Translate

dimanche 5 février 2017

100 % québécois


Crédit photo: Magnifique caricature de Côté du Journal le Soleil

La semaine, je demeure dans une banlieue homogène où la diversité culturelle est rare, et mes fins de semaine, je rumine ma vie en campagne où les vaches de Monsieur Racine sont mes voisines. Je n’ai donc pas de contacts avec la communauté musulmane. Je connais évidemment l’intégrisme religieux du 11 septembre 2001 et ses ravages.  Alors Il m’a fallu chercher dans mon immense encyclopédie Larousse pour savoir que L’islam est une religion qui proclame sa foi en un seul Dieu.  Ses cinq piliers sont la profession de foi,  la prière rituelle (5 fois par jour), l’aumône légale, le jeûne du ramadân et le pèlerinage.  C’est un mince début, mais un début quand même.
   
Dimanche dernier, lors de la tuerie à la mosquée de Québec, Alexandre Bissonnette, ''un québécois pur laine'' a commis l’irréparable en tuant 6 personnes, faisant des veuves, des orphelins, des blessés et bien des québécois en état de choc.  Cette tragédie mérite donc du respect et de l’introspection pour chacun de nous, moi y compris. 

Je suis certaine et je ne suis pas la seule à le penser que la fameuse radio poubelle de Québec n’a pas aidé aux respects des différences.  Elle a plutôt sournoisement installé un climat de méfiance et d’intolérance à différents niveaux.  La libre expression ne va pas vers la nuance, elle se vautre dans l’intolérance.  Et si on y ajoute Trump, pas surprenant qu’un déséquilibré passe aux actes. 
  
Depuis l’industrialisation, la société québécoise a tourné le dos à l’intégrisme catholique (du temps de ma grand-mère).  Elle a jeté le bébé avec l’eau du bain.  Les sacrements ont pris le bord pour faire place à l’individualisme, à l’athéisme ou à la recherche d’autres repaires empruntés à d’autres religions voire même au courant de la pensée positive.  Les québécois se cherchent et ils ne sont pas les seuls, ils puissent dans différents courants l’apaisement de cette solitude collective qui habite la planète.

Triste qu'il aura fallut ce drame humain pour ouvrir les yeux de bien des québécois (moi y compris) sur la nécessité de s’intéresser à la différence de l’autre, de la respecter et de l’inclure. L’autre est devenu le nous. Alors apprenons des autres cultures la fierté qu’ils ont de leurs croyances. Dans une société qui valorise l’individualisme, nous avons plus besoin d’eux que nous ne le pensons.  Créons des ponts humains, il est grand temps.  Il faudra quand même légalement passer à l’étape de poursuivre le projet de loi 62 de la neutralité religieuse.   En respectant ce nouveau NOUS dans l’intention de trouver le juste milieu.  Prions pour que nous soyons éclairés du nom du prophète que vous voulez ! 


Aucun commentaire:

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''