Translate

samedi 2 novembre 2013

Une rencontre marquante avec Patrick Bruel

''Peut-on aimer une personne deux fois ou nous n'avons jamais cessé de l'aimer ? '' c'est le type de question que Charlotte, la soeur de ma belle-soeur se posait avant de décéder d'un cancer du sein foudroyant à l'âge de 44 ans en mai dernier.  Celle qui savait si bien s'occuper des nouveaux nés à l'hôpital où elle travaillait, aimait tout autant propager les meilleurs conseils du monde dont celui d'écouter son coeur.  Riches sont donc les personnes qui l'ont connu. Depuis ce temps, sa ''jumelle'' survit tant bien que mal en essayant de recoller les morceaux du puzzle de sa vie mais il manque une pièce importante,  celle d'une Charlotte indispensable à son âme.

Et si elle était tout prêt ?  Si comme l'air invisible qu'on ne voit pas, elle était vivante autrement ?Histoire de faire arriver une rencontre improbable. 

Charlotte adorait Patrick Bruel, c'était son chanteur juste à elle et un peu aux autres.  À ses funérailles, ''j'te mentirais'' l'a même accompagné à son dernier repos.  Alors, par un concours de circonstances, même s'il y a des hasards qui n'en sont pas, ma belle-soeur a eu la chance de rencontrer ce grand artiste hier soir, après son triomphe au Colisée Pepsi.  Comme j'y étais aussi, j'ai pu assister à un échange intense, profond et très intimiste entre eux.   La terre s'est arrêtée de tourner subitement. Dans leur bulle, la peine de l'une rejoignait celle de l'autre.   

Bruel est un grand artiste.  Il triomphe partout où il passe mais avant tout, c'est une personne d'une grande humanité. Authentique, simple, généreux et sensible, il est.  Je crois sincèrement qu'il a su trouver les mots justes pour redonner à ma belle-soeur et peut-être aussi à lui-même, l'apaisement d'une grande souffrance.  Ce moment surréaliste pour elle va sûrement l'aider.  On peut rencontrer une personne pendant 10 minutes et savoir qu'elle nous marquera à jamais.  Ce n'est donc pas la durée mais la qualité qui en fait toute son importance.

Et on tourne à 180 degrés.... 
Je vous entends (myope mais pas sourde) me demander si je lui ai parlé ? Évidemment !  Mon dieu que c'est intimidant de rencontrer son idole !  Ça prend un foutu courage parce que le cerveau, lui, est gelé comme une barre !  Dans l'art des insignifiances,  je suis maître !  J'ai donc dit que je suis une fan finie, que j'ai pas manqué un de ses shows à Québec et... que je l'aime d'AMOUR en ajoutant que je mettrais bien ses pantoufles en dessous de mon lit après celles de mon conjoint ! Brubru a bien rigolé ! Mon chum m'en a voulu ou quoi ? C'est la pire photo de moi à vie qu'il a prise !  


P.S 1. Par respect pour ma belle-soeur, je n'ai pas osé utiliser le véritable prénom de sa soeur adorée.  
P.S 2. Merci à C. Sans demande de notre part et juste par grandeur d'âme, il a fait un petit miracle. 
P.S 3. Merci à la vraie M pour avoir aider C.  

3 commentaires:

Hélène Gauthier a dit...
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.
Anonyme a dit...

Magnifique texte...un moment magique! Merci pour TOUT...

La sœur de Charlotte xxx

Sandra a dit...

comme je te comprends!! on est pareil :) bienvenue dans l'aventure

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''