Ingrid Bétancourt et la petite précieuse anodine



Je ne pense pas que je suis matérialiste. J'ai surtout une relation sentimentale avec les objets. Or, je suis du genre ''précieuse'', style petite bourgeoise banlieusarde anodine qui aime le beau, bon et pas trop cher (pas le choix du pas trop cher !). Pas toujours fière de l'être mais qui s'assume ! J'aime le confort et en vieillissant c'est pire ! Je ne priorise pas des vacances dans le bois près d'un lac à pêcher des truites (je déteste trop les moustiques) car un chalet c'est pas un hôtel ! Je recherche donc les petits et grands luxes de la vie. Certes les voyages mais également un bon café, un bain d'eau chaude rempli de bulles avec une brique à lire font littéralement mon bonheur. J'entretiens mon esprit, mon corps et surtout mon sens de l'humour. J'aime pas le fast-food, j'aime la bouffe du terroir et de préférence celle des beaux restaurants ! Je suis une épicurienne de la vie avec un grand V !


Alors... La petite bourgeoise que je suis va finir malheureusement son énorme livre (691 pages) ''même le silence a une fin'' d'Ingrid Bétancourt demain (je lis uniquement dans mon bain, longtemps... et ma peau fripe terriblement !) et elle ne veut pas... Pour tout vous dire, j'ai l'impression de terminer une relation intime et profonde avec cette femme. Cette Franco-Colombienne qui a été enlevée par les Farc le 23 février 2002 et libérée par l'armée colombienne le 2 juillet 2008 me fascine complètement. Ingrid, politicienne habituée aux grands luxes d'une vie comme la sienne a connu le pire qu'un être humain puisse subir physiquement, psychologiquement et mentalement. Lorsque l'effroyable transperce notre dignité humaine, il ne reste que la foi pour sauver notre âme (et notre santé mentale).

L'opulence de mon petit confort me revient vite au visage lorsque je me retrouve avec elle et le mot GRATITUDE se tatoue dans ma tête...




Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Corsica avec Bruel et Fiori

Les lesbiennes et Gino Vanelli

La généalogite