Le charmeur de serpents

Mais qu'est-ce qui se passe avec moi en ce moment ?  Il y a quelques mois, j'ai fait un rêve lucide m'indiquant des changements importants en JUIN et bien j'y suis et... c'est vrai !  Sans rentrer dans les détails de ma vie privée, j'ai la sensation d'être un serpent qui revêt sa nouvelle peau et pas n'importe laquelle.  Pas de couleuvre ni de python, attachez votre tuque... le cobra ! celui-là, il fuit rarement devant le danger.  À 50 printemps, faut avancer, pas de temps à perdre ! Je vous explique... Je ne me reconnais presque plus sauf lorsque je vois mon reflet dans le miroir.  C'est bien moi mais je ne me sens plus la même personne.  Ma vieille peau vient de tomber.  Y a une Nicole Kidman qui s'y cachait, Botox en moins et cheveux noirs en plus, oubliez la langue de vipère tout de même !

Et voilà que je m'intéresse au golf !  On s'entend que je commence,  alors,  pas question d'aller sur un terrain actuellement.  Je prends des cours privés et je frappe des balles. J'aime le plaisir de faire le vide en ayant la bonne position corporelle pour les frapper.  C'est exactement comme la danse classique !  Je pars à la recherche de la  perfection du mouvement, sauf qu'au golf, lorsqu'on frappe, la balle t'indique si tu es bien positionné.  Très facile à écrire mais très difficile à réaliser sur le terrain des vaches !  Et moi, si c'est malaisé, j'aime ça ! 

Ma mère qui aura 86 printemps en juillet a commencé à jouer à ce sport à l'âge de 50 ans. Ses nombreux frères et soeurs adoraient également pratiquer cette RELIGION familiale !  N'eût été du plaisir de voir Monsieur le Marquis aimer autant ce sport, je crois bien que j'aurais passé mon tours.  J'en ai trop entendu parler !  Et voilà que je me vautre dans ma nouvelle peau.  Le golf est un foutu charmeur de serpents !
(Voilà mon petit coin de paradis où je frappe mes balles ! ). 

Ma découverte du jour:  Pour la musique et la vidéo (style art contemporain).  J'adore !

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Corsica avec Bruel et Fiori

Les lesbiennes et Gino Vanelli