Translate

dimanche 12 août 2012

L'hyperconnectivité



''C'est devenu une plaie d'Égypte !'' comme disait ma mère lorsque j'étais petite et que branchée constamment au seul téléphone familial de la maison (dont le combiné sentait la moufette)  avec mes amies pendant des heures et des heures, elle me criait sa ritournelle.  Elle voyait rouge et moi, j'étais au paradis !  Une amie, ça réconforte, fait du bien et... remplace une bonne psy sans se déplacer !   Je te parle, tu m'écoutes, tu me parles, je t'écoute et nous communiquons.   
- La téléportation n'existe pas encore !  Que je lui disais.

Trente ans ont passé (trop vite) et je me retrouve dans une marée humaine de Blackberry, de téléphones mobiles très sophistiqués voire tarabiscotés qui décidément utilisent de la colle Crazy Glue pour que cet outil de communication fasse partie intégrante de leur anatomie.  Puis-je m'interroger sur le sujet ?  L'envahissement est partout !  Sur les trottoirs, dans les restaurants PENDANT les repas, avant un film, avant un spectacle, dans la voiture (danger), à la plage, aux centres d'achats sauf à l'église parce que les gens n'y vont plus ! Quoi que sûrement sur leur ''bol de toilette'' pour plusieurs d'entre eux, j'en suis presque certaine !  L'ère numérique ne me fait pas peur mais son ''hyperconnectivité'', ça oui !  On devrait avoir un code de politesse obligatoire avec son achat !  

Seuls ensemble devant leur Blackberry et cie, les humains oublient l'essentiel, le regard imprégnant de l'autre, l'odeur d'un parfum qui nous chatouille le bout du nez, la douceur d'effleurer le bras d'un inconnu, le sourire percutant d'un enfant, la tristesse de ressentir de la peine, l'ennui de trouver sa vie ennuyante, la peur de tout et de rien... Vivre le moment présent en pleine conscience.  

Une chose est certaine, le train roule à grande vitesse mais c'est  uniquement lorsqu'il se déplace lentement qu'on peut apprécier la beauté des paysages.  Nous en sommes le conducteur.  La vie nous gazouille ses richesses et ce, pas seulement en 140 caractères.  Avant l'homme rêvait de voler, aujourd'hui, il ne prend même plus le temps de rêver... C'est pour quand la téléportation ? 

Aucun commentaire:

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''