pouvoir des mots. Au delà qu'il soit charismatique, il essaie de diminuer la distance qui sépare les opinions des gens entre eux sur un même sujet. On appelle cela être maître de rhétorique. Ça tu le sais encore... François... Il y a eu Aristote, Cicéron et je crois que maintenant il y a Obama. Quelle chance nous avons de vivre à la même époque que ce géant de l'histoire ! Améda Guérin, ton arrière grand-mère ne doit pas en revenir, bien assise perchée sur son nuage près de son Trudeau adoré. Elle devait se dire hier soir: ''celui là, il n'aurait pas pu être canadien ? ''.


P.S I: Ton arrière grand-mère était une fervente fédéraliste. C'était son seul défaut ! (hi-hi).
P.S II: Aristote a rédigé le premier système complet de la rhétorique (art oratoire);
P.S III: Cicéron: Il a marqué l'histoire avec ses traités mais aussi avec les exemples données dans ses discours.
P.S IV: Tu vois, j'ai d'autres intérêts que Pierre Lapointe ! (hi-hi).

5 commentaires:

Flarouche a dit...

Héhéhé excellent!
Laisse-moi une journée ou deux et je vais te répondre par mon blogue.

Maudit Cousin a dit...

Bonjour chère Nicole !

Que diable ! Convoquer Aristote et Cicéron pour évoquer Obama, il fallait oser ! Et c'est justement pour de telles envolées lyriques que nous vous sommes fidèles. Autant vous dire que le personnage est ultra populaire chez nous. À tel point qu'il provoque la jalousie de certains chefs d'État, devinez lesquels …

"Le pouvoir des mots" comment mieux résumer la ligne politique de BO ? Alors que son prédécesseur "partait en croisade" sans en connaître la signification en voilà un qui utilise ces terribles armes que sont les mots pour rassembler, en martelant que l'intérêt général n'est pas celui des groupes de pression. Gouverner au dessus des partis en somme.

Sa pugnacité est également exemplaire. Il avait promis et malgré les provocations et les pièges il a tenu, redorant le blason de la politique. Je serai toutefois moins enclin que vous à croire à son émotivité. Je pense plutôt que c'est un homme qui croit en ce qu'il fait mais il n'en demeure pas moins un fin politique, donc un grand manipulateur (comment en serait-il arrivé là sinon ?).

Il cite souvent Lincoln, ce qui a le don d'énerver les Républicains et pourtant je crois qu'il a raison. Les vrais Hommes d'État ne servent pas une idéologie, une classe ou un parti, ils servent une nation. Lincoln en était, peut-être Obama le rejoindra mais c'est à l'Histoire de juger. Il y a ceux qui la subissent et ceux qui la font. Obama est de ceux-là.

Vous avez raison : nous avons la chance d'en être les spectateurs.

Amicalement,

Maudit Cousin.

PS 1 : Joli prénom que François, historique et profondément ancré dans la culture française.
PS 2 : Félicitations pour les superbes photographies de D. Daignault.

Christelle a dit...

Bien envoyé Nicole!

C'est fou comme dans certain sujet, tu montes crescendo pour finir en apothéose par un feu d'artifice!! Comme si tu voulais dire (gentiment bien sûr) : prenez vous ça dans les dents!

Obama a vraiment réussi un tour de force!

nicole a dit...

Pour Charmant Cousin et Christelle: Le sujet me tient à coeur. Mon fils fait une maîtrise en sciences politiques, et l'intérêt que je porte envers la politique me vient vraiment de ma grand-mère Améda Guérin. Je n'invente rien dans mon blogue, c'est fou, je n'ai pas de pudeur. Si un psychiatre tombe dessus... il va avoir du plaisir !

nicole a dit...

Christelle, lorsque j'écris, je lance mes idées à mesure, spontanément, c'est une thérapie.
Et la fin, elle vient comme ça,naturellement. C'est aussi agréable d'écrire que de manger un bon gros cornet de crème glacée.