Translate

mardi 21 octobre 2014

Le jour où ma mère a décidé de mourir



Elle a regardé les photos de quelques jours d'Alys, deux jours à peine, elle, l'arrière grand-mère de 88 hivers qui s'est retrouvée clouée dans sa chaise adaptée de personne handicapée. Faut ce qu'il faut lorsqu'un ACV vous attaque et vous laisse paralysé depuis peu.  Vous devenez prisonnière et ce, sans date de libération à venir. Apprendre à avaler devient un exploit car vous n'avez plus la force même d'en rêver.  

Depuis un an, trop de déménagements et tellement de petits deuils à faire, des plus gros aussi comme la parole et la marche pour ne nommer que ceux-là.  Réussir miraculeusement à exprimer son découragement en lançant  ''je suis une loque humaine'' devient une sorte de tatouage indélébile pour les proches qui l'ont entendu. Alors avoir toute sa conscience, ça aide à prendre la dernière grande décision de sa vie.  

Elle a donc décidé de mourir voulant enlever le manteau trop lourd de sa souffrance.  Elle a choisit de ne plus manger avec application et ténacité. L'oiseau ne supportait plus sa cage tout autant que la nourriture.  Ne pouvant plus aider physiquement comme elle le souhaitait, elle a tout simplement pris un autre chemin pour y parvenir.  

C'est donc le 18 octobre 2014 à 16:40 qu'elle s'est éteinte entourée d'amour et depuis, elle me manque tellement...

''Fleur d'Alys'' aura été celle qui lui aura donné le courage de prendre son envol vers sa liberté.  Elle a des ailes en dentelle brodées de fleurs de lys en mémoire de son arrière petite fille. 

2 commentaires:

Andrée a dit...

Merci, Nicole, pour ce magnifique témoignage. Je suis très touchée de ta générosité dans le partage.
De tout coeur avec toi, je te souhaite une lumineuse continuité.
Andrée

Unknown a dit...

Très touchant ton témoignage Nicole, toutes mes sympathies pour le décès de ta mère, et toutes mes félicitations pour la naissance de ta petite fille.
Louise

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''

Québec ma ville, Le Québec ''mon pays''