Translate

dimanche 26 février 2017

Les pivoines du passé


Crédit photo:  gabytaangeles.tumbir.com

Petite, à la demande de ma mère, tout docilement et à genoux, je supportais la chaleur torride du mois de juillet en bêchant les mauvaises herbes d’une haie florale qui attirait les abeilles comme du miel. De surcroît, les hannetons et les perce-oreilles  m’horrifiaient.  Il m’en fallait du courage du haut de mes dix printemps pour nettoyer ces plates-bandes qui n’en finissaient plus. Je n’ai pas le pouce vert et vous savez maintenant le pourquoi du pourquoi.  

Il y a des souvenirs qui nous reviennent en mémoire et qui savent si bien parfumer le temps présent. Je revois ma grand-mère Améda planter ses pivoines, de belles traditionnelles à fleurs doubles.  En souvenir d’elle, je promets cet été d’en ajouter au chalet.

Symbole des jardins d’autrefois de Joséphine Bonaparte à la cour française et chevauchant le souvenir d’une mamie aimante à la stature d’une impératrice dans mon cœur, je vais planter respectueusement les racines du temps passé dans ma terre.

Amusant de savoir que les pivoines du Québec sont cultivées depuis le début de la colonie.  Les nouvelles variétés françaises sont arrivées vers les années 1900. 

Les pivoines sont des vivaces comme certains souvenirs de mon enfance.

____________________________________________________________________________

D'autres moments de vie
La rivière Lombrette dégèle tout doucement


 Le far west à St-Tite-des-Caps

Cet été, je vous promets des photos de mes pivoines au chalet...


Aucun commentaire:

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''