Translate

lundi 24 janvier 2011

Les gants noirs



-Tu vas perdre tes gants ce soir mon amour. Lui dis-je d'un ton très assuré. Certes lorsque je parle de cette façon c'est qu'à 100% le petit événement ou le grand, tout dépendant, va se passer. C'est coulé dans le béton !


-Tu vois bien qu'ils sont dans mes mains et que je vais utiliser mes poches de mon manteau par la suite lorsque nous serons rendus à la salle Albert-Rousseau, me rétorqua-t-il.


Et c'est à l'entracte du spectacle de Jean-Michel Anctil que je lui redis encore... -Tes gants où sont-ils ? Là, à côté de moi me lança Monsieur le marquis, le sourire aux lèvres.


-Ah bon... c'est bizarroïde cette foutue certitude qui m'habite mais bon, je vais penser à autre chose c'est tout. Il va dire que j'ai un fétichisme qui vient de m'apparaître en pleine préménopause !


Et le spectacle terminé, c'est rendu à l'extérieur de la salle de spectacle qu'il me lança:

-MES GANTS où sont-ils ? Et il les chercha partout sur lui et aux alentours. RIEN !

-Ah mais je te l'avais bien dit que tu allais les perdre !

-Ben où ils sont ? me relança-t-il.

-Je suis désolée mais aucune idée ! Je savais que tu allais les perdre à la salle de spectacle mais où, faut pas trop m'en demander !

Et nous retournâmes illico presto les réclamer à une préposée.

La morale de cette histoire est la suivante, j'ai beau savoir certains événements anodins et insignifiants, je ne sais pas les numéros de la loterie qui seront gagnants !

1 commentaire:

catherine a dit...

les a t'il retrouver ses gants au moins
ca me serait bien utile de t'avoir a mes cotes comme cela je n'aurais pas perdu l'etui de mon appareil photo a mon dernier spectacle
parce que moi je m'en suis apercue une fois rentree chez moi et personne ne l'a retrouve