Translate

lundi 17 septembre 2012

Spectacle de Peter Gabriel, première mondiale à Québec




Hier soir, j'ai assisté (de près) à mon deuxième show (mon premier en 2002) du monument musical qu'est Peter Gabriel et à 62 printemps, il n'a rien perdu ni de sa voix ni de son talent.  Un spectacle en 3 parties assez surprenant.  Tout d'abord, il est venu présenter sur scène et ce, tout naturellement du monde, lumières allumées, et en français s'il vous plaît, le déroulement de la soirée. Plus précisément sa première partie (à pied levé 2 jeunes choristes/musiciennes anglaises), par la suite une petite nouveauté avec son bassiste pour ensuite nous inviter à sa grande pièce de résistance:  ''SO'', chansons et succès indémodables, intemporels.  Comment ne pas être séduit par la simplicité de l'homme ?   Déstabilisant quand on connaît sa notoriété.  En tout cas, il n'a pas la grosse tête enflée, loin de là !  

Malgré de petits pépins techniques et l'ordre complètement changé des chansons, il s'en est drôlement bien tiré, expérience oblige.  Il a fallut tout de même attendre ''SO'' pour que les lumières s'éteignent dans la salle... Voulu ? En tout cas, pas une bonne idée.  Gabriel aime les effets de dispositifs compliqués (rails, projecteurs, 5 immenses perches de caméras et j'en passe) mais à mon humble avis, ils ne sont pas nécessaires car cela alourdi considérablement l'espace scénique tout autant que le déroulement du show même les écrans géants n'étaient pas synchronisés. On pouvait se demander où est-ce qu'il voulait en venir et surtout si tout allait bien se passer.  À vouloir établir une ambiance particulière qui n'est pas nécessaire ou trop lourde, on en perd un peu la magie.  Peut-être qu'une fois bien rodé, ça ira de soi.

N'eût été de cette première mondiale difficile techniquement, ce fut sincèrement une soirée délicieuse en raison du charisme de l'homme (un vrai maître zen), du talent de l'artiste et surtout, surtout et encore surtout de sa belle et grande voix qui ne vieillit pas du tout.  Un spectacle qui en valait royalement le prix du billet.   Je peux vous l'assurer.   




Aucun commentaire:

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''