dimanche 18 avril 2010

Bernard Drainville, Les libéraux et le PQ




Les français ne veulent plus de la gouvernance presque monarchique de Sarkozy, et moi je vais commencer mon billet comme suit: La souverainiste nuancée que je suis... Presque les mêmes mots mais complètement différents, d'une autre nature. J'espère ne pas trop vous mêler si vous habitez là où le soleil a le plaisir de câliner le bout de votre nez, 360 jours par année.


Je viens tout juste d'écouter à Radio-Canada ''les coulisses du pouvoir''. Emission politisée très intéressante qui pose les vraies questions, un peu monotone mais pour s'instruire, il faut ce qu'il faut. Or, j'aime les politiciens qui n'ont pas la langue de bois. Ils sont rares. Je déteste ceux qui ne répondent JAMAIS aux questions et qui les détournent en utilisant un langage vide de sens et de logique. Leurs paroles sont du vent.


Or quelle belle surprise ce matin, Bernard Drainville, ancien journaliste politique à Radio-Canada. Tout le contraire d'un avocat bourré de diplômes qui nous radote la même chanson en pensant que l'on va boire ses fausses notes ! Il est rafraîchissant Monsieur Drainville et je sens une véritable conviction profonde dans son engagement politique. Nuance et respect aussi envers ses collègues de d'autres partis. J'aime !


La péquiste nuancée que je suis, et oui, ça existe une péquiste comme moi (hi-hi) aime observer les autres partis et donner à César ce qui appartient à César. Y'a du bon monde partout ! J'aime franchement les membres du parti Libéral qui sont en congrès présentement. Ils ont toujours la bonne idée de se RALLIER à leur chef, au bon père de famille. Monsieur le marquis dit qu'ils sont hypocrites, ''bin'', peut-être, mais la chicane n'a pas besoin d'être étalée dans les médias comme toujours avec le parti québécois ! À chaque fois, j'ai juste le goût de me cacher la tête dans un sac brun et comme ils sont difficiles à trouver...


Jean Charest, lui, notre Premier Ministre du Québec doit en arracher en ce moment mais... ça ne paraît pas du tout, il est de moins en moins conséquent mais il réussit le petit v'limeux à garder la tête droite. C'est que j'aime l'attitude des Libéraux lorsqu'ils rament dans une tempête. Ils se tiennent ! Les chicanes internes au PQ, plus capable ! Les radicaux au PQ, plus capable ! Mais bon, comme dans toute bonne famille, y'a des moutons noirs. BIN, nous au PQ, on les a tous, ça bin l'air qui faut faire avec ! On ne peut même pas les cacher en plus, leur ego est demesuré !


Je ne changerai pas de famille voyons, la mienne n'est pas parfaite mais c'est la mienne, que voulez-vous... Chrétien sort de mon corps !

4 commentaires:

Maudit Cousin a dit...

Chère Nicole, bonsoir !

Il semblerait bien que nous ayons les mêmes politiciens sur les deux rives de l'océan. Si la bêtise est le travers le mieux partagé au sein de notre espèce, l'ambition ne doit pas être loin derrière … Beaucoup de politiciens dénoncent à juste titre l'individualisme. Ils omettent seulement d'avouer qu'ils font presque toujours passer leur carrière avant l'intérêt général. Quand ils ne retournent pas leurs vestes toujours du bon côté comme dit Dutronc dans "l'Opportuniste". En France nous nous sommes habitués à cette dernière espèce un coup à gauche, un coup à droite. Ces "transfuges permanents" nuisent à la vie de la cité.

Car il y a aussi quantité de femmes et d'hommes respectables. Ces candidats ou élus locaux qui, dans leurs villes ou leur province, se battent avec conviction et courage. Celles et ceux qui participent à la démocratie bien loin des scènes parisiennes où s'affrontent les ténors. En réalité ce sont eux les forces vives de la nation car ils ne le font pas pour un poste ou une reconnaissance personnelle mais seulement pour améliorer la vie quotidienne, chacun ayant des solutions différentes pour ce même but.

Vous le savez chère Nicole je connais bien ce monde et même si certaines passes d'arme sont cinglantes les rapports humains n'en sont pas amoindris et le respect est souvent palpable. Je ne peux que vous approuver sur les nuisances provoquées par les combats internes répandus sur la place publique mais il ne faut jamais oublier ceux qui travaillent dans l'ombre, à leur modeste échelle et avec conviction.

Pour changer de sujet vous m'avez permis de découvrir cette superbe chanson de Lara Fabian "Je me souviens" et quelle belle devise ! Votre blogue est toujours ce bol d'air quotidien qui permet de découvrir tant de belles choses sur ce si beau pays.

J'en profite pour m'insurger contre certains qui prétendent qu'en France on moque le Québec. C'est tout l'inverse. Quand la Belle Province vient dans la conversation c'est en des termes toujours aimables et franchement affectueux. Quelques furent les décisions de l'État (ancien et nouveau régime) les Français ont toujours gardé une place particulière à leurs lointains cousins.

Si nous ne pouvons pas revenir sur le passé il nous revient de bâtir l'avenir, ensemble. "Assumer votre destin" est la plus belle chose qu'on puisse souhaiter à un peuple aussi grand de coeur.

Amicales pensées de France (toujours pas de cendres à l'horizon) ,

Maudit Cousin

nicole a dit...

Quel plaisir de vous retrouver. Qu'est-ce que vous pensez du propos d'Ardisson, lorsque ce dernier dit que notre accent enlève complètement notre charme féminin ? Il déteste notre accent, et je n'écris pas ce qu'il a déjà dit sur le sujet, c'est grossier...Pourtant, on ne dit pas ça de d'autres accents, mais du nôtre, ça oui ! La femme québécoise est fière et ne pardonnera jamais à cette ''bête'' ce propos. Il y a toujours un peu de paternalisme dans la relation Québec-France. Remarquez le père Ardisson peut aller faire son bonheur par lui-même...On ira s'amuser avec Drucker et Bernard Pivot !!!
Bisous +
Nicole

Maudit Cousin a dit...

Les propos de Thierry Ardisson n'engagent que lui. C'est un provocateur, rien de plus. Partant de là il faut relativiser ses "sorties".

Pour ma part je suis en total désaccord. L'accent fait intégralement partie de la personnalité. Il est absurde de vouloir le gommer. Bien au contraire il contribue au charme d'une personne. La réflexion de ce monsieur est bien celle d'un bourgeois-bohème parisien, rien de plus.

Il y a certainement une part de paternalisme dans la bouche de nos élites lorsqu'elles évoquent le Québec. Mais pour le français "moyen" (expression par défaut) c'est avant tout une profonde affection. Il est cependant dommage que notre histoire commune soit si peu connue de ce côté-ci de l'Atlantique. Et que nos politiques se désintéressent de la francophonie.

Et de toutes façons comment pourrions nous ne pas aimer d'aussi sympathiques cousins qui ont la gentillesse de nous prêter des artistes comme Pierre Lapointe quelques semaines par an ? ;-)

Amicalement,

Maudit Cousin

Flarouche a dit...

Drainville = A1 comme politicien. Il travaille pour le bien commun, pas pour lui-même.